AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Sam 4 Avr - 23:39

La vie de Nymphadora avait prit un tournant à 90° ces derniers temps. Entre sa convocation au Grand Conseil, l'arrivée d'une nouvelle directrice, l'arrivée en France de sa soeur ainée et surtout ce rendez-vous inattendu dans la forêt de Bois Doré quant à sa possible adhésion au groupe des rebelles, l'esprit de Nymphadora avait été un peu surmené ces temps si. Et on ajoutait à ça que son plan sexe, néanmoins tout à fait provisoire avait décidé de se faire la malle... AVEC ELYON. La réaction de Nymphadora à cette nouvelle ? Elle éclata de rire. Si on faisait des statistiques rapidement... il y avait environs 65 millions de personne en France dont à peu près dix millions sont des sorciers. Sur ces dix millions, mettons qu'environs cinquante pour cent sont des hommes, et qu'environs un bon million soient dans une tranche d'âge comprise entre vingt et quarante ans à même de se mettre en couple avec une femme dans la même tranche d'âge. EH BIEN SUR CE MILLION, il avait fallu qu'Yngvar choisisse ELYON SOMBRELUNE, sa pire ennemie !!!! La vie était mal faite quand même, non ? Mais Nymphadora avait prit cette nouvelle dans un premier temps avec beaucoup d'ironie, et finalement elle s'était dite qu'après tout, s'il était heureux avec elle, c'était son problème. Si son genre c'était les nanas qui aiment se mettre des bâtons dans les roues et voir constamment le verre à moitié vide, après tout pourquoi pas ?

Et puis Nymphadora était tout de même plus vieille que Yngvar et aspirait à un autre genre d'homme. Et puis elle ne savait pas pourquoi, mais plus elle apprenait à le connaître, et plus il lui faisait penser à Aaron... Et le fait de les avoir vu tous les deux côte à côte lui avait fait une sorte de choc, si bien qu'elle était désormais incapable de coucher de nouveau avec lui sans avoir l'impression qu'il s'agissait de son frère.

Elle avait donc envoyé une missive à Elyon pour la rassurer en quelque sorte sur ses intentions quant à Yngvar. Elle connaissait très bien Elyon, quand elle avait appris que Nymphadora avait déjà couché avec lui, elle avait du faire une scène, pleurer comme une madeleine, à la limite de se la jouer Antigone en hurlant "POURQUOIIIIIIIII" tout en s'arrachant les cheveux. Bon, peut-être pas... Mais pas loin ! Elle lui avait donc donné rendez-vous en terre neutre afin de lui rappeler ce qu'elle ressentait réellement pour le Norvégien, pour lui rappeler également "où" se trouvaient ses sentiments et surtout pour lui faire savoir deux ou trois autres détails un peu plus tard... Trois fois rien, en réalité.

Elle était arrivée la première au salon de thé, comme elle s'y attendait. Elle avait commandé du thé à différentes épices et à la fleur d'oranger qui sentait divinement bon, le tout accompagné d'une part de tarte au citron meringué. Pour une fois, elle n'était pas venue chercher la bagarre, ce qui était rare lorsqu'on parlait de Nymphadora et d'Elyon. Après une dizaine de minutes à peine, la porte s'ouvrit et la cloche tinta dans la boutique. La vélane était absorbée par son exemplaire de la gazette du sorcier qu'elle avait commencé à lire tout en sirotant son thé. Elyon était arrivée. Alors qu'elle se dirigeait vers elle, elle reposa la tasse sur sa coupe et releva à peine le nez de son journal. D'une voix détachée, elle lui dit alors.

Bonjour Elyon... Je suis ravie de voir que tu as reçu ma demande et que tu y réponds positivement...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Lun 6 Avr - 2:07

C'est bien connu. Il suffit qu'un des aspects de votre vie aille bien pour qu'un autre pan de celle-ci se fracasse. Elyon avait la mine bien sombre en cette mâtinée en ouvrant le courrier. Une lettre d'un Médicomage de Sainte Mangouste, l'hôpital sorcier de Londres l'informait que son père était désormais dans un état critique, suite à une blessure par sortilège et que les guérisseurs étaient de moins en moins optimistes quant à ses chances de guérison. La seconde, c'était une demande de Nymphadora, elle voulait la voir. Et vous savez quoi ? La Dryade n'avait même pas eu le loisirs de s'offusquer du culot de la Vélane.

