AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soirée nantaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Soirée nantaise   Sam 2 Mai - 20:59

Irmine n'avait jamais mis les pieds à Nantes, elle aurait donc dû doublement se réjouir de cette soirée, et cela avait été le cas...jusqu'à il y avait un peu moins d'une heure. La colère avait malheureusement éclipsé la joie qu'elle se faisait de revoir Goulven.
Elle avait pris la poudre de cheminette pour rejoindre le Passage Pommeraye et le spectacle qui s'offrit à elle en sortant de la chocolaterie, dans laquelle se dressait la cheminée publique, lui fit oublier quelques instants l'événement désagréable de ce début de soirée. Elle avait atterri dans un véritable centre commercial sorcier, et les moldus qui passaient dans la rue devant les grilles fermées à double tour ne semblaient pas se rendre compte de l'activité qui animait le lieu.

Irmine longea l'atrium en jetant des regards curieux de tous les côtés. Des lampadaires illuminaient le passage grouillant de monde en ce samedi soir ; elle atteignit le cinquième escalier, qu'elle montag jusqu'à l'étage du milieu, et passa ensuite devant plusieurs statues de marbre blanc avant de trouver la fameuse porte rouge.
La jeune femme toqua. Une fois...une deuxième...mais elle ne tenta pas une troisième, devant se rendre à l'évidence que Goulven n'était pas chez lui. Légèrement surprise, elle se retourna et s'accouda à la rambarde en fer forgé pour observer les différentes vitrines qui attiraient une à une son regard.

Les minutes passèrent et son amant se faisait toujours attendre. L'impatience générée par ce retard très impoli réveilla le ressentiment encore frais de la belle naïade. Décidément, on était loin de la soirée de ses rêves : elle avait dû supporter la destruction des livres de sa bibliothèque, et voilà qu'elle poireautait sans savoir pour combien de temps encore.
Alors Irmine attendit, jouant distraitement avec un pan de sa cape bleu nuit, les yeux dans le vague, tandis que ses pensées l'entraînaient vers les sombres méandres des regrets de n'avoir pu sauver qu'une minuscule partie du précieux patrimoine qui avait été sacrifié.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Dim 3 Mai - 1:26

Bien qu'ébranlé par la mort de Jared, jamais Goulven ne s'était plongé à ce point dans le travail. C'était une manière d'honorer sa mémoire et aussi de se soulager de la peine que sa perte avait causé.

Un dossier puis deux puis trois, tout classé dans un ordre logique pour lui seul, l'avocat mettait en ordre ses affaires dans ce qui était son futur cabinet. N'aimant pas remettre au lendemain ce qui pouvait être fait le jour même, Goulven avait fait en sorte de terminer ses aménagements dans la journée afin d'être prêt pour la semaine suivante.

Il en oublia l'heure ! Un coup d'oeil sur sa montre à gousset lui indiqua qu'il était plus que temps de quitter le silence de son sanctuaire et de regagner la rumeur nantaise. Il traversa la Place Royale en se fondant dans la foule Moldue et regagna le quartier sorcier de Nantes, le passage Pommeraye.

20h15. Et dire qu'il avait compté les heures, les minutes avant de la revoir. Qu'il avait été dépité qu'elle ne puisse pas venir, ne serait-ce que quelques heures plus tôt ! Ce retard était difficilement excusable, aussi il pressa le pas et l'aperçut. Il monta les escaliers quatre à quatre et l'attrapa par la taille, armé de son habituel sourire et alla chercher ses lèvres.


"Ine, comment me faire pardonner ?"


Il remarqua qu'elle avait l'air contrarié et en prit toute la responsabilité. Il ne chercha même pas à se justifier : Il n'aurait tout simplement pas dû être en retard ! Néanmoins, il lui dit à titre informatif.


"Je travaillais à quelques rues d'ici et j'en ai oublié l'heure."


Il prit ses mains et força un peu son sourire, mais il ne trouva pas d'écho. Infiniment désolé, il encadra son visage avec ses paumes.

"Oh, tu m'en veux vraiment beaucoup ..."


Comment rattraper le coup ? Il espérait surtout qu'elle ne se fasse pas de fausses idées sur son compte mais l'avantage avec Goulven c'était que le plus petit mensonge se voyait tout de suite sur son visage.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Dim 3 Mai - 14:50

Avec quinze minutes de retard, Goulven finit par apparaître. Il l'enlaça aussitôt qu'il fut arrivé à sa hauteur, mais Irmine répondit à son baiser avec un peu moins d'entrain que ce à quoi il devait s'attendre.

- Ine, comment me faire pardonner ?

- En étant à l'heure la prochaine fois. Heureusement que je ne suis pas venue plus tôt comme tu l'avais demandé.

C'était un fait, la sorcière n'aimait pas les retardataires, toutefois son agacement était plus alimenté par les événements de l'Académie que par l'impair de Goulven. Le pauvre avocat avait juste mal choisi son jour pour être en retard.

Il lui apprit qu'il travaillait à quelques rues d'ici, ce qui répondit au moins à l'une des questions qu'Irmine s'était posée durant ces trois interminables jours d'attente : avait-il quitté le Grand Conseil ? Cela semblait être le cas. Elle hocha simplement la tête, espérant que cette nouvelle n'allait toutefois pas contre-carrer le seul plan qu'elle envisageait pour récupérer les livres volés par Bénédicte.

- Bon, tu as l'intention de nous faire passer la soirée sur ton palier ? demanda-t-elle avec humeur.

- Oh, tu m'en veux vraiment beaucoup...

En voyant l'air sincèrement désolé de son amant, Irmine perdit un peu de son aigreur et posa une main sur celle de Goulven.

- Un peu. Mais il faut surtout que je te parle de quelque chose d'important qui ne peut s'expliquer dans un couloir.

L'hybride n'était pas du tout à l'aise avec l'idée de ce qu'elle allait lui demander, mais elle n'avait pas vraiment d'autre solution.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Dim 3 Mai - 18:58

Passage Pommeraye:
 

On accédait aux appartements par une porte de bois rouge, à peine dissimulée dans une alcôve. Alors que le responsable de l'animalerie magique sortait toutes sortes de cages dans lesquelles se trouvaient des animaux plus où moins allergènes, Goulven ne fît pas d'avantage attendre la belle pour rentrer. Il appuya sur la sonnette qui portait son nom, puis la porte s'ouvrit sur un couloir lambrissé sous les combles, dans lequel ils eurent à passer quelques marches qui semblaient se trouver là sans raisons particulière. Le couloir était sombre, et l'édifice craquait légèrement sous leurs pas. L'avocat la guidait en lui tenant la main, en silence, intrigué par ce qu'Irmine avait à lui dire.

Sur leur gauche une multitude de portes défilaient. Certaines étaient faites de bois précieux et d'autres dans une matière qui ressemblait fort à du carton. Il y en avait qui étaient si proches les unes des autres qu'il était difficile d'envisager qu'elles s'ouvrent sur des pièces plus grandes que des placards.
La porte de Goulven était dans un bois semblable à du hêtre et d'apparence sobre mais la poignée était en fer forgé. Elle avait la particularité d'être basse, ils durent se baisser pour pénétrer dans l'appartement qui était en réalité une grand pièce mansardée qui ressemblait plus à une bibliothèque qu'un logement. La pièce principale s'ouvrait sur une cuisine et une chambre qui elle même donnait sur une salle d'eau, l'agencement était complètement illogique quand on pensait à l'allure du bâtiment dans lequel il se trouvait. (Hj :Mais comme dirait Jenna : "Tagueule, c'est magique.")
Il jeta ses clefs sur une console et la débarrassa de sa cape.

