AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 First time we met.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: First time we met.   Lun 20 Avr - 19:28

S'il y avait bien une chose qui énervait Nymphadora Fillarius, c'était qu'on dise qu'elle avait eu sa place en passant sous les bureaux. Il est vrai que voir une jeune femme grande, blonde, aux formes parfaites, marchant avec des talons de dix centimètres et des vêtements à la limite du décent parfois, ce n'était pas commun à ce poste. Pourtant, depuis une semaine maintenant, Nymphadora Fillarius était Commissaire de police magique au Ministère de la Magie du Royaume-Uni, à Londres.

Etait-ce son jeune âge qui pouvait également jouer en sa défaveur ? Inévitablement. Il est vrai que commander une brigade majoritairement composée d'hommes, de surcroit plus vieux qu'elle, n'était pas une chose délicate. Mais elle avait réussi à faire preuve d'autorité et leur avait fait clairement comprendre à tous qu'elle n'était pas là pour plaisanter.

Ce jour là, elle devait absolument se rendre dans le bureau de son "collègue", John McTavish. C'était un homme particulièrement agaçant qui n'avait pas la plus petite once d'humour et qui dirigeait son service avec sérieux et un certain brio. C'était un homme qui avait presque vingt ans de plus qu'elle, pourtant elle le trouvait fascinant.

Un gros dossier dans les mains, elle entra dans son bureau sans frapper, comme à son habitude. Elle savait qu'elle l'agaçait, mais elle adorait ça. C'était son plus grand plaisir. S’asseyant sur son bureau, les jambes croisées juste sous son nez, elle souriait de toutes ses dents.

McMinistère !!! Toujours à bosser, hein ??? Ca tombe bien, j'ai encore un dossier à vous donner... Une affaire de meurtre qui avait tout l'air d'un suicide mais qui ressemble en réalité à un assassinat pur et simple.

Elle adorait appeler John comme ça. En fait, c'était le surnom que lui donnait son propre-père. Et elle trouvait que ça lui allait bien, en fait... Il passait sa au ministère après tout.

Nymphadora... Je me demandais pourquoi vous n'étiez pas encore venue me casser les pieds aujourd'hui...


Il feuilleta le dossier, regarda les pièces à conviction, et rendit le dossier à Nymphadora en la regardant dans les yeux d'un air particulièrement sérieux.

Vous n'avez pas besoin du bureau des aurors pour ce genre d'affaire, je le regrette... En fait, vous pouvez tout à fait vous débrouiller toute seule comme une grande. Enfin sauf si vous vous en sentez incapable...?

Il avait sourit pour la première fois depuis longtemps. Nymphadora aussi d'ailleurs. Il était tombé dans le panneau.

Parfait !!! Parce qu'en fait, ce n'était qu'un prétexte pour venir ici... Vous n'avez rien de prévu ce soir, n'est-ce pas ? Parce qu'en fait si, vous "avez" quelque chose de prévu. Vous dînez avec moi.


Le regard de Nymphadora était sûr et particulièrement déroutant. Elle était tellement intriguée par cet homme qu'elle voulait apprendre à connaître. Elle voulait gratter plus loin pour savoir ce qui se passait en dessous. Pour savoir ce qu'il cachait si profondément. Mais au lieu de ça, il s'enfermait comme un coquillage, imperceptible. Pourtant, il y avait un coup à jouer, et Nymphadora le savait. Ce coup s'appelait le "poker" ou "l'insolence".

Il la regarda pendant de longues secondes avant de parler. Un petit sourire au coin des lèvres, appuyé dans son fauteuil, il finit par hausser les épaules.

Après tout pourquoi pas...? Qui sait, peut-être que vous n'êtes pas si exaspérante hors de ces murs...? Très bien. Je dîne avec vous.


Nymphadora était à la fois particulièrement satisfaite et complètement étonnée. Elle descendit du bureau et un large sourire aux lèvres, elle ajouta.

Bien ! 19h, ce soir, dans le grand hall... Je sens qu'on va bien s'amuser !!!