Il lui paraissait important de se rendre à ce rendez-vous ne serait-ce que pour qu'il ai eu lieu et qu'elles n'aient plus à en parler. Elyon avait su pour l'aventure entre Yngvar et Nymphadora. Ils avaient fait leurs petites affaires, mais ça c'était avant et elle avait pris le parti de ne pas en reparler de nouveau tant qu'elle était assurée de la fidélité du satyre envers elle, mais pour ça, elle ne pouvait se fier qu'à sa confiance.

En revanche, elle ne comprenait pas les intentions de la jeune femme à son égard. Quand elle entra dans le salon de thé, elle ne savait pas à quoi s'attendre.

"Salut." dit-elle de manière des plus cordiales.

"C'est normal ... Ecoute, je ne sais pas ce que tu veux, mais je ne viens pas là pour me fâcher avec toi. J'ai su, pour ta relation avec Yng ... ça ne me regarde pas, c'est son passé, le tien, ça vous appartient. Je ne suis pas une bonne soeur non plus hein ... Juste une chose, j'ai besoin d'être tranquille."

Elle commanda un thé à l'orange et à la cannelle puis reporta son attention sur la professeure, prête à aborder un autre sujet qui fâche.

"Est-ce que tu as .. des nouvelles de John ?"

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Lun 6 Avr - 9:30

Nymphadora était étonnée. Elle avait imaginé qu'Elyon aurait envie de la tuer littéralement avec cette histoire concernant Yngvar. Mais après tout, ils avaient vécu ça sûrement bien avant qu'il ne rencontre Elyon, elle ne voyait donc pas pourquoi elle aurait quoi que ce soit à se reprocher et pourquoi Elyon lui en voudrait. Sa réaction était donc surprenante la concernant, certes, mais tout à fait adulte.

Nymphadora leva les sourcils. Elyon avait l'air perpétuellement anxieuse, c'était le propre de la jeune femme. Mais là, elle n'était pas tout à fait elle-même non plus. Nymphadora la connaissait depuis suffisamment longtemps pour savoir qu'elle devait très certainement avoir des problèmes plus profonds que leurs histoires tout de même assez futiles.

Justement, c'est d'Yngvar dont je voulais te parler. Je sais que vous êtes désormais ensemble et... Et franchement, si vous êtes heureux ensemble, je ne peux que m'incliner. Et je tenais à te dire que les sentiments que j'ai pour lui se rapprochent plus de ceux que j'ai pour Aaron... Enfin... Oui, ce serait plus comme un frère ou comme un pote pour moi, mais il ressemble trop à Aaron pour que je m'y intéresse d'avantages.


Nymphadora bu une gorgée de thé tout en esquissant un sourire. Elle regarda Elyon de son regard perçant et reposa sa tasse délicatement.

De toute façon, je sais que je me trouverais en face de l'homme de ma vie le jour où il ignorera complètement qui "tu" es.


Ce qui était vrai, après tout. Tous les hommes qui avaient eu de l'importance pour Nymphadora avaient toujours de près ou de loin un rapport avec Elyon. D'ailleurs plutôt de près que de loin. Mais la question qui suivit interloqua Nymphadora. Sa question semblait hésitante, sur la réserve... Comme si elle avait mit le doigt sur ce qui rendait Elyon anxieuse. Nymphadora releva les sourcils, étonnée par cette question.

Non... Enfin pas depuis deux semaines... On s'est disputés, il voulait que je rentre en Angleterre parce qu'il pense que la situation devient un peu tendue pour moi surtout depuis cette histoire de fichage... Bref, je lui ai dis d'arrêter d'agir avec moi comme il agirait... Avec toi. Ca ne lui a pas plu, et tu connais John... Il s'est braqué et depuis, silence radio. Mais deux jours après cette dispute, j'ai été blanchie et je ne pense pas qu'il y soit totalement étranger... Mais après tout, nous avons toujours eu une relation houleuse et ça ne risque pas de changer...

Nymphadora ignorait donc totalement ce qu'il lui était arrivé. Et ce n'était certainement pas son père qui l'aurait informée puisqu'il détestait John plus que tout au monde. D'ailleurs Nymphadora n'avait pas parlé à son père tout le temps qu'avait duré leur relation, aussi instable avait-elle été.

