AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le ton est donné ! Boisseuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bénédicte de Beauregard Emploi : Directrice de l'Académie de Beauxbâtons

Date de création : 08/03/2015
Messages : 95

avatar
MessageSujet: Le ton est donné ! Boisseuil   Mer 18 Mar - 23:56

Regardant pas la fenêtre, un sourire malsain flottant sur ses lèvres, Bénédicte de Beauregard visait la nue avec une envie palpable. Elle ne rêvait que d’une chose : prendre un balai et folâtrer parmi les nuages. Mais cette idée ne perdura pas bien longtemps dans son esprit, balayée par la charge de travail énorme qu’elle avait à accomplir. Elle tourna le dos à la fenêtre avec un imperceptible regret et regarda son bureau de bois précieux crouler sous les lourds volumes qu’elle avait pris à la bibliothèque. Ces livres serait envoyés aux archives du Grand Conseil. Là-bas ils intègreraient certainement la Grande Bibliothèque de Brocéliande ou alors ils seraient détruits. Qu’importe. Les coupes dans le budget de l’école l’avaient de toute façon obligé à vendre tous ces ouvrages qui n’apportaient rien à personne !

D’un coup de baguette, la Directrice fît entrer tous les livres dans un petit coffre de bois grossier. Le coffre était bien sûr sous l’emprise d’un sortilège d’agrandissement, mais pas seulement. Une fois tous les grimoires disparus à l’intérieur, elle le referma et verrouilla le cadenas à l’aide d’une clé de bronze.


« Apporte ceci à Brocéliande, à Monsieur Gallois le directeur des archives. »


Aussitôt, six pieds apparurent sous le coffre et se mirent à marcher. Le coffre sortit dans le couloir et quitta l’académie, direction Brocéliande où il arriverait la semaine prochaine par le moyen magique de son choix. Bénédicte enferma la clef dans un tiroir fermé à l’aide d’une autre clef qu’elle suspendit autour de son cou. Pensant aspirer à un peu de tranquillité, l’ancien professeur de Métamorphose se servit une infusion de pétales de rose, lorsque la porte s’ouvrit. Elle n’eut pas besoin de se retourner pour voir de qui il s’agissait.


« Je vous attendais plus tôt ! »
dit-elle en accompagnant ses paroles d’un rire froid.

Le sport national de Bénédicte c’était de faire enrager Irmine Boisseuil, elle y mettait tout son cœur et elle adorait la faire sortir de ses gonds, la pousser dans ses retranchements. Depuis un an et demi qu’elle était là, la force tranquille qu’incarnait la bibliothécaire n’avait jamais failli, mais Bénédicte ne voulait pas d’elle dans l’Académie. Comme elle ne voulait pas de Lucila DaFirenze. Ces deux hybrides auront quitté les lieux avant la fin de l’année, elle se l’était promis. Bien que Directrice, elle n’avait pas le pouvoir de renvoyer le personnel : cette décision appartenait au conseil d’administration, à son grand regret d’ailleurs.

« Vous avez perdu quelque-chose ? Je ne me ferais une joie de vous dire que je ne veux pas vous aider. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Le ton est donné ! Boisseuil   Dim 22 Mar - 11:21

Comme d'habitude, Irmine s'était levée tôt ce matin-là. Comme d'habitude, elle avait pris son petit-déjeuner en compagnie de ses collègues et avait ri avec Lucila de la dernière pitrerie d'Aaron. Comme d'habitude, elle s'était ensuite rendue dans son antre pour se préparer à une nouvelle journée de travail. Cependant, alors qu'elle faisait un tour des rayonnages pour replacer des livres rapportés par les élèves la veille, elle remarqua rapidement que tout n'était pas comme d'habitude. En effet, plusieurs "trous" inhabituels parsemaient les rangées d'ouvrages. Il manquait des livres !
La bibliothécaire se précipita aussitôt à son bureau, suivie par la pile de bouquins qui flottait à côté d'elle en attendant d'être rangée, et en sortit une longue liste répertoriant les ouvrages actuellement empruntés. Très clairement, il n'y en avait pas autant que ce que les "trous" laissaient croire. Quelqu'un avait donc volé des livres ! Cela ne pouvait pas être l'oeuvre d'élèves les ayant subtilisés petit à petit, d'une part parce qu'elle avait jeté un sort faisant retentir une alarme si un livre sortait de la bibliothèque sans qu'elle ait désactivé le sortilège, et d'autre part parce que les vides dans les rayons n'y étaient pas la veille. Une personne s'était donc introduite pendant la fermeture de la bibliothèque.