Elle effleura l'épaule de John de la main et fit demi-tour avant de sortir de sa démarche chaloupée, son parfum restant coincé dans le bureau après son passage. John avait le regard fixé sur la porte qu'elle venait de franchir. Il se passa la main sur le visage avant de secouer la tête et de s'intéresser à son travail, mais il avait vraiment la tête ailleurs. C'était indescriptible, mais soit cette femme était folle, soit elle lui faisait plus d'effet qu'il ne voulait l'admettre...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: First time we met.   Mer 22 Avr - 17:11

Nymphadora arriva dans le hall du ministère de la magie vêtue d'une robe rouge qui aurait pu aussi bien convenir à une soirée mondaine que pour travailler. Enfin travailler... Selon ses critères à elle. Ses longs cheveux blonds tombaient en cascade dans son dos et descendaient jusqu'au creux de ses reins. On avait l'impression qu'une légère brume les faisaient onduler autour d'elle. Un petit boléro rouge sur les épaules, elle fini par arriver face à John McTavish qui, quant à lui, n'avait pas changé de tenue depuis le matin. D'une parce qu'il n'y voyait absolument pas l'intérêt et de deux parce qu'il n'avait pas eu le temps, "lui". Il se serait bien abstenu de ce repas et aurait pris le plus grand plaisir du monde à aller se coucher sans autre forme de procès.

Pourtant, lorsqu'il aperçu Nymphadora dans cette robe rouge, il ne put s'empêcher d'entre-ouvrir la bouche, les yeux écarquillés. Cette femme était vraiment radieuse. Pire encore, il avait du mal à l'accepter mais... Elle lui plaisait clairement. Mais voilà, premièrement elle était exaspérante et deuxièmement, c'était la fille d'Abador Fillarius, l'homme le plus énervant au monde.

Elle s'avança face à lui de sa démarche chaloupée, son sourire sûre d'elle au visage. Sans autre forme de procès, elle lui dit.

Bien. On y va ?


Ils sortirent alors du ministère et, contrairement à ce que pensait John, ils ne transplanèrent pas. Un peu plus loin de là, sur les bords de la Tamise, se trouvait un restaurant français assez guindé. John n'appréciait pas spécialement ce genre d'endroit assez guindé, mais la vélane semblait être tout à fait dans son élément. Parlant au serveur en français, elle avait même l'air de le connaître ! Une fois qu'ils furent assit, John ouvrit la conversation.

Ainsi vous parlez français...? Je l'ignorais... Et pourquoi cette... convocation aujourd'hui et maintenant ?


Il ne quittait pas la vélane du regard. Pour sa part, d'un air détaché, elle bu une grande gorgée d'eau avant de reposer son verre.

Si vous saviez toutes les qualités que je possède et que vous ignorez...

Elle leva alors son regard vers le chef des aurors et le regarda dans les yeux. Son regard était pénétrant et intense, comme si elle essayait de le scanner.

Pourquoi ? Pour essayer de comprendre "qui" vous êtes, McTavish. Et j'avoue que vous m'intriguez... Bien plus que je ne peux l'accepter, à vrai dire... Mais je veux savoir qui vous êtes et qui vous cachez sous cette carapace.


Le discours de Nymphadora était d'une telle franchise qu'il dérouta le chef des aurors sans qu'il ne laisse quoi que ce soit filtrer, néanmoins. Il se passa une sorte d'alchimie à ce moment là que ni l'un ni l'autre ne pu expliquer. Après un repas où ils parlèrent de tout et de rien, où ils rirent même plusieurs fois, ils finirent par quitter le restaurant, après un repas qui s'était mieux passé qu'ils ne purent l'imaginer l'un et l'autre.

Leur conversation continuait alors qu'ils marchaient dehors, au bord du fleuve londonien. Sans qu'il ne su vraiment pourquoi, John effleura la main de Nymphadora qui sourit à ce geste. Alors qu'ils arrivaient au niveau du Tower Bridge, elle se retourna vers lui, un petit sourire au coin des lèvres.

J'ai vraiment passé une excellente soirée... Et j'avoue avoir été surprise...


John aussi souriait, ce qui était relativement rare, même pour lui.

Vraiment...? Tu as fini par trouver ce que tu cherchais...? Par déceler qui est l'affreux chef des aurors ? En tous cas pour moi aussi, c'était une très bonne soirée.


Nymphadora rit à cette phrase. Acquiessant d'un signe de tête, alors qu'elle regardait les lumières de Londres briller dans la Tamise, elle précisa.

En partie, peut-être... Mais tu es un homme suffisamment complexe pour qu'une seule soirée ne suffise pas à savoir qui tu es réellement...