Ecoutes, c'est très gentil de ta part si tu essayes de nous réconcilier, mais je t'assures... Tu n'as pas besoin de faire ça, je te l'ai dit, je ne m'intéresse pas à Yngvar, tu n'as pas besoin d'essayer de me caser pour que je te laisse la voie libre, je t'assure... Et puis il n'est pas encore arrivé, l'homme qui remplacera John... D'ailleurs je ne pense pas que ce soit possible... Je sais que tu détestes cette idée, que la terre entière semble se léguer pour nous empêcher d'être ensemble mais... Crois moi, même si notre relation a toujours eu des hauts et des bas... Elle n'est pas réellement terminée.

Oui... Nymphadora était à des lieues de se douter de ce qui s'était passé pour le moment.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Mer 8 Avr - 13:34

Bien qu'elle n'en ai aucune envie, le sujet d'Yngvar revint sur le tapis. Même si elle faisait mine de n'y accorder aucune importance, elle préférait en savoir le moins possible, se tourner vers l'avenir et non vers le passé.

"Ecoute ... Moi aussi j'ai eu quelqu'un avant ... Mais voilà. Ce qu'il y a eu entre vous, ça ne me regarde pas, je ne veux rien savoir. D'accord ?"

Bon, il allait sans dire que si jamais elle la voyait tourner autour d'Yngvar d'un peu trop près, elle lui arracherait les ongles un par un. Elle était gentille mais il y avait tout de même des limites.

"Mais c'est gentil, j'apprécie ta prévenance." dit-elle avec un petit sourire avant d'enchaîner sur le sujet qu'elle redoutait plus que tout d'aborder.

Si Nymphadora et John avait rompu, c'était en grande partie à cause d'elle, même si elle n'avait rien fait de spécial pour que les choses se dégradent entre eux, son père savait très bien s'y prendre tout seul pour gâcher ses relations avec une femme. Menteur de talent, c'était lui le seul responsable. Elle ne fût donc pas surprise d'apprendre qu'ils étaient fâchés mais que malgré ça, il y avait des chances pour qu'il soit impliqué dans l'heureux dénouement de l'affaire qui l'avait concernée.

"Oui ... C'est tout lui ça. Même fâché, il ne lâche jamais complètement quelqu'un ... Il continuait à veiller sur toi de loin ..." dit-elle avec un sourire attendrissant.

Mais ce que finit par dire Nymphadora acheva d'anéantir Elyon. Elle baissa tristement la tête et fixa le fond de sa tasse en se demandant comment elle allait faire pour lui dire que les jours de John étaient désormais comptés. Nymphadora sembla interpréter son attitude comme étant celle de quelqu'un qui refusait de voir la réalité en face et pourtant ce n'était pas le cas. Il aimait sincèrement la Vélane, elle avait été obligée de s'incliner en quittant le pays une fois de plus. Leur relation était conflictuelle, mais avec qui n'avait-il pas ce genre de rapport ? En tous cas ce qui était sûr c'est que jamais elle ne l'avait vu regarder une autre femme comme il regardait Nymphadora : comme si elle était la 8ème merveille du monde. Sa mère sans doute, bien qu'elle n'en ai aucun souvenir ...

"Je pense sincèrement qu'il est incapable d'avoir une relation normale avec quelqu'un. Tu as réussi à tenir près de 10 ans à ces côtés, c'est plus que moi tu sais. Il t'aime, je le sais ... c'est pour ça que je suis venue. En réalité ... il ne va pas très bien. Lors d'une mission de sauvetage, il a pris deux sortilèges de torture simultanés. Les deux sorciers sont à Azakaban maintenant et il ne sont pas près d'en sortir mais ... Lui ... Il n'a pas ouvert les yeux depuis une semaine. Son état se dégrade. Les Guérisseurs de Sainte-Mangouste m'ont conseillé de rentrer sans tarder parce que ..."

Elle serra les dents et tenta de retenir des larmes.

"Parce que c'est une question de jours. Il me semble que c'est important qu'on y aille ... toutes les deux. Même si tu es fâchée avec lui ..."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Mer 8 Avr - 20:46

Comment décrire ce qu'a pu ressentir Nymphadora au moment où Elyon a prononcé ces mots ? Rien ni personne ne pourrait à cet instant égaler la douleur que ressentait la vélane. La tasse qu'elle tenait dans ses mains sembla tomber au ralenti. Elle regardait Elyon dans les yeux, un regard plein de détresse au visage. La tasse se brisa sur le sol, rependant le thé tout autour d'elle. Il se passa de longues secondes avant qu'elle ne dise un mot.