Heureusement, Irmine était dotée d'un grand sens pratique et était par-dessus tout prévoyante : à son entrée en fonction un peu plus d'un an auparavant, la première chose qu'elle avait faite avait été de jeté un sortilège de localisation à tous les livres de la bibliothèque, s'assurant ainsi de pouvoir les retrouver si un cas, tel que celui auquel elle faisait face actuellement, se présentait.
Elle sortit une feuille de parchemin et pointa sa baguette dessus en marmonnant la formule lui permettant de localiser les livres volés, ayant en tête plusieurs titres qui manquaient à l'appel. Rapidement, un nom et une adresse s'inscrivirent sur le papier. Le sang d'Irmine ne fit qu'un tour : elle aurait dû s'en douter !

Ni une ni deux, la naïade posa les livres qui la suivaient sur son bureau et sortit de la bibliothèque d'un pas excédé. Elle fila au bureau de celle qui était désormais sa directrice et entra sans prendre la peine de toquer ou s'annoncer, de toute manière Bénédicte devait attendre sa venue en se frottant les mains.

L'accueil fut à la mesure de la haine que se vouaient les deux femmes. Depuis qu'elle était arrivée, Irmine avait dû composer avec les attaques incessantes de Bénédicte, dont le seul but était le plaisir de la faire enrager. La naïade avait toujours fait preuve d'un sang-froid admirable, se contentant de la rembarrer froidement quand sa collègue allait trop loin, mais là c'était pousser le bouchon beaucoup trop loin. De Beauregard venait de piétiner ses plates-bandes et Irmine n'allait pas laisser passer cela d'un simple haussement d'épaules.

- Qu'avez-vous fait des livres ? Oh, epargnez-moi vos simagrées, je sais que vous vous êtes emparés d'une bonne cinquantaine d'ouvrages sans m'en avertir !

Irmine aurait peut-être dû montrer un peu plus de déférence à celle qui la dominait hiérarchiquement, mais elle s'en fichait éperdument.

- Et puis-je savoir ce qui justifie un tel pillage de la bibliothèque ?

Irmine faisait face à sa directrice, les bras croisés et une aura de colère émanant de toute sa personne.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte de Beauregard Emploi : Directrice de l'Académie de Beauxbâtons

Date de création : 08/03/2015
Messages : 95

avatar
MessageSujet: Re: Le ton est donné ! Boisseuil   Lun 23 Mar - 11:48

Irmine Boisseuil était furieuse et Bénédicte de Beauregard jubilait littéralement. Cette dernière ne s'en cachait pas et lui souriait d'un air volontairement hypocrite. La bibliothécaire parlait comme si elle avait été se servir dans sa bibliothèque personnelle. Levant les paumes vers le plafond, elle fît mine de vouloir tempérer la colère de sa collègue, en sachant très bien que cela ne ferait que la faire enrager plus.


"Cinquante livres ? Un pillage ? Mesurez-donc vos propos mon amie. Le Grand Conseil a sorti une liste d'ouvrages jugés complètement démagogiques qui ne doivent plus être à disposition de nos jeunes esprits. Regardez, elle est ici. Il y a même le cachet de Monsieur Courtois en personne." lui dit-elle en lui tendant un parchemin sur lequel s'étalaient les arabesques travaillées d'une écriture officielle. 

"Ne vous comportez pas comme si nous avions organisé un autodafé ... Ils vont juste être archivés et étudiés par des archivistes."

Elle laissa passé quelques secondes.

"Il n'est pas impossible que certains soient censurés cependant."

Elle serait trop contente d'aller à la confrontation directe avec la Nymphe des eaux. Elle haussa les épaules et continua.

"Vous savez, je ne suis personne pour contredire les décisions du gouvernement, mais si vous trouvez cela révoltant, vous devriez peut-être vous déplacer vous-même au Grand Conseil, demander un entretien et faire vos réclamations ? Je ne peux pas aller dans votre sens ... Vous savez, je prends tout juste mes fonctions, cela serait tellement mal vu. Mais faîtes donc !"

Elle savait que la jeune femme ne pourrait pas aller au bout de cette démarche et en jouait délibérément. 

"Je ne peux rien faire de plus."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Tout pouvoir sans contrôle rend fou."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Le ton est donné ! Boisseuil   Lun 30 Mar - 18:06

Le sourire qu'arborait Bénédicte était des plus horripilant, et elle semblait bien trop heureuse d'avoir mis Irmine dans une colère noire. Cette dernière décida donc qu'elle n'allait pas lui faire plaisir à sortir de ses gonds. Ne bougeant pas d'un centimètre, la naïade sembla retrouver son calme, mais elle garda un ton glacial tandis qu'elle répondait aux pics de sa directrice.

- Démagogiques, hein ? Les avez-vous lu au moins ces ouvrages ? Peut-être auriez-vous eu un autre avis si vous vous étiez donné cette peine.