"Je t'écoute ? Que se passe t-il ?"
lui demanda t'il en la rangeant dans un placard. Il ne savait pas vraiment à quoi s'attendre, surtout que cela ne pouvait être dit en présence de n'importe qui apparemment ... Par ces temps, on devenait facilement paranoïaque.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Lun 4 Mai - 1:15

Irmine suivit Goulven à travers le long couloir d'habitations sorcières. De l'extérieur, il était difficile d'imaginer que le centre commercial contenait autant d'appartements, mais avec la magie tout était possible.  Finalement, l'avocat s'arrêta devant une porte en hêtre et lui céda le passage pour la laisser pénétrer en premier dans son appartement.

La belle sorcière s'était amusée à s'imaginer le lieu de vie de l'élu de son coeur, et elle s'était immédiatement persuadée qu'il devait posséder quantité de livres...toutefois, elle ne s'était pas attendue à ça : une bonne partie des murs étaient recouverts d'ouvrages, donnant presque l'impression à Irmine de se retrouver dans son bureau à la bibliothèque de Beauxbâtons. Elle s'avança au centre de la pièce alors qu'il rangeait sa cape dans une penderie, observant avec curiosité tout autour d'elle et s'imprégnant de l'ambiance du lieu. Elle l'adorait déjà, elle s'y sentait à l'aise...dans son élément.

La question de Goulven ramena les pensées d'Irmine sur ce dont elle voulait lui parler. Elle récupéra son sac qu'elle avait laissé à l'entrée et s'approcha du bar qui séparait la cuisine du salon ; un à un, elle sortit la douzaine de livres partiellement brûlés qu'elle avait pu sauver du bûcher et les posa sur le comptoir, et elle finit par un rouleau de parchemin qui avait clairement été froissé de colère avant d'être enroulé à nouveau.
La bibliothécaire tendit le parchemin à Goulven et se lança dans une explication résumée des événements.

- La nouvelle directrice de Beauxbâtons a pillé la bibliothèque sans me prévenir. Elle a récupéré tous les livres de cette liste, qui sont désormais interdits par le Grand Conseil, et les a envoyé à Brocéliande. Et ce soir, elle a fait pire encore...

La voix d'Irmine vibrait de colère et une flamme s'alluma dans son regard alors qu'elle racontait au jeune homme l'événement qui s'était déroulé dans la cour. Une fois le récit terminé, elle saisit délicatement le premier grimoire de la pile qu'elle avait constituée sur le bar ; celui-ci était en très mauvais état et elle put enfin juger des dégâts en tournant très lentement les pages, dont plusieurs tombaient en lambeaux.
Pour la sorcière, le pire des sacrilèges avait été commis, et elle se sentait tout à la fois fâchée, mortifiée et honteuse. Elle était la gardienne des livres de l'Académie, et elle avait le sentiment d'avoir failli à sa tâche.

- C'est tout ce que j'ai pu récupérer...cette folle a détruit une centaine de grimoires.

Ce n'était pas courant d'entendre Irmine insulter quelqu'un, et encore moins en français - elle privilégiait le norvégien pour cela ! - mais était encore polie en comparaison de ce qu'elle pensait de Bénédicte.
La jeune femme releva sur Goulven son regard vert, dans lequel brillait clairement la haine qu'elle éprouvait pour la directrice, mais également l'espérance de pouvoir compter sur lui.

- Je ne peux pas les laisser à l'Académie, même dans mes appartements. Est-ce que tu veux bien les garder pour moi s'il-te-plait ?

Cette demande-là était facile, bien qu'elle impliquait qu'il accepte de posséder des livres interdits, c'était la suivante qui allait être plus délicate.

- Venn, à Nouvel-An tu as mentionné un archiviste qui s'occupe des livres censurés par le Grand Conseil..., avança-t-elle prudemment en jetant un regard éloquent à la liste des ouvrages confisqués.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Lun 4 Mai - 2:19

Sitôt qu'elle fût débarrassée de sa cape, elle lui expliqua que la nouvelle directrice de l'Académie s'était permise de faire une descente dans la bibliothèque et de s'emparer de volumes interdits pour les envoyer au Grand Conseil. Goulven était au courant de cette motion de censure, il possédait même un grand nombre des livres qui se trouvaient sur la liste et préfèrerait vendre un de ses organes plutôt que de s'en défaire. Il avait été le premier choqué par cette mesure, un grand nombre de ceux que son grand-père historien avait écrit étaient maintenant interdits.
La vue des livres calcinés le choqua encore plus. Certains étaient très abîmés et inutilisables, d'autres perdaient leur reliure, ils risquaient de tomber en un tas de cendre au moindre choc aussi les manipula t-il avec d'infinies précautions, comme s'ils étaient faits de cristal. Irmine termina en lui demandant de les garder chez lui, en sécurité.

"Bien sûr."

Il les prit et alla les déposer dans un secrétaire qu'il ferma à clef immédiatement. Il ne savait pas si son appartement était sûr mais en tous cas il l'était plus que l'Académie, pour ce genre d'ouvrages du moins.

"De toutes façons, cette femme est complètement aliénée."

Goulven la connaissait bien. Trop bien, et ce n'était pas une chose qui l'enchantait. Les grande familles de Sang Pur se croisent souvent à des réceptions, officielles ou non.

Irmine évoqua alors un archiviste dont il avait parlé à Nouvel An alors qu'Irmine s'inquiétait de savoir ce que devenaient les livres confisqués.

"Je le contacterai mais je pense que les originaux sont en sécurité quelque-part. Et qu'il vaut mieux qu'ils y restent."

Il ne savait pas si sa réponse allait la satisfaire, mais il jugeait que moins elle en saurait, mieux cela vaudrait. Une fois les livres enfermés, il glissa la clef dans sa main et referma ses doigts dessus puis la garda dans la sienne. Il profita de ce contact pour s'approcher doucement et l'embrasser avec beaucoup de douceur mais il la sentait tendue.

"Vient voir."

Prenant sa main, il la traîna aux quatre coins de l'appartement et prit six volumes. Deux d'entre eux étaient d'autres exemplaires de ceux qui se trouvaient maintenant enfermés dans son bureau, et quatre autres figuraient sur la liste qu'elle lui avait montré.

"Si ça peut remplir tes étagères. Tiens, celui-là c'est même une première édition ..." dit-il en montrant un livre relié de cuir rouge intitulé "Grandeur et décadence de la civilisation Celte", justement écrit par l'historien de la famille, Gwendal Guivarc'h. Mais alors qu'elle allait refuser ...

"J'insiste."

Il lui envoya son sourire et la devança pour aller les mettre dans son sac. Si elle ne voulait pas les prendre pour l'Académie, elle n'aurait qu'à les garder pour elle, ou les passer à des gens qui en auraient besoin, il ne savait pas, mais ces pages ne devaient pas rester entre ces quatre murs. De plus, s'ils étaient perdus, il n'aurait pas trop de peine à en récupérer d'autres, Nantes regorgeait de bouquinistes qui avaient des bibliothèques cachées dans leurs caves.

Une fois cela fait, il se retourna vers elle, prit son visage entre ses mains et se permit de l'embrasser encore. Ah, qu'elle lui avait manqué ... il la garda entre ses bras encore un moment, espérant ainsi qu'elle ressentirait son soutien dans cette épreuve, comme elle-même l'avait soutenu lorsqu'il en avait eu besoin.