Non...

Sans vraiment savoir comment, elle s'était retrouvée debout. Elle regardait toujours Elyon avec une panique certaine, incapable de prononcer un mot de plus. Soudain, ses jambes semblaient ne plus pouvoir tenir le reste de son corps. Elle s'affala sur sa chaise, ne lâchant pas Elyon du regard. La panique l'envahissait, son coeur avait décidé d'agir comme il l'entendait. Les mots semblaient coincés au fond de sa gorge. Soudain, tout sembla se décoincer. Les larmes coulaient sur ses joues sans qu'elle ne puisse rien y faire. Les mots, embouteillés à l'entrée de sa bouche, sortirent comme une explosion.

NON !!!! NON, C'EST IMPOSSIBLE, ELYON, TU TE TROMPES FORCEMENT !!!!


Tous les clients les regardaient à présent. Nymphadora regarda dehors, emprise à une profonde détresse. Elle regardait partout autour d'elle, comme si elle espérait voir John arriver dans le salon de thé. Et dire que la dernière chose qu'elle lui avait dite, c'est qu'il n'était pas son père.

La dernière fois qu'elle l'avait vu remontait à un peu plus d'un mois maintenant. Elle avait nourrit l'espoir reprendre avec lui une réelle relation, comme avant et il semblait plutôt d'accord avec cette idée, même s'ils s'étaient disputés quinze jours plus tôt. Ils s'aimaient et il était difficile pour eux de vivre séparés. Mais désormais, tout était terminé.

Nymphadora étouffait, elle était incapable de respirer. Il n'était certes pas encore mort, mais ce n'était qu'une question de temps et cette idée la détruisait. Impuissante, incapable de faire le moindre mouvement, elle faisait une véritable crise de nerf, incapable de la gérer.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Jeu 9 Avr - 22:33

La nausée saisit la jeune Dryade tandis que Nymphadora réalisait douloureusement ce qui se passait pour l'homme qu'elle n'aurait pas hésité de qualifier comme étant celui de sa vie. Elle n'arrivait plus à la regarder en face et finit par baisser les yeux tandis que la tasse de la professeure se fracassait sur le sol. Les larmes roulaient en abondance sur ses joues, elle se leva et attrapa la jeune femme pour la serrer dans ses bras.


"Chut ... Tais-toi ... C'est pas encore terminé ..."


Mais elle-même avait bien du mal à se retenir de hurler tant ce n'était pas juste ... Parce que John était un homme qui avait passé sa vie à donner aux autres et à les protéger. Il méritait plus que quiconque de mourir vieux et tranquille dans son sommeil après une vie bien remplie. Au lieu de cela, il n'avait qu'à attendre la mort à peine la cinquantaine passée ... Et ce n'était pas juste. Le sort s'acharnait sur lui jusqu'au bout.


"Mais il souffre alors ... si on peut y aller ... faire en sorte d'adoucir un peu ... Enfin ... Tu vois ... Nymphadora ..."


La jeune fille prit les mains de son ennemie jurée en se demandant si un jour, elles seraient réunies dans autre chose que dans la douleur.


"Ecoute moi ... Mon père a donné sa vie aux autres. J'essaye de me consoler en me disant qu'il ne rêvait pas de meilleure façon de partir, il me l'avait même dit ! Que s'il pouvait périr en mission ce serait pour lui la manière la plus honorable. Mais ça n'empêche que ça m'anéantit ... comme toi ... et je sais ce que tu vis en plus mais ... On ne devrait pas rester là à pleurer. On devrait y aller. Il n'a jamais cessé de veiller sur nous tant qu'il a pu le faire ... On lui doit au moins ça ... Même si tu es fâchée avec lui ... Nymphadora ... c'est pour lui que je te le demande."


Elle ne lâchait les poignets de la Vélane que pour essuyer ses joues.

"Parce qu'il t'aime ... alors ta place est avec lui."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Ven 10 Avr - 16:18

Nymphadora n'était qu'à peine consciente qu'Elyon la serrait dans ses bras. Elle était dévastée. Les larmes coulaient abondamment sur ses joues. Les mots d'Elyon n'arrivaient presque pas à ses oreilles. C'est comme si tout était à des kilomètres d'elle désormais. Comme si elle ne se trouvait plus dans aucune réalité.