Irmine considérait Bénédicte comme rien de plus qu'une sorcière étroite d'esprit qui mangeait dans la main du Consul. On lui avait demandé de retirer des livres, et elle l'avait fait sans broncher alors que c'était un savoir précieux qui était retiré aux élèves. Navrant !
Malheureusement, la naïade n'était pas en mesure de faire ce que lui proposait de Beauregard, et celle-ci le savait bien autrement elle ne le lui aurait jamais proposé. Etant donné son hybridation, elle devait déjà s'estimer heureuse que le Conseil d'Administration ait autorisé Mme Maxime à l'engager...même lieux, autre époque. Les choses allaient grandement changer !

- Quel poids aura mon avis, si ma direction ne me soutient pas ?! répondit Irmine pour signifier qu'elle ne commettrait pas la bêtise d'aller au Grand Conseil se plaindre.

Elle ne mentionna évidemment pas la raison pour laquelle c'était perdu d'avance, car elle ne savait pas encore si Bénédicte était au courant de son ascendance de nymphe. L'ancienne directrice avait respectueusement gardé son secret, mais il était fort possible que la nouvelle se soit renseignée sur ses employés en prenant ses fonctions, toutefois Irmine ne broncherait pas tant que le sujet ne serait pas abordé. Hors de question de donner à cette sale garce des atouts supplémentaires !

Malgré que Bénédicte fasse passer la réaction d'Irmine pour excessive, la bibliothécaire n'avait pas dit son dernier mot. Non, elle n'exagérait pas, d'autant plus compte tenu de la façon dont cela s'était passé.

- Soit, vous n'avez fait qu'appliquer ce qu'on vous ordonne. commença-t-elle en appuyant sur le dernier mot, Cependant je vous serai gré de m'avertir la prochaine fois. Je ne peux accomplir mon travail correctement si l'on ne me tient pas au courant des changements qui sont apportés à la bibliothèque. De plus, ça vous évitera de venir à des heures incongrues pour récupérer des livres.

Les heures d'ouverture de la bibliothèque étant larges, Irmine ne se gênait pas pour sous-entendre que son adversaire avait eu un comportement pareil à celui d'une voleuse.
La naïade s'empara alors de la liste qui trônait encore sur le bureau et qu'elle avait été invitée à regarder. Les coins de ses lèvres prirent un pli mécontente en voyant qu'elle contenait des titres d'une grande valeur, écrits par des auteurs experts dans leur domaine...qui évidemment était celui des créatures magiques et des hybrides ! Elle ne put retenir une nouvelle remarque acerbe, montrant bien son mécontentement.

- Et donc je vais aussi devoir demander la permission de Courtois à chaque nouvelle commande que je passerai pour la bibliothèque ?

Irmine avait été ironique : la responsabilité de maintenir le corpus de la bibliothèque de Beauxbâtons avait toujours incombé aux bibliothécaires. Ceux-ci bénéficiaient d'une liberté quasiment sacrée concernant les nouvelles acquisitions, raison pour laquelle seuls des sorciers et sorcières possédant de larges connaissances étaient engagés. Cette tradition ancestrale avait perduré à travers toutes les générations de direction, et avait contribué à la richesse de la bibliothèque, faisant d'elle la mieux fournie d'Europe.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte de Beauregard Emploi : Directrice de l'Académie de Beauxbâtons

Date de création : 08/03/2015
Messages : 95

avatar
MessageSujet: Re: Le ton est donné ! Boisseuil   Mar 31 Mar - 22:45

Bénédicte voyait qu'Irmine prenait sur elle pour ne pas exploser et elle en jouait. S'il y avait une chose que la directrice de l'Académie ne pouvait pas reprocher à la Bibliothécaire c'était bien qu'elle savait rester à la place qu'était la sienne, pour l'instant. Elle lui parlait tout de même d'une manière que bien peu de directeurs auraient toléré, Madame Maxime en premier lieu.
La Sylphide se mit à arpenter son bureau d'un pas nonchalant et se dirigea vers la fenêtre en regardant le ciel bleu avec envie. Quel bonheur de se prélasser au soleil comme ces feignants d'élèves ! Pendant ce temps, la Naïade continuait à se plaindre. Quel poids aurait sa réclamation si elle n'avait pas le soutien de sa direction ?

"Absolument aucun, j'en ai bien peur ..." dit-elle d'un voix traînante.

Irmine était telle un moucheron qui vous tourne autour. Bruyante. Agaçante. Bénédicte soupira puis revint se mettre derrière son bureau, le même sourire vissé sur les lèvres, pas une seule étincelle de joie dans le regard si ce n'était la satisfaction d'avoir le sort de quelque-chose entre ses mains, c'est vous dire si elle était avide de pouvoir et de contrôle.