"Brûler des livres c'est une choses très grave. Mais si on arrête de transmettre nos connaissances et nos valeurs alors ... Le Consul a gagné. Il y a bien plus de ressources que ce qu'il veut bien croire. Quant à toi, Ine ..."

Il la prit pas la taille et posa son front contre le sien, plongeant dans ses yeux son regard bleu.

"C'est ta soirée et si tu dois repartir demain je veux que ce soit complètement détendue. D'accord ? Alors ... je ne sais pas. On peut soit élaborer des plans pour la tuer et débattre sur ce que méritent les gens comme elle jusqu'au bout de la nuit, sinon je te propose un dîner et une étude de runes. Qu'en dis-tu ?"

Il n'attendit pas sa réponse et embrassa à nouveau ses lèvres furtivement en se dirigeant à nouveau vers la cuisine et posa sur le bar deux verres.

"Hydromel ? Whisky ? Vodka ? Bierraubeurre ? Jus de citrouille ?"

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Lun 4 Mai - 5:17

Irmine retint son souffle au moment où Goulven prit les livres avec la plus grande délicatesse, craignant qu'ils ne tombent en poussière malgré toutes les précautions du jeune homme. Le cliquetis de la serrure du secrétaire qui se refermait sur eux lui fendit le coeur : et dire que la veille, ils étaient encore libre d'être consulté par n'importe quel élève de l'Académie. Bien sombre était l'époque qu'ils vivaient, à devoir cacher des ouvrages écrits par des esprits savants qui avaient commis pour seule erreur de traiter des sujets qui déplaisaient à un Consul conservateur.

- Aliénée, et dangereusement stupide. Elle m'en fait voir de toutes les couleurs depuis mon arrivée à Beauxbâtons, et maintenant qu'elle est devenue directrice, on dirait qu'elle s'est mise en tête de me pousser à démissionner. Mais il en est hors de question !

La bibliothécaire était résolue à ne pas se laisser bouffer par cette garce. Elle s'était faite insulter à maintes reprises autant par les mots que par les actes de Bénédicte, et si extérieurement ses collègues pouvaient penser que cela lui passait dessus sans la toucher, intérieurement elle bouillonnait. Pourtant, elle refusait de capituler et de quitter l'école ; elle refusait de quitter sa place pour galérer à nouveau avec des emplois bien en-deça de ses compétences.

Lorsque Goulven lui promit de contacter l'archiviste qu'elle avait mentionné, elle ne fut que moyennement rassurée. Elle n'appréciait pas du tout de devoir demander un tel service à son amant, estimant qu'il risquerait des ennuis pour une affaire qui ne le concernait pas à la base, mais elle n'avait pas d'autre solution.
Cependant, la mention "d'originaux" fit tiquer Irmine : cela sous-entendait-il que la bibliothèque du Grand Conseil n'aurait qu'une copie de ces ouvrages ? Goulven ne semblait pas enclin à lui donner plus d'informations, et elle devinait aisément sa motivation à la tenir éloignée du processus, même si cela ne lui plaisait guère.

- J'ai juste besoin d'être sûre qu'ils ne seront pas détruits ni dégradés : certains exemplaires sont rares et seront bientôt introuvables. Je ne peux supporter l'idée que la connaissance qu'ils contiennent soit perdue.

La jeune femme ne s'était jamais battue pour la liberté d'expression, en revanche elle tenait farouchement à celle de s'instruire ; évidement les deux étaient intimement liées, mais elle avait le sentiment qu'un nouveau palier dans l'escalade de la discrimination venait d'être franchi, au sein même de ce qui avait été un bastion de la liberté avant l'accession de Bénédicte à la direction.

Irmine avait été tellement choquée par les événements que même la douceur des lèvres de Goulven contre les siennes ne parvint pas à la détendre. Il entreprit alors de lui faire faire le tour du propriétaire en ramassant des bouquins au passage, qu'il lui offrit pour remplacer ceux que Beauxbâtons avait perdus. Le terme "première édition" était aussi doux que du miel aux oreilles de la sorcière, qui mesurait la valeur de ce cadeau...qu'elle ne pouvait pas accepter !
Irmine allait protester, mais il ne lui en laissa pas la temps, retirant de ses mains le livre dont elle admirait la couverture et allant glisser le tout dans son sac. Elle se demanda où elle pourrait les conserver : ils n'approcheraient pas la bibliothèque, et même sa chambre ne lui semblait plus assez sûre. L'appartement que lui avait légué Arsène ? Elle n'y mettait jamais les pieds et ne voulait pas risquer que quelqu'un s'en empare faute de surveillance.

- Merci. souffla-t-elle, n'étant pas ingrate, alors que Goulven revenait vers elle et l'embrassait à nouveau avec tendresse.

Irmine se lova contre son amant, et au creux de ses bras son courroux commença enfin à s'apaiser. Elle était touchée par sa sollicitude, mais également soulagée de l'avoir à ses côtés et que son dépit ait trouvé écho chez quelqu'un qui portait le même amour qu'elle aux livres.
Le fantôme d'un sourire, le premier de la soirée, naquit enfin sur les lèvres de la naïade alors qu'il proposait un programme plus alléchant que l'établissement d'une liste des pires tortures qu'elle rêvait d'infliger à Bénédicte.

- Moi qui croyait que les runes n'étaient qu'une excuse pour me garder près de toi toute la nuit.

Le ton ironique de sa plaisanterie était le signe qu'elle se détendait un peu, enfin ! La naïade s'assit sur un siège haut qui trônait devant le comptoir, le bas de sa robe remontant légèrement sur ses cuisses. Elle avait fait un effort vestimentaire pour cette soirée et avait revêtu une robe proche du corps de couleur crème - nuance qui se faisait rare dans sa garde-robe - rehaussée par une ceinture noire. Le style du vêtement était proche de celui d'une moldue, et la coupe restait sobre bien qu'avantageuse. Sa chevelure soyeuse ondulait librement dans son dos, et elle replaça une mèche derrière son oreille alors que Goulven lui proposait toutes sortes de breuvages.

- Whisky, sans glace s'il-te-plait.

La naïade avait besoin de quelque chose de corsé pour temporairement oublier ses problèmes et profiter de sa soirée. Elle réalisa que ce n'était pas la première fois qu'il la voyait avec un verre d'alcool fort à la main et espérait qu'il n'allait pas la prendre pour une alcoolique.
Reposant sa boisson après en avoir avalé une gorgée, Irmine en profita pour dévier le sujet de la conversation.

- C'est donc du travail qui m'a fait faire le pied de grue devant le couloir. le taquina-t-elle, Tu es indépendant maintenant ?

Irmine n'avait pas oublié ce projet que Goulven avait mentionné sur la falaise quelques jours auparavant.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Lun 4 Mai - 8:14

Le fait que Bénédicte de Beauregard s'en prenne à Irmine comme ça ne plaisait pas du tout à Goulven. Il l'avait déjà dans le colimateur depuis des années et cela n'arrangeait rien. Quand elle avait quitté le gouvernement pour l'Académie, il s'était senti très soulagé. Même si Irmine était forte, elle le lui avait démontré plus d'une fois, il préférait qu'elle prenne soin d'elle.

Quant aux livres que le Grand Conseil récupérait, il ne pouvait malheureusement pas lui en dire plus car lui-même ne savait rien et il était hors de question de lui donner le nom de cette personne, cela les mettrait en danger tous les deux.