Qu'allait-elle devenir désormais. Elle était incapable de penser, incapable de mettre des mots sur sa douleur. Tout lui revenait en tête désormais... Les quinze dernière années défilaient devant ses yeux. La première fois qu'elle avait vu John, alors qu'elle n'avait que vingt ans et lui trente-huit, le plaisir qu'elle avait à provoquer en permanence le chef des aurors... Puis son ascension au poste de Comissaire de Police Magique, le fait qu'ils devaient travailler en permanence ensemble... Et puis ces soirées à tâcher de résoudre des enquêtes, à chercher des indices... Toutes ces soirées qui les avaient inévitablement rapproché. Elle se souvenait même de leur première fois, où cette tension permanente entre eux les avaient poussé à se hurler si violemment dessus qu'ils n'avaient pu que s'embrasser, et aller encore plus loin. Et puis il y avait eu ce plaisir de jouer au chat et à la souris au ministère, devant cacher leur relation pendant plus d'un an, pour finalement l'officialiser. La colère de son père en l'apprenant, également, et cette rupture totale qu'elle avait du faire avec lui pour vivre son histoire.

Ils n'avaient néanmoins jamais vécu réellement ensemble, puisque le Clan McTavish était assez complexe pour qu'elle ne souhaite pas réellement en faire parti... La peur de l'engagement, peut-être... Et ce clan qui lui avait révélé le secret le mieux gardé de John, sa paternité... Et de surcroit qu'il était le père de sa plus vieille ennemie...  Tout cela avait été si compliqué à assumer qu'elle n'avait pas pu aller plus loin. Elle s'était éloignée de lui parce qu'elle l'aimait et qu'elle ne supportait pas de le voir malheureux à cause d'elle.

Mais il avait toujours été là, cet homme si peu démonstratif, incapable de la retenir lorsqu'elle avait quitté l'Angleterre, incapable de lui dire clairement à quel point il tenait à elle... Il l'avait laissée partir, sans doute parce qu'il imaginait que c'était mieux ainsi... Mais il avait toujours été là, toujours présent lorsqu'elle ne avait eu le plus besoin. Il était là pour l'écouter, là pour l'enlacer lorsqu'elle revenait en Angleterre... Ils étaient malheureux de cette rupture.

Pourtant, ces derniers temps, il tentait de la ramener en Angleterre. Il essayait de la convaincre que la France n'était pas un pays pour elle et qu'il lui était nécessaire de revenir, et il avait laissé entendre qu'il voulait reprendre leur relation où ils l'avaient laissée. Mais la réponse de Nymphadora avait raisonné comme le tonnerre avant la foudre. "Tu n'es pas mon père !". C'était la dernière chose qu'elle lui avait dite avant qu'il ne se mure dans son silence habituel. Elle sentait encore sur elle ce regard perçant, ses lèvres closes. Il avait cette habitude de scanner les gens lorsqu'il les regardaient. Cela perturbait toujours Nymphadora et il était l'une des rares personnes sur terre qui avait réellement de l'influence sur elle.

Mais voilà, il n'était plus. Ou du moins pour plus lontemps. Le vide qu'allait causer cette perte était d'une injustice criante. Nymphadora se sentait étouffer, elle avait l'impression que l'air lui manquait. Elle se dégagea alors de l'étreinte d'Elyon et sorti hors du salon de thé. Une fois à l'air libre, peut importait le fait qu'elle soit dans les rues de Bois-Doré. Peut importait si ses collègues ou ses élèves pouvaient la voir. Elle se mit à hurler de toutes ses forces, de tout son coeur, aussi fort qu'elle le pouvait. Elle avait besoin de hurler, d'extérioriser toute cette rage, cette souffrance, cette haine qui naissait en elle. Elle ne pourrait pas supporter sa perte. Elle n'en était pas capable, elle n'était pas assez forte pour ça. Elle avait besoin de lui pour avancer, sans lui elle n'existait plus. Sans lui elle n'était plus qu'une enveloppe charnelle absolument vide.

Tombant à genoux dans la rue, tout autour d'elle s'était arrêté. Les passants la regardaient, plus rien ne bougeait. C'était même comme si les oiseaux s'étaient arrêtés de voler. Seul le bruit lointain de la mer venait perturber ce silence pesant.