"Vous savez, j'ai tellement de choses à faire que je règle ce genre de futilités quand j'en ai le temps. Vous pensez que j'ai fait ça pour m'amuser ? Vraiment ? Sortez-donc de votre bibliothèque de temps en temps. Levez le nez de vos livres ! Vous vous rendrez bien vite compte qu'on a pas tout ce qu'on veut dans la vie. Si le Grand Conseil nous demande de nous séparer de quelques ouvrages, nous devons nous montrer coopératif sinon c'est le meilleur moyen d'avoir l'un des leur ici. Ce n'est pas ce que vous voulez, n'est-ce pas ? Moi non plus."

Elle soutint le regard de la naïade, l'air était électrique dans la pièce, une seule étincelle pouvait mettre le feu entre les deux Nymphes. Bénédicte était agacée par l'attitude d'Irmine et notait mentalement tous les affronts qu'elle avait pu lui faire : entrer dans son bureau sans aucune forme de politesse, contester sa décision, lui reprocher d'aller ou bon lui semblait dans l'académie et ce quand elle le voulait ...

Elle s'empara d'un parchemin et le fît glisser vers la naïade, un sourire malsain s'étirant sur ses lèvres.

"Voici donc la liste des livres retirés de la bibliothèque, je vous laisse les rayer de votre inventaire. Disposez, maintenant." dit-elle en la chassant d'un geste de la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Le ton est donné ! Boisseuil   Jeu 2 Avr - 17:09

Irmine préférait rester de marbre tandis que sa directrice se baladait dans son bureau, lui tournant très impoliment le dos pour regarder par la fenêtre, ayant apparemment tout aussi peu envie qu’Irmine de se trouver dans ce bureau à cet instant. Au moins, la naïade parvenait à ennuyer Bénédicte, et c’était toujours ça de gagné. La jeune femme n’était pas connue comme étant d’un naturel combatif, mais elle allait montrer à la sylphide qu’elle n’était pas non plus son paillasson personnel. Elle ne voulait toutefois pas risquer un blâme qui pourrait lui coûter sa place, et elle luttait donc intérieurement pour rester dans les limites des réponses acceptables. Cependant, cela devenait de plus en plus difficile au fur et à mesure que Bénédicte la provoquait.

- Sortez-donc de votre bibliothèque de temps en temps. Levez le nez de vos livres ! Vous vous rendrez bien vite compte qu'on a pas tout ce qu'on veut dans la vie.

Ce fut l’insulte de trop. Irmine pouvait encaisser beaucoup de choses, mais là c’en était assez. Bien qu’elle ne sourcilla pas une seule seconde, gardant son expression de froide indifférence pour l’avis de Bénédicte, intérieurement elle suffoquait de rage. La teigne voulait la guerre ? Elle allait l’avoir !
La bibliothécaire savait que sa position lui laissait peu de marge pour contrer cette nouvelle direction qu’allait prendre l’Académie, malgré tout elle allait mettre toute son intelligence au service de cette décision qu’elle venait de prendre : elle n’allait pas rendre la tâche facile à Bénédicte, et elle s’accrocherait coût que coût pour mener son travail comme elle l’avait toujours fait.
Cela commencerait immédiatement en mettant à profit une certaine relation qu’elle avait au Grand Conseil, pour s’assurer de la sauvegarde des livres dont Bénédicte s’était débarrassée.

Cependant, il était important que la directrice croit qu’elle gardait le dessus et qu’elle n’avait fait que la déstabiliser.

- Je vois., répondit-elle en masquant du mieux qu’elle pouvait la colère qui sourdait dans sa voix. Son adversaire avait de toute manière déjà compris qu’elle l’avait fâchée, car c’était son sport préféré. En effet, je ne souhaite pas plus que vous voir un chaperon du grand Conseil nous dicter notre travail à l’Académie.

Irmine n’était aucunement dupe d’où se portait l’allégeance de sa directrice, mais elle était assez avisée pour ne pas l’insulter frontalement. Elle sentait qu’elle avait déjà assez laissé son indignation prendre le pas sur sa raison, et elle ne pouvait pas non plus se permettre d’aller plus loin dans cette joute verbale.
Elle prit le parchemin que lui tendant de Beauregard comme s’il allait lui brûler la main et se retint de cracher au visage de la sylphide quand celle-ci la congédia de la manière la plus méprisante qui soit. Irmine ne répondit rien, ne la salua aucunement, et sortir du bureau avec toute la dignité qui lui restait.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le ton est donné ! Boisseuil   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le ton est donné ! Boisseuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un frère est un ami donné par la nature...Vraiment ? {PV Neal}
» A un moment donné, on accepte que le rêve est devenu un cauchemar.
» Il est parfois difficile d'oublier une personne qui t'a donné autant de souvenirs.
» ANTONIO DIT TONIO EX UFO ADOPTE
» La salle du trône et le château

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie Beauxbâtons :: Deuxième étage :: Bureau du Directeur-