"Je comprends, et je comprends que ça t'ennuie de passer par une tierce personne mais cela vaut mieux, je lui demanderais moi-même."

Il ne la connaissait pas si bien que ce qu'on pourrait croire, mais attentif à elle, il se montra compréhensif et comprit mieux pourquoi son retard avait pris de telles proportions. Il lui servit ce qu'elle lui demanda, prit la même chose qu'elle mais le coupa avec de la glace. Irmine voulu avoir quelques précisions sur le travail qui l'avait retenu.

"J'ai démissionné jeudi matin. Ca n'a pas beaucoup plu aux Sénateurs ... C'était assez perturbant de devoir plaider pour son départ immédiat. L'après-midi, je trouvais un local. J'avoue avoir pris le premier bien placé qui est venu, il est à quelques rues d'ici. Je tenais à être prêt le plus rapidement possible, j'ai déjà ... quelques dossiers à reprendre." dit-il en restant évasif. Il ne voulait pas avouer tout haut qu'il avais sciemment volé quelques rouleaux de parchemin avant de quitter les lieux définitivement.

"J'ai déjà contacté ces gens. Au péril de ma vie ... maudit soit celui qui eut l'idée d'utiliser des hiboux pour communiquer, il faut que je trouve un autre moyen, tout aussi discret. Et il y a toujours le risque que les courriers soient interceptés ... il était question qu'un contrôle soit mis en place au moment où je suis parti. Bon sang, rien que d'en parler, ça me donne la nausée."

Il prit une gorgée de Whisky pour faire passer cette sensation et reprit.

"Mais je suis prêt, enfin je crois. En espérant que mon nom ne soit pas un handicap, je serais le dernier à me faire confiance." dit-il en riant. Mais cela trahissait une réelle inquiétude quand même. Être associé à son père l'avait toujours dérangé, cette fois le préjudice serait double, il lui appartenait de travailler deux fois plus pour obtenir ce qu'il voulait et pour quelqu'un sur qui tout était toujours tombé tout seul c'était assez inhabituel mais sa motivation était telle que cela ne lui faisait pas peur.

Il reporta alors son attention sur la jeune femme, prit sa main et embrassa ses doigts tout en soutenant son regard un long moment, un sourire mutin accroché aux lèvres. Cette soirée allait leur faire du bien à tous les deux, loin des tracas du travail pendant au moins quelques heures ...

"N'as-tu pas faim ? Il n'est pas de bonne heure ..."
dit-il après avoir jeté un coup d'oeil à la pendule.

Ajoutant en plus un petit temps de préparation du repas, il ne voulait pas non plus la laisser dans l'inconfort que la faim pouvait provoquer.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Lun 4 Mai - 21:10

L'insistance de Goulven à se charger personnellement de vérifier la bonne conservation des livres interdits dérangeait Irmine, mais elle finit par acquiescer, ne pouvant pas faire grand chose de plus de toute manière.

Elle l'écouta attentivement tandis qu'il racontait le tournant qu'avait pris sa vie professionnelle ces trois derniers jours. La jeune femme remarqua qu'il avait eu une seconde d'hésitation avant d'achever sa phrase sur les dossiers qu'il reprenait. Elle commençait à le connaître, et il lui sembla qu'il se retenait de mentionner une information. L'hybride ne posa pas de question, estimant que s'il y avait des choses dont il ne désirait pas parler, c'était son droit.
Irmine eut un petit sourire compatissant lorsqu'il mentionna les hiboux. Son allergie devait être sacrément handicapante au quotidien, d'autant plus parce qu'il était un sorcier.

- Je me demande encore comment tu as survécu à 7 années à Beauxbâtons, avec tous les animaux des élèves.

Le sourire de la belle naïade se transforma en léger rictus dégoûté quand il mentionna la possibilité que le Grand Conseil surveille le courrier des sorciers vivant en France. Ce n'était probablement qu'un début malheureusement !
Elle lui aurait volontiers conseillé la poste moldue, mais il y avait sûrement déjà pensé, et cette dernière était très lente en comparaison au système sorcier, de plus il faudrait que les clients de Goulven aient une adresse atteignable. C'était un paramètre largement en défaveur de cette option.

- En espérant que mon nom ne soit pas un handicap, je serais le dernier à me faire confiance.

Irmine sourit, tentant de paraître confiante, mais en réalité elle craignait pour lui que cela ne repousse bien des plaignants. Néanmoins, l'avocat paraissait sûr de lui, l'avenir montrerait donc s'il s'en sortirait.

- Au pire, tu peux prendre une nouvelle identité : les livres de runes regorgent de noms vikings très classes, je te ferai une liste...Goulven Harvadr ou Torkell, ça sonne bien. plaisanta-t-elle.

Leurs regards se confondirent quelques instants et il retrouva ce sourire qui n'appartenait qu'à lui et plaisait tant à la naïade. Elle en oublia momentanément la morosité qui avait signé le début de la soirée et le lui rendit, ses yeux verts retrouvant l'éclat qu'ils arboraient en sa présence.

- Si, qu'as-tu prévu ? Pour le vin, j'ai pensé que... Faen ! Le vin ! Je reviens !

Dans sa précipitation à rassembler les livres qu'elle avait subtilisés du bûcher, Irmine en avait oublié les deux bouteilles qui trônaient pourtant sur son secrétaire depuis la veille. Elle transplana aussitôt dans ses appartements à l'Académie et récupéra son bien sans s'attarder, réapparaissant tout aussi vite dans l'appartement nantais.

- Avec toutes ces histoires, je les avais oubliées. J'ai choisi un Meursault et un Gevrey-Chambertin, comme je ne sais pas ce que tu à prévu à dîner.

Avec deux grands crûs, un blanc et un rouge, la sorcière Bourguignonne avait paré à toutes les éventualités.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Lun 4 Mai - 21:54

Elle n'avait pas tort. Survivre à l'Académie au milieu des animaux de ses condisciples avait été vraiment éprouvant. Heureusement, il existait des potions qui rendaient la chose un peu plus supportable.

"Je rentrai chez moi pendant les vacances, ça m'a permis de survivre. Mais ça ne s'arrange pas avec le temps, malheureusement."

Il avait pensé à changer son nom et prendre un pseudonyme comme un certain quarteron de centaure, mais pas pour un nom Viking ... Cependant, qu'Irmine les évoque réveilla sa curiosité, ainsi que le juron qu'elle poussa, en plus du surnom qu'elle lui avait offert et qui signifiait "ami" en Norvégien. Or, lorsqu'elle avait évoqué son enfance, elle n'avait pas parlé de la Scandinavie.

En revenant de chez elle, il prit les bouteilles et les regarda d'un oeil connaisseur. Leur étiquette montrait que la Bibliothécaire n'était pas bourguignonne pour rien.

"Parfait !"

L'avocat avait prévu un filet de poisson au beurrre blanc accompagné de légumes, le blanc, ce qu'elle avait choisi se marierait fort bien avec le plat. Il déposa les bouteilles sur son plan de travail et s'attaqua à la préparation du plat ce qui ne l'empêchait pas de discuter avec elle en même temps.

"J'ai prévu simple, mais bon, avec des bons produits ..." la prévint-il. En réalité, la cuisune de Goulven était à son image, il n'en faisait jamais trop. Aussi, le dessert s'alignait sur la simplicité voulue de ce repas, un fondant au chocolat.

"Tu parles Norvégien ... tu y es allée ? Tu y as vécu peut-être ?" lui demanda t-il sur le ton de la conversation.