Elyon arriva derrière elle. Nymphadora ne hurlait plus, mais les larmes ne voulaient pas s'arrêter de couler. Elle senti la main d'Elyon sur son épaule, qu'elle attrapa. Elle était totalement incapable de la regarder en face.

Un... Portoloin... Suis pas... Capable... De transplaner... Maintenant, Elyon... Faut... Qu'on y aille... Maintenant...

Nymphadora se releva alors et, prise d'une crise de panique, elle cherchait du regard quelqu'un qui n'était pas là.

Aaron... Il... Il me faut... Il me faut Aaron ! Elyon... Il faut... Il faut qu'Aaron... Aaron soit là...

Elle parlait entre plusieurs sanglots, incapable de se calmer. Elle fini par regarder la jeune femme dans les yeux, lui tenant les mains comme si elle avait peur qu'elle disparaisse.

Il faut... Qu'on trouve Aaron...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Dim 12 Avr - 14:52

Alors que Nymphadora quitta le salon de thé à grandes enjambées, Elyon fût saisie de violents frissons. Au bord de la crise de nerfs, elle ne parvenait pas à gérer son angoisse en plus de la détresse de la Vélane et elle ne savait pas si elle était capable de supporter l'image de son père allongé sur un lit d'hôpital, sans connaissance. L'écrivain sentit tout son corps se tendre, ses sens aux aguets. Elle jeta une poignée de pavois d'argent sur la table sans trop faire attention à la somme qu'elle laissait, puis elle sortit à la suite du Professeur en la cherchant un peu au hasard, mais Nymphadora n’était pas allée très loin, elle la retrouva agenouillée en pleine rue.
Cela lui fît de la peine de la voir aussi anéantie et elle aurait bien voulu pouvoir compatir mais elle n’en était pas capable. La Dryade serrait les dents et ne put que poser sa main sur son épaule en la serrant doucement pour lui signifier sa présence.
Nymphadora semblait  vouloir partir tout de suite, pour sa part son sac était prêt depuis quelques jours, au cas où elle devrait  s’en aller pour Londres en urgence. Mais la professeure avait raison, elle n’était pas en état de transplaner aussi loin, Elyon non plus. Il leur fallait un Portoloin et Nymphadora avait visiblement besoin de son frère. La jeune femme secoua la tête et essaya de lui parler de la manière la plus calme et rassurante possible pour pallier un peu à l’état de panique de la Vélane.

« D’accord … Essaye de te calmer. Je peux transplaner devant les grilles de l’Académie. Tu vas aller chercher Aaron et préparer quelques affaires .  Je te retrouve à 18h devant l’Hôtel de Ville et on part tous les trois. D’accord ? »

Dans l’action plus que dans la réflexion elle transplana dès qu’elle eut la réponse affirmative de la jeune femme et sitôt que celle-ci  fût partie quérir son frère, Elyon fila chez elle prendre quelques affaires. Une fois dans sa maison, elle s’empara de son petit sac, s’enroula dans une cape de laine et jeta un coup d’œil à l’heure : 17h. Il fallait qu’elle attende une heure avant de partir. L’écrivain se mit à tourner en rond, comme si cela pouvait faire passer le temps plus vite. A force de ronger ses ongles elle avait fait saigner le bout de ses doigts. Une boule d’angoisse dans sa gorge, elle finit par céder et quelques larmes roulèrent sur ses joues.
Elle avait envie de voir Yngvar, entendre sa voix rassurante et se lover dans ses bras pour lui donner des forces. Elle voulait aussi voir Jenna avant de partir, pour avoir les encouragements de celle-ci. Enfin, elle avait besoin d’Irmine dont elle savait que le soutien serait sans faille dans sa situation. Ces trois personnes, les trois piliers de sa vie, Elyon fût tentée d’aller les retrouver pour se décharger d’un peu de sa détresse. Mais  chacun a ses problèmes et elle ne voulait pas les accable d’avantage. Yngvar avait du travail par-dessus la tête, Irmine avait assez de soucis avec Bénédicte de Beauregard qui lui mettait des bâtons dans les roues, quant à Jenna elle avait certainement des cours à préparer et beaucoup de travail. Elle ne pouvait pas leur rajouter des soucis et les inquiéter pour rien. Alors elle se retint et éplucha un coussin en attendant le moment de partir.