Elle leva vers lui son regard argenté, tout en souriant. C'est alors que John l'attrapa par les hanches et l'embrassa. Même lui ne savait pas pourquoi il agissait de la sorte. C'était d'une telle spontanéité que la vélane se laissa faire. Pendant de longues secondes, il l'embrassa, incapable de décoller ses lèvres des siennes. Leur baiser était si doux, l'instant si parfait, que ni l'un ni l'autre ne voulaient qu'il ne prenne fin.

C'est ainsi que se déroula leur premier baiser, le premier d'une longue série. Leur histoire commençait ici et maintenant, au bord de la tamise, devant le pont le plus célèbre du monde. A partir de cet instant, plus rien ni personne ne pourrait les séparer. Ils étaient aux antipodes l'un de l'autre, mais pourtant si proches, si complémentaires. Ils étaient faits l'un pour l'autre, même si cela paraissait totalement démentiel, même si rien ne semblait pouvoir les réunir. Pourtant, le destin l'avait décidé ainsi.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: First time we met.   Sam 27 Juin - 10:36

Les obligations entant que chef de service au ministère de la magie étaient parfois tellement aux antipodes du rôle premier du poste que cela pouvait donner le vertige. Par exemple, la présence obligatoire aux galas de charité faisait parti de ces devoirs qu'un chef se doit de réaliser sans qu'il ne sache réellement pourquoi.


C'était une soirée que Nymphadora n'avait vraiment pas envie de subir ce soir. Mais alors vraiment pas. Un gala de charité pour les orphelins de seconde guerre des sorciers. Non mais franchement... La vélane ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'il s'agissait là d'un moyen camouflé pour les hauts dirigeants du ministère de se faire mousser et de montrer à chacun que son poste était parfaitement utile au sein d'un ministère qui se voulait opérationnel.

Nymphadora venait de fêter ses vingt-six ans quelques jours plus tôt et en avait profité pour se rendre à Holyhead pour fêter l'évènement avec son frère jumeau et toute sa famille, comme d'habitude. Pourtant, elle n'avait pas arrêté de penser à John qui, bien entendu, ne l'avait pas accompagnée. Premièrement : parce qu'il était de notoriété commune qu'Abador, le père de Nymphadora, et John étaient les pires ennemis du monde. Deuxièmement : parce que, si Nymphadora fêtait ses vingt-six ans, John, lui, venait de fêter ses quarante-quatre ans... Et cela serait encore moins du goût de ses parents !

Pourtant, le chef des aurors et la vélane entretenaient une relation secrète depuis quelques mois maintenant. Bien entendu, c'était un secret de polichinelle. Personne n'était officiellement au courant, mais le ministère en entier en parlait et tout le monde semblait attendre qu'ils n'officialisent leur relation. Toutefois, la vélane avait tendance à se demander parfois ce qu'il y avait à dire. Aux vues de la quantité incalculable de travail qu'ils avaient à abattre et du temps libre quasiment inexistant qui était à leur disposition, leur relation était pour le moment uniquement platonique. Et il fallait bien avouer que cette situation commençait réellement à peser sur le moral de la vélane.

Elle avait hésité plusieurs fois à se rendre dans son bureau, à le fermer à clé et à s'octroyer une heure de pause, mais malheureusement, quand on est chef de service, il ne faut pas compter dessus. C'était donc ce soir ou jamais, et la vélane avait mit le paquet.

La soirée se déroulait dans un manoir victorien situé dans le Yorkshire. La vélane s'était réellement demandé pourquoi ils avaient dû aller si loin pour passer cette soirée. C'était d'un ennui... Mortel.

La vélane était vêtue d'une longue robe de soirée qui semblait composée de millions de goûtes d'eau et mettait ses formes en valeur. Au décolleté plongeant, la robe était également fendue jusqu'au milieu de sa cuisse, laissant apparaître une de ses jambes. Une cascade de diamants autour du cou, elle avait attaché ses cheveux en un chignon serré. Elle devait retrouver John sur place. Des carrosses avaient été attelés afin de se rendre au manoir, alors que les invités transplanaient devant les grilles du manoir. Lorsque Nymphadora arriva devant la demeure, elle ne pu s'empêcher d'entre-ouvrir la bouche devant tant de beauté. Le lieu de réception brillait de mille feu et la décoration était si féérique qu'elle semblait irréelle. Devant les marches, Nymphadora le reconnu. John McTavish, en tenue de soirée, semblait peu à l'aise avec le noeud papillon qui était venu se coller (vraisemblablement contre sa volonté) autour de son cou. La vélane savait à quel point il détestait ce genre de protocole. Soudain, il tourna la tête dans sa direction, alors qu'elle descendait du carrosse qui l'avait conduite jusqu'au manoir. Elle ne put s'empêcher de sourire en voyant cet air hébété qu'il affichait sans s'en rendre compte.