Il ne la connaissait pas si bien que ça, c'en était même abherrant quand on songeait à l'intensité des sentiments qu'il éprouvait pour elle.Comme un aveugle qui apprécierait une toile de maître juste en faisant courir ses doigts dessus.
Leur proximité lui ôtait la peur d'être indiscret, elle ne s'était pas non plus gêné pour lui poser des questions sur sa vie et elle saurait lui dire si ses questions étaient trop intrusives ...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Mar 5 Mai - 0:50

Irmine fut ravie de voir l'oeil appréciateur que son amant posa sur les bouteilles et les appellations des vignobles. Elle avait beau avoir grandi éloignée du reste du monde par ses grands-parents, elle venait d'une région où la culture du vin était omniprésente, et elle avait appris à apprécier ce nectar.
La jeune femme fit le tour du bar pour rejoindre Goulven qui s'affairait en cuisine, ayant bien l'intention de faire sa part du travail qui lui revenait en tant que sommelière de la soirée.

- As-tu un seau à glace ? Non laisse, je m'en charge.

Elle ne le laissa pas lâcher ses fourneaux et ouvrit le placard qu'il lui indiqua, attrapant ce qu'elle cherchait, et rempli le seau d'eau avec quelques glaçons. Bien entendu, elle se servit de sa baguette magique, faisant taire le réflexe qu'elle aurait pu avoir de pratiquer sa magie intuitive de naïade en modifiant la température de l'eau. Irmine avait beau être bien plus à l'aise en présence de Goulven, une partie de sa garde restait toujours en place.

La sorcière déboucha la bouteille de blanc, et c'est après le "pop!" sonore qu'elle répondit à sa question sur la Norvège.

- Oui, j'y ai étudié pendant 5 ans, à la Magi Universitet dans le Tryllekunstnerfjord. C'est au nord de la Norvège.

L'établissement était reconnu dans le monde magique international comme étant de grande qualité mais également sélectif, Irmine avait dû passer des examens d'entrée pour y être admise.

- C'est là-bas que j'ai étudié tous les alphabets runiques, mais ce n'était qu'une partie de mon cursus. J'ai un diplôme en Magie Ancienne Nordique en fait.

La naïade en ayant terminé avec le vin, qui devait maintenant reposer, elle s'approcha du plan de travail de Goulven pour l'observer à la tâche, tout en continuant la conversation. Il lui était relativement aisé de parler de cette époque de sa vie car c'était la plus heureuse, et le temps était aux confidences. Après tout, ils n'en savaient que peu l'un sur l'autre, même si la jeune femme possédait une petite longueur d'avance.
Elle reprit une gorgée de son verre de whisky qu'elle tenait à la main et sourit en regardant les gestes maîtrisés du jeune homme.

- Et toi, tu as voyagé ?

Il n'y avait pas de raison pour qu'elle soit la seule à parler de sa vie ce soir-là. Ce n'était pas parce que les Bretons avaient de la difficulté à s'arracher de leur terre natale qu'ils ne mettaient jamais un pied hors de France.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Mar 5 Mai - 8:08

N'importe qui aurait dû être surpris de se rendre compte qu'Irmine, avec son diplôme en Magies Anciennes n'était "que" bibliothécaire. Goulven qui avait fait preuve de beaucoup d'inertie dans la progression de sa carrière n'était personne pour juger, aussi, il ne releva pas et ne se permis aucun commentaire. Elle lui délivrerait la raison de ce choix professionnel un jour, peut être.

Ses gestes étaient rapides et précis, si bien qu'il passa vite à la cuisson, au passage il tapotant du bout de sa baguette sur un vieux four qui se mit en route en laissant échapper des effluves de chocolat. A ce moment là, elle lui demanda s'il avait voyagé.

"Hélas ... Je ne m'en suis jamais donné les moyens. Le plus loin que je sois allé, c'est Glasgow et ce n'était même pas dans un but de voyage. Je devais aller chercher de la documentation pour mon grand-père qui ne voulait pas prendre le risque de se faire envoyer ces livres par hibou. J'avais 18 ans et c'était la plus grande aventure de ma vie. Je pensais m'en sortir en Anglais, mais les sorciers là-bas parlent le Gaélique ! Enfin, comme ici où nous parlons breton." Bref, j'étais pathétique ...

Bien que chez les Moldus ce dialecte ait quasiment disparu et n'était parlé que dans les familles de souche, il était encore très présent chez les sorciers.

"Ensuite je n'en ai plus jamais eu l'occasion."

Et c'était triste quand on songeait que ce sorcier était féru d'architecture moldue, il n'avait jamais vu de ces yeux les édifices qui suscitaient son admiration.

"Je crois qu'on va pouvoir passer à table ..."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Mar 5 Mai - 17:20

L'anecdote de Goulven était cocasse et Irmine éclata de rire en imaginant le jeune Le Guerrec perdu en Ecosse, ne comprenant pas un mot de ce que lui baragouinaient les autochtones. Elle se trouva néanmoins en désaccord avec lui sur son manque d'occasions de voyager et ne se gêna pas pour le lui faire savoir, comme d'habitude.

- « Occasions »…dis plutôt motivation à mettre le nez hors de ta Bretagne. N’essaye pas de me faire croire qu’en 9 ans tu n’as pas eu un seul week-end de libre pour voyager.

Elle appuya sa remarque d’un regard entendu et d’un sourire railleur. La jeune femme avait d’ailleurs du mal à imaginer comment l’on pouvait passer toutes ces années sans avoir l’envie de découvrir le monde. Elle comprenait bien le plaisir de voyager au fil des pages d’un livre, mais cela l’avait toujours plus poussée à aller « voir en vrai » tous ces endroits merveilleux. Pour sa part, maintenant qu’elle en avait les moyens financiers, elle ne se refusait pas des petites escapades le temps d’un week-end.

Avec une efficacité déconcertante pour la bibliothécaire, le repas fut rapidement prêt. En un coup de baguette, la table fut dressée, et les deux sorciers suivirent le seau à glace qui lévitait jusqu’à la table. Irmine prit place et put humer le délicieux fumet qui se dégageait de son assiette, couvrant l’odeur de chocolat tout aussi prometteuse qui flottait près du four.
Tandis que Goulven servait le vin, ce fut l’occasion pour la naïade de pousser la curiosité un peu plus loin.

- Ton grand-père était chercheur ?

Cette question avait découlé de la logique de la jeune femme : il avait parlé de documentation trop précieuse pour être envoyée par hibou postal, cela ne devait donc pas être de simples guides touristiques. A moins que cela ait été des livres interdits en France ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Mar 5 Mai - 21:25

Irmine touchait juste ! Il était redoutablement casanier, aussi voyager ne lui avait pas manqué, il n'y pensait tout simplement pas. Ce n'était pas une habitude qu'on lui avait donné.
C'est alors qu'elle éclata de rire et il rit avec elle. Il aimait sa franchise, elle n'avait jamais peur de le bousculer un peu.

"Non, c'est vrai. C'est la réflexion de quelqu'un qui aime bouger. Tu as visité d'autres pays que la Norvège ?"


La concernant, il préféra diriger la conversation sur des sujets plus légers que ses études, son passé difficile, comme il ne savait pas si les deux étaient liés. Il continuait à marcher sur des œufs avec elle et si elle n'avait pas peur de le pousser, il n'était rien de son côté.

Il la suivi à table et ils commencèrent à dîner dans un grand moment de convivialité. Heureux de partager ce moment avec elle, heureux de la découvrir aussi. Elle semblait s'intéresser autant à lui qu'il était curieux vis-à-vis d'elle ... Elle lui demanda si son Grand-Père était chercheur.