Au bout de trois quart d’heure qui furent insupportables, elle finit par sortir et traverser le village jusqu’au point de rendez-vous convenu avec Nymphadora et s’assit sur les marches du grand bâtiment, rongée par le stress. Il lui restait 10 minutes à les attendre, ensuite, ils pourraient transplaner jusqu’à Brocéliande pour réserver un Portoloin et partir le plus tôt possible pour Londres.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Lun 13 Avr - 8:54

Nymphadora hocha la tête de haut en bas, comprenant silencieusement ce que disait Elyon. Elle se releva, chancelante et, comme un réflexe idiot, elle transplana jusqu'à l'académie.

C'était une très mauvaise idée de transplaner lorsqu'on n'est pas en état physique ou moral, ou bien les deux, puisque c'était une technique particulièrement compliquée. Ce qui devait arriver arriva, Nymphadora se désartibula.

Fort heureusement, ce n'était que partiel. La peau qui composait le bout de ses doigts avait disparue, laissant couler le sang sur sa main. Mais elle était dans un tel état de détresse émotionnelle qu'elle ne s'en rendit pas compte. Arrivée devant le terrain de quidditch, elle vit au loin Aaron ranger les balais qui avaient composé son dernier cours de la journée. Elle arriva devant lui, regardant son frère dans les yeux. Elle pleurait abondamment, ce qui était extrêmement rare pour Nymphadora. Se blottissant dans les bras de son frère jumeau et pleurant à chaudes larmes, elle lui dit simplement.

John... Il est mourant... Il faut que... Tu viennes à Londres avec moi...

Aaron remarqua la blessure qui s'était formée sur la main de la vélane. Il l'emmena alors directement à l'infirmerie, laissant Lucila la soigner. Il lui parla également en privée mais Nymphadora ignorait totalement ce qu'ils se disaient et d'ailleurs elle s'en fichait. La vélane ne pensait plus qu'à John. Lucila respecta le silence dans lequel elle se murait. Elle la soigna correctement, faisant repousser la peau sur le bout de ses doigts. Elle leva le regard et lui lança un regard qui voulait dire "merci".

Lorsqu'Aaron fut revenu, il tenait dans sa main une grande valise qui contenait leurs affaires à tous les deux. Un petit sourire au visage, il la regardait avec compassion. Ils partirent alors de l'académie pour se diriger vers l'hôtel de ville.

Elyon était déjà là et les attendaient. Aaron lui parla, Nymphadora, elle, était encore en état de choc. Elle s'assit sur les marches, la tête dans les mains. Aaron arriva bientôt avec une vieille mappemonde dans les mains. Il s'agissait du portoloin. Lorsqu'il leur dit que c'était l'heure, Nymphadora posa sa main su l'objet, le visage complètement déconfit. Un grand bourdonnement se fit alors sentir et, dans un claquement sec, elle eut l'impression qu'on la tirait par le nombril. Tout défilait autour d'elle. Désormais, ils retournaient tous les trois pour leurs terres natales pour passer sans doute l'une des pires semaines de leur vie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Fillarius Emploi : professeur de Vol

Date de création : 02/02/2015
Messages : 255

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Lun 13 Avr - 9:23

Il y avait des jours comme ça où on aurait préféré rester au lit sans rien dire d'autre que "non, cette journée pourrie ne passera pas par moi !". Malheureusement, c'était tout de même passé par lui. Cela faisait quelques jours maintenant que leur relation avec Lucila était devenue officielle, et à vrai dire tout s'était plutôt bien passé. Ils pouvaient désormais agir l'un envers l'autre comme un vrai couple, ce qui était un réel bonheur pour eux. Néanmoins la retenue les obligeait à ne pas non plus s'envoyer des élans d'amour devant leurs collègues et élèves.

Alors qu'Aaron n'avait plus qu'une hâte, c'était que cette journée de cours se termine, et alors qu'il rangeait les derniers balais qui trainaient sur le terrain de quidditch, il vit arriver au loin Nymphadora, la main droite ensanglantée, mais les yeux emplis de larmes. Aaron fronça les sourcils, courant vers sa soeur qui le prit dans ses bras. Ce qu'elle lui dit lui fit l'effet d'une bombe.