La vélane marcha vers lui, réussissant l'exploit d'avoir l'air naturelle en marchant sur des graviers alors qu'elle portait des Louboutins aiguisés. Arrivée devant lui, il fit quelque chose qui étonna énormément la vélane. Il l'embrassa. Nymphadora le regarda l'air interloqué. Elle pensait que leur relation devait rester discrète ? S'il l'embrassait devant tout le monde, cela ne voulait donc dire qu'une chose... Ils officialisaient désormais leur relation...?

Tu es... Magnifique... Vraiment... Allons-y, entrons, tout le monde est déjà là... Et plus vite nous nous ferons remarquer à cette soirée, plus vite nous partirons...

La vélane le reconnaissait bien là. Lui aussi avait envie d'être ailleurs, ce qui, d'un sens, la rassurait. Prenant le bras qu'il lui tendait, ils marchèrent ensemble en direction des grandes portes éclairées par des centaines de petites fées.

Et ce baiser... Qu'est-ce que ça signifie, au juste... Tu comptes... Officialiser notre relation...? Enfin, si relation il y a, parce que franchement je dois t'avouer que...


John leva les yeux au ciel. Elle était parfaitement impayable. Sans la regarder, les yeux fixés devant lui mais avec un sourire au coin des lèvres, il ajouta simplement.

J'ai pensé qu'il était temps. Je déteste les commérages, au moins cela fera taire les spéculations et nous n'aurons plus à craindre quoi que ce soit. C'est mieux pour nous, mieux pour nos relations de travail, non... Sincèrement, Nymphadora, c'est une très bonne chose.


Nymphadora le regardait toujours, l'air étonné au visage. Avait-il bien pensé aux conséquences de tout cela...?

Et mon père...?


Ton père, je l'emmerde.

La vélane fit une petite moue. Des raisons professionnelles, c'est tout ce qu'il avait trouvé à dire... Dire "je t'aime et c'est tout ce qui compte, je me fous que la terre entière le sache, d'ailleurs je n'ai qu'une envie, c'est le crier à qui veut l'entendre, je t'aime, Nymphadora Fillarius !", c'était LARGEMENT au dessus de ses forces. Même s'il le pensait, ce n'était pas son genre de lancer à la face du monde ses sentiments. Non... Nymphadora connaissait désormais suffisamment John pour savoir que jamais il ne serait comme ça.

La soirée fut plus longue encore que la vélane ne l'aurait pensé. Mais cela l'amusa énormément, car cette petite révélation sur leur relation fut au centre de toutes les conversations et Nymphadora était persuadée que John prenait un malin plaisir à faire taire tous ses détracteurs. C'était même sûr, elle le voyait à sa manière de parler, de se comporter. Après plusieurs coupes d'hydromel, plusieurs formalités, le moment fut enfin arrivé où la vélane et le chef des aurors pouvaient songer à s'éclipser.

Une fois hors du manoir, Nymphadora attrapa la main de John et transplana le plus loin possible du Yorkshire et de ses soirées guindées. Ils arrivèrent en plein milieu de l'appartement londonien de la vélane. Elle éclata alors de son rire cristalin qui raisonna dans tout le loft.

Non mais tu as vu la tête du ministre !!! Tu as vu l'expression qu'il affichait quand tu lui as dis que nous étions ensemble ? C'était à mourir de rire !!! Le pauvre...

Nymphadora se tourna alors vers le chef des aurors et se lova dans ses bras avant de l'embrasser avec passion. Plantant son regard gris dans les yeux de l'écossais, elle lui dit.

Tu restes dormir ici...?


C'était une question sans en être une, en réalité. Pour seule réponse, John se saisit de ses lèvres. Tout bascula rapidement. La robe de Nymphadora ne resta pas longtemps sur son corps si parfait de vélane. Enfin leur relation allait prendre un nouveau tournant. Enfin, ils formaient réellement un couple. Aussi bien pour la terre entière... Que pour eux-même.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: First time we met.   

Revenir en haut Aller en bas
 

First time we met.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» la Crazy Time recrute!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pour vous aider ... :: Evolution des personnages :: Journal Intime-