"En quelques sortes. Historien en réalité. Spécialiste des civilisations celtes."

En bon hôte, il lui resservait du vin dès que son verre était vide.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Mer 6 Mai - 0:50

L'ambiance de cette soirée n'était pas sans rappeler une certaine escapade parisienne, par sa convivialité [HJéciale dédicace], sa légèreté, et les verres qu'ils buvaient en mangeant. Néanmoins, elle en était également très différente dans l'ouverture que démontrait Irmine.
Goulven ne prenait pas mal les remarques parfois piquantes, mais toujours honnêtes, d'Irmine...et c'était une bonne chose, car plus on la mettait à l'aise, et plus elle se permettait de laisser échapper ses opinions avec franchise.

- Oui, j'adore ça, il y a tellement de choses à voir dans le monde ! répondit-elle avec la passion des grands voyageurs, tandis qu'elle énumérait en comptant sur ses doigts : J'ai fait toute l'Europe du Nord - donc Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Islande, Estonie, Lituanie et Lettonie - l'Irlande, le Portugal, la Suisse, la Grèce, la Russie, l'Egypte et Terre-Neuve au Canada.

Une partie des voyages d'Irmine avait été pour des recherches dans le cadre de ses études, notamment ses nombreuses expéditions en Scandinavie dont plusieurs avec Yngvar, mais le reste était motivé par le simple amour de la découverte. Ses grands-parents ne l'avaient jamais sortie hors du territoire français, mais dès qu'elle avait eu la majorité, Arsène l'avait parfois retrouvée ailleurs le temps d'un week-end, et décrocher son poste à Beauxbâtons lui avait offert une grande liberté de moyens.

La bibliothécaire comprit d'où venait peut-être le vif intérêt de Goulven pour l'Histoire : il avait dû tomber dans la marmite tout petit ! Les civilisations celtes étaient particulièrement passionnantes selon la jeune femme, et elles partageaient des points communs avec les civilisations nordiques qu'elle avait étudiées ; de plus, ayant passé plus de la moitié de son enfance vers le Mont Beuvray, elle les avait découvert très jeune.

Elle allait poser une nouvelle question, mais son activité cérébrale fut momentanément interrompue lorsqu'elle porta la première fourchette à sa bouche.

- Hmm, c'est excellent ! s'exclama-t-elle avec presque une pointe de surprise, avant de se rattraper : Non pas que j'en doutais, mais tout de même...tu es vraiment bon cuisinier.

Irmine, en terrible cuisinière, était facilement impressionnée par une personne maîtrisant l'art des fourneaux. Elle qui se considérait chanceuse de vivre à Beauxbâtons ne serait-ce que pour la fine cuisine qui était servie aux repas, elle était ravie de découvrir que son amant possédait ce talent. Il fallait toucher son esprit pour gagner son coeur, mais séduire son estomac était également un sûr moyen de la revoir frapper à votre porte.

Une fois cette petite digression sur le plat passée, elle reprit le cours de la conversation initiale portant sur le grand-père de son hôte.

- C'est lui qui t'a transmis ta passion ? Et on a étudié ses travaux à Beauxbâtons ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Mer 6 Mai - 8:39

Goulven ouvrit des yeux ronds quand il prit connaissance de la longue liste des Pays qu'Irmine avait visité. Il était réellement impressionné. Pour sa part, il avait beaucoup visité la France cependant, qui regorge de trésors elle aussi, mais c'était une expérience que beaucoup négligeaient, voir tournaient en dérision. Cela dit, il n'avait pas bougé autant qu'elle.

"Eh bien, je me félicite d'avoir été dans un pays où tu n'es pas allée parce que ce n'était pas facile ! Quand nous rediscuterons de tout ça à l'occasion, je pourrais au moins faire mon intéressant !" dit-il en ne se prenant pas du tout au sérieux.

Irmine fît dériver la conversation sur son propre compte. Ca ne le dérangeait pas de parler de lui, mais il aurait toujours voulu en savoir plus sur elle. Ne voulant pas être intrusif, il laissa de côté ses questions en se disant qu'il aurait bien des occasions, plus tard, d'aborder certains sujets. En somme, il attendait qu'elle lui tende des perches pour les saisir.

Il fût flatté par ses compliments et lui sourit chaleureusement.

"Oh, tu pouvais douter, quand je t'ai dit que j'étais meilleur cuisinier que danseur, ça ne présageait rien de forcément bon ... Je suis content que ça te plaise, c'était un plaisirs de le faire pour toi."

Il caressa le dos de sa main et pressa légèrement ses doigts avant de continuer à manger tandis qu'elle lui posait des questions sur son Grand-Père historien.

"Oui !" dit-il sans l'ombre d'une hésitation.

"Pour les deux. En fait la plupart de ses ouvrages étaient dans ta bibliothèque mais ont dû partir dans l'incendie, les trois quarts figurent sur la liste des livres interdits. Ceux qui ne l'ont pas été sont des histoires qu'il a écrite pour les enfants ... A sa retraite. Pour s'occuper."

L'homme avait travaillé en axant ses recherches sur la richesse prodiguée par la diversité des civilisations celtes, gauloises, en mettant en lumière de nombreuses figures hybrides. Saviez-vous que les alignements de Carnac ont été faits par des géants et que longtemps leurs descendants ont vécu dans cette région ?

"Il racontait des choses que le Consul aurait sans nul doute préféré oublier. C'est Gwendal Guivarc'h, je t'en ai mis un dans ceux que je t'ai donné."

Après avoir lâché le nom de son grand-père, Goulven se permit une petite précision.

"C'était le père de ma mère. Un féru de voyages lui aussi, je suis sûr que tu t'entendrais bien avec lui."

Il constatait qu'elle était beaucoup plus détendue qu'à son arrivée. Dehors, la rue s'animait de plus en plus, le Passage Pommeraye ne dormait jamais et surtout pas le samedi soir où la plupart des sorciers sortaient pour boire un verre, écouter le dernier larron qui voulait essayer de jouer du biniou, bref, allaient se mélanger aux autres sans forcément avoir des projets particuliers.

"Il y a du bruit dehors, mais c'est souvent comme ça. Cet endroit est Moldu le jour, les sorciers en profitent la nuit."

Finalement, il décida de lui poser une des questions qui le taraudait depuis qu'elle lui avait dit quelles études elle avait faites après l'école.

"Donc ... tu es diplômée en Magie Nordique Ancienne ? C'est assez inhabituel ... En quoi consistaient tes études exactement ? Et ... si ce n'est indiscret, qu'est-ce qui t'a conduit à les faire ?"

Elle lui dirait bien ce qu'elle voudrait ensuite, cela dit il était curieux de connaître son projet.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Jeu 7 Mai - 22:59

Voir Goulven s’impressionner à demi-mots de ses voyages amusa Irmine : pour sa part, elle trouvait au contraire n'avoir pu que peu s'adonner à ses envies d'exploration, et en aurait visité bien d'autres si elle en avait eu la liberté. Il fallait qu'elle en parle à Elyon d'ailleurs, la dryade devait avoir une liste longue comme le bras de coins à lui recommander.

Ils dévièrent un moment sur le repas, et Irmine rendit son sourire au jeune homme alors qu'il lui serrait la main un court instant.

- Si tu décides de changer de vocation, je suis sûre qu'il y aura de la place aux cuisines de Beauxbâtons pour toi.