Aaron n'avait jamais aimé John. A vrai dire, il l'avait éloigné de sa soeur pendant toutes ces années et cela l'avait rendu fou. Il le trouvait d'une très mauvaise influence envers sa soeur, même si cet à-priori n'était pas justifié. Il se souvenait que lorsqu'il avait appris qu'il était le père d'Elyon, il avait eu envie de lui casser la figure. Mais Elyon et lui avaient préféré rire de cette situation, elle, l'appelant constamment son "vieil oncle". Mais il avait appris avec soulagement la rupture entre John et Nymphadora, même s'il savait parfaitement qu'ils étaient encore officieusement ensemble.

Néanmoins personne ne méritait de mourir aussi jeune. Aaron ne savait pas pourquoi il était mourant, mais il savait à quel point sa soeur aimait le chef des aurors. Lorsqu'elle lui demanda de venir avec elle à Londres, il accepta.

Ok Nymph... Ecoutes, on va y aller, mais il faut d'abord soigner ta main, d'accord ? Tu as quand même pas transplaner dans cet état...? Ah Nymph, heureusement que tu n'as pas parcouru une longue distance, sinon ce serait ta main qui serait restée derrière toi !!!

Mais vraisemblablement, elle ne l'écoutait pas. Il l'emmena alors à l'infirmerie, trouvant une Lucila étonnée de voir la vélane dans cet état. Aaron la prit alors à part et lui expliqua tout.

Ecoutes... Nymphadora est en train de perdre son ex-fiancé... Il est chef des aurors et, à priori, il lui est arrivé quelque chose de grave. Il est sûrement à Sainte Mangouste, je suppose, elle m'a simplement dit qu'il était mourant, c'est tout ce que je sais. Occupes toi d'elle pendant que je vais à la direction signaler notre absence à tous les deux, d'accord ? Je doit l'accompagner à Londres, elle ne peut pas y aller toute seule. Je reviendrais d'ici une semaine à peu près...

Il embrassa la sirène rapidement, ajoutant.

Elle s'est désartibulée en transplanant jusqu'à Beauxbâtons... Elle n'a fait que s'arracher de la peau des doigts, mais quand même... Je te laisse t'occuper d'elle, et j'arrive tout de suite.

Il quitta l'infirmerie alors et se rendit à l'administration de l'école, expliquant qu'il serait absent pour sa part une semaine, et que Nymphadora serait absente pour une période d'au moins trois semaines. La secrétaire de direction ne lui demanda qu'un certificat médical pour Nymphadora, qu'il promit d'envoyer dès qu'ils seraient à Sainte Mangouste. La partie administrative ayant été faite, il se dirigea vers les quartiers des professeurs et attrapa une grande valise. Il y mit des vêtements pour Nymphadora, des vêtements pour lui, écrit une lettre à Ania lui demandant de les rejoindre chez les parents aussi vite qu'elle le pourrait, écrit également une lettre à leurs parents, et retourna à l'infirmerie.

Il embrassa une dernière fois Lucila, la remercia pour avoir soigné Nymphadora, et parti rejoindre l'hôtel de ville pour préparer un Portoloin. Lorsqu'ils arrivèrent, ils retrouvèrent Elyon qui n'avait pas l'air dans un meilleur état que Nymphadora. Il laissa sa soeur s'assoir sur les marches de la mairie et se dirigea vers Elyon. Il la serra dans ses bras, la regardant ensuite d'un regard compatissant.

Je vais m'occuper du portoloin, d'accord ? Restez là.

Après avoir fait une demande pour Londres, on lui remit une vieille mappemonde qui les emmènerait tous les trois directement à Ste Mangouste. Ils avaient un délai de cinq minutes. Après avoir remercié la sorcière à l'accueil, il sorti vers Elyon et Nymphadora.

Bien. Allons-y.

Lorsque les deux femmes eurent posé leur main sur l'objet, ils sentirent rapidement un bourdonnement les prendre au nombril. Ils furent alors comme projetés vers le haut, tirés à toute vitesse. Ils étaient reparti pour Londres, et cette perspective ne réjouissait guère le professeur de vol.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

   
Aarila more than everything else !

   
Malgré tout ce qui se passe, malgré tout ce qu'on s'apprête à subir ici un jour ou l'autre, je préfère encore être enchaîné ici que libre là bas en sachant que Lucila ne l'est pas.  | © Vent Parisien

   

   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   Sam 18 Avr - 16:01


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Juste une mise au poiiiinnnt (Nymphely)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Juste une mise au point [Alex - Terminé]
» Juste une mise au point- Lily-Rose
» [INTRIGUE] Juste une mise au point
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bois-Doré :: Commerces :: Salon de thé-