Puis ce fut à Irmine d'ouvrir des yeux ronds de surprise en apprenant l'identité de l'aïeul de Goulven. Ainsi, il avait pu bénéficier depuis tout petit des récits et exposés de l'un des historiens dont la bibliothécaire admirait les travaux, quelle chance ! Décidément, la haute société française restait un cercle fermé.

- Incroyable ! Tu sais qu'il a écrit tout un volume sur le lieu où j'ai grandi ? Ses travaux sont extrêmement bien documentés, et puis sa réflexion...il a mis en lumière tellement de choses !

C'était l'un des auteurs censurés pour lesquels Irmine était la plus déçue, et elle était heureuse d'avoir quelques copies dans sa bibliothèque personnelle. Elle appréhendait de découvrir par quoi serait remplacés les manuels des élèves, et pressentait que leur lecture risquait de lui dresser les cheveux sur la tête.

La naïade ne se permit aucun commentaire sur la précision de l'avocat sur la branche de son arbre généalogique à laquelle se rattachait son grand-père, ni sur le fait qu'elle s'entendrait sûrement avec lui. Elle était bien loin de ce genre de considération, n'ayant aucune intention de rencontrer la famille de Goulven pour le moment. En vérité, elle n'y pensait absolument pas ! Tout ce qu'elle voyait, c'était qu'elle en apprenait plus sur son amant et que cela lui plaisait grandement. Leur échange n'en était que plus passionnant, et en lui posant des questions sur lui, elle évitait aussi d'être le centre de la conversation.

Une exclamation d'enfant un peu plus forte que le reste de la rumeur extérieure attira le regard de la naïade vers la fenêtre, et il lui expliqua que c'était on ne peut plus normal. Elle était curieuse de comprendre comment les sorciers qui habitaient là pouvaient si bien passer inaperçus.

- Et pour accéder aux habitations sorcières la journée, vous faites comment ? Les sonnettes restent visibles ? Je me demande quels sortilèges sont utilisés pour faire disparaître et réapparaître tous les commerces moldus, cela ne doit pas être un mécanisme facile.

Cependant, Goulven décida apparemment qu'il avait assez parlé de lui car il la questionna un peu plus en détails sur son parcours et ses motivations. Cela n'avait rien d'anormal étant donné que son cursus n'était pas des plus communs, mais jusque-là elle n'avait donné en réalité que des informations "de surface", ayant l'habitude d'agir ainsi pour donner l'impression de rassasier la curiosité de son interlocuteur tout en n'en dévoilant pas tant que ça.

- Magie Ancienne, avec une spécialisation dans la Magie Nordique., rectifia-t-elle, puis avec un regard entendu elle ajouta : Je sais, ça peut sembler un détail ridicule, mais dit comme tu viens de le dire, un spécialiste s'imaginerait que je ne maîtrise que la magie viking.

Irmine fit une courte pause, cherchant comme expliquer le plus simplement en quoi avaient consisté ses études, et elle finit par se dire que de toute manière, il saurait lui demander des éclaircissements si besoin.

- En résumé, j'ai étudié les différentes formes de Magies pratiquées dans le passé par les sorciers et chamans vikings ; le maniement des baguettes n'était pas courant à leur époque et c'était une forme de magie plus "primitive", mais néanmoins puissante. On a commencé par la théorie, et surtout l'apprentissage des alphabets runiques ainsi que leur utilisation en magie et comme système d'écriture. Puis on a passé à la pratique, et j'ai appris par exemple à recréer d'anciens sortilèges oubliés. C'est une des applications possibles de mes études, et ma préférée, mais il y en a d'autres. On travaillait beaucoup avec les étudiants en Tellurisme, car eux trouvent les traces de Magie fossilisée, mais c'est nous qui sommes chargés de l'extraire.

Elle venait de gratifier Goulven de son premier monologue "irminien", mais il fallait avouer qu'elle devenait rapidement intarissable lorsqu'on la questionnait sur l'objet de sa passion intellectuelle. Elle eut un petit sourire gêné en réalisant qu'elle venait peut-être d'abreuver le sorcier de détails dont il n'avait que faire, mais elle ne put s'empêcher de conclure en précisant :

- Enfin oui, dit comme ça on croirait que je ne connais que les charmes nordiques, mais en fait les techniques pour retrouver et recréer les sortilèges oubliés sont relativement identiques d'une civilisation à l'autre. Je m'en sortirais aussi avec des enchantements celtes ou même aztèques, mais la Magie Scandinave est ma spécialité.

Restait la question de sa motivation à entreprendre de telles études : on s'y lançait rarement sans une idée derrière la tête, d'autant plus parce que les places à l'Université étaient contingentées et qu'ils n'admettaient que les sorciers doués mais également portés par un projet.
C'est le regard un instant fuyant, pour masquer l'amertume qui s'y lisait toujours lorsqu'elle y repensait, qu'elle répondit :

- J'avais prévu de devenir Archimage.

La naïade avait adopté un ton détaché, celui qui trompait merveilleusement son monde...ou du moins, ceux dont elle n'était pas proche.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Ven 8 Mai - 1:12

Si Goulven devait un jour changer de carrière, ce ne serait certainement pas pour emprunter cette voie-là. A la suggestion d’Irmine il eut un petit rire.

"Je viens à peine de m'installer en tant qu'avocat, je vais attendre d'échouer avant de changer." dit-il sur le ton de la blague.

Même si l'idée de se trouver près d'elle était séduisante car les semaines passées sans elle seraient fort longues.

Il ne s’attendait pas à ce que la révélation de l’identité de son aïeul suscite une telle réaction chez Irmine … et en même temps, si. Elle faisait preuve d’une curiosité intellectuelle égale à la sienne et il n’était donc pas surprenant qu’elle connaisse au moins son nom surtout si elle avait étudié les magies anciennes dont le sujet était lié à celui des vieilles civilisations, comme les celtes.

« Oui, je sais. Quand tu m’as parlé de l’endroit où tu avais grandi, j’y ai pensé. Il a passé un sacré bout de temps là-bas à parler aux gens … Et si tu le voyais parler de ses travaux, il est incroyable ! On s’y croirait. »

Goulven avait un sourire tendre en évoquant son Grand-Père. Les vacances qu’il avait passé avec lui étant enfants étaient parmi ses meilleurs souvenirs et c’était sans nul doute lui qui lui avait transmis sa passion de l’Histoire.
Aujourd’hui il était polémiqué, mais l’historien prenait cela avec pragmatisme et disait que cela ne changerait jamais rien au travail qu’il avait accompli tant que les gens seraient capables de transmettre ce qu’il avait découvert, même oralement.

Alors que des éclats de voix parvenaient à sa fenêtre, Irmine s’interrogeait sur le passage Pommeraye et la manière dont leur communauté était dissimulée aux Moldus.

« Oui. Bien que cet endroit soit fréquenté par des Moldus, seuls des sorciers vivent ici. Quand bien même certains passeraient la porte, ce qui arrive parfois, ils se rappelleraient tout de suite qu’ils ont quelque-chose d’important à faire – sortilège repousse-Moldu, simple mais efficace.
La chocolaterie est tenue par des sorciers. La Maison Larnicol est là depuis toujours, ils sont les seuls à avoir un lien avec les Moldus et dont la boutique est là en permanence. Le travail qu’ils font est essentiel car il nous permet de nous dissimuler dans un des endroits les plus fréquentés de Nantes. Ils permettent aux sorciers d’aller et venir en toute discrétion en en même temps, sont très réputés parmi les Moldus qui leur font confiance.

Pour les autres, c’est on ne peut plus simple. Nous avons un concierge qui veille à ce qu’aucun Moldu ne soit présent après 19h, le passage ferme. Quand la voie est libre, les commerces sorciers ouvrent. Chacun des gérants a la clef de son magasin et pour le faire apparaître il suffit de donner un coup de clefs à l’envers. Cela déclenche un processus magique assez complexe, composé de sorts de dissimulation, de métamorphose et de déstructuration de l’espace qui dévoile les lieux que nous fréquentons.
Le matin un coup de clef dans le bon sens et tout rentre dans l’ordre. La plupart des endroits sont ouverts jusqu’à 2h du matin, mais d’autres jusqu’à 6h, comme la Taverne des Marins de Retz. »


Il se posait autant de questions qu’elle  à  son sujet et finit par en lâcher quelques-unes. Il déclencha alors une longue tirade chez son interlocutrice, à laquelle il prêta le plus grand intérêt. Sa fourchette resta en suspend au-dessus de son assiette pendant tout le temps qu’elle parla, il en oublia de manger.
Impressionné, il l’était, elle l’impressionnait toujours plus à chaque seconde qu’il passait à ses côtés et pas seulement lorsqu’elle lui parlait de ce qu’elle connaissait. Il découvrit ainsi que les runes n’étaient en réalité qu’une petite partie de ses connaissances et qu’elle était encore plus brillante qu’il ne l’avait cru au départ. Et pourtant, il se rappelait qu’elle lisait un livre en Futhark ancien, sur le mouvement des corps célestes le jour où il l’avait rencontrée, et qu’elle lui avait même affirmé qu’elle n’était pas astronome.
Il se sentait bien peu de choses face à cette femme qui avait voyagé, connu le monde et rassemblé des connaissances si vastes. Cependant, il ne nourrissait aucun complexe. Il avait tant à apprendre d’elle qu’il ne l’en aimait que d’avantage, et il se félicitait intérieurement que ses sentiments aient trouvé une réponse chez elle. Mieux encore, il vénérait ce jour où le sort avait fait qu’ils s’étaient trouvés en même temps dans un endroit qu’ils détestaient.
Alors que tout aurait dû les séparer. Si seulement il savait.

Il allait manifester son admiration lorsqu’elle lui coupa l’herbe sous le pied en lui disant qu’elle avait prévu d’être archimage, et l’air détaché qu’elle afficha à ce moment-là lui faillit lui faire perdre son sourire. C’était justement cette gêne qu’elle masquait habilement qu’il voulait éviter de générer par ses questions et il en fût confus. Seulement, au lieu de satisfaire sa curiosité, cette réponse souleva d’autres questions. Avait-elle échoué ? Un évènement particulier de sa vie l’avait-elle détourné de son but ? Avait-il seulement le droit de le lui demander ?

Le mieux, c’était de lui permettre d’en parler si elle le souhaitait, en toute subtilité bien sûr. Il avait envie de tout savoir d’elle mais la première de ses préoccupations était qu’elle soit bien.  Alors, il fît comme elle. Il recommença à manger.

« Et finalement, tu as repris le chemin de l’Académie pour la Bibliothèque … »

Il laissa sa phrase en suspens. C’était au choix, une conclusion ou une invitation à continuer. Une chose était certaine, peu de bibliothécaires de l’école avaient été aussi brillants qu’elle.
L’avocat lui sourit encore  et prit sa main en emmêlant ses doigts dans les siens dès qu’elle n’en eu plus besoin pour manger.

« Au risque de paraître effroyablement fleur bleue et de passer pour un adolescent romantique, quand je t’écoute parler je sais pourquoi je t’aime. »

Jamais encore il n’avait rencontré de femme comme elle, aussi belle et intelligente. D’aucun vous dirait que c’était trop beau pour être vrai, Goulven se fiait juste à son amour.

«  Et ce n’est pas fini. »

Qu’est-ce qui n’était pas fini ? Sa carrière et les possibilités de rencontrer d’autres opportunités ? Ou le repas ? Ou la soirée ? Ou leur histoire ?

Il se leva et regagna sa cuisine pour s’occuper de leur servir le dessert, une valeur sûre quand on ne connaît pas les goûts de ses convives.

« Mais ne me dit pas que tu fais partie de ces rares personnes qui n’aiment pas le chocolat parce que sinon … je peux faire une crème brûlée. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Sam 9 Mai - 3:03

Irmine avait écouté Goulven décrire les mécanismes à l'origine de génie magique comme celui du Passage Pommeraye. Elle avait évidemment le point de vue de l'experte en sortilèges, qui se représentait comment les concepteurs du lieu avaient dû se creuser les méninges pour aboutir à ce résultat, et c'est un hochement de tête appréciateur qui accueillit ces explications.

Un petit silence s'installa après qu'Irmine ait lâché l'information sur ses aspirations professionnelles originelles, et elle pouvait presque sentir l'hésitation de Goulven la chatouiller des questions qu'il devait avoir envie de poser. C'était pour cette raison qu'elle avait hésité à l'avouer, car elle savait que cela pouvait susciter des interrogations assez naturelles, mais qui la mettraient mal-à-l'aise.
Le jeune homme fut égal à lui-même et lui démontra une nouvelle fois qu'il était bien conscient qu'elle pouvait se brusquer à tout moment. Irmine le réalisait de plus en plus, et cela la dérangeait autant que cela la touchait.

- Et finalement, tu as repris le chemin de l’Académie pour la Bibliothèque…

La bibliothécaire ne se pressait pas pour finir son assiette, mais une fois sa dernière bouchée avalée, elle conclut d'un ton relativiste, mais pas entièrement dénué du même fatalisme qu'elle avait reproché à Goulven à Paris.

- Disons que la vie ne se déroule pas toujours comme on la prévoit.

Elle répondit à son sourire avec chaleur, qui se mua en un petit rire lorsqu'il lui fit sa remarque digne d'un livre d'Elyon. Malgré tout, elle comprenait bien le message derrière cette déclaration candide et un rose léger vint colorer ses joues, car elle était flattée. Il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre...

- Je confirme...c'est le genre de chose que des élèves pourraient se chuchoter dans ma bibliothèque. se moqua-t-elle gentiment.

Elle ne fut pas certaine de comprendre ce qu'il entendait en revanche en affirmant "ce n'était pas fini". Qu'est-ce qui ne l'était pas ? Elle n'eut pas la réponse à cette interrogation, sauf si cela concernait le repas, car il se leva pour préparer ce qui devait clore les festivités culinaires. Heureusement pour lui, le palais de la naïade était très tolérant sur les aliments qu'il appréciait, et il y avait peu de choses qu'elle n'aimait pas.

Irmine se leva pour le rejoindre en cuisine, curieuse de le regarder à nouveau s'y affairer. Elle vint se lover contre son dos, ne voulant pas le déranger dans ses mouvements alors qu'il dressait deux assiettes à dessert, et enlaça ses bras autour de sa taille. Elle observait ses gestes par-dessus son épaule et appréciait par la même occasion cette proximité. Depuis le début, il l'avait intriguée par son esprit, mais il avait également exercé sur elle une attraction physique réprimée. Dès l'instant où elle avait capitulé face à ses sentiments, cette envie s'était transformée en besoin de chercher son contact à tout moment...dès que des conventions sociales très bien intériorisées l'y autorisaient. Alors qu'en réalité, si cela avait été possible, jamais elle n'aurait quitté son étreinte.

- J'aime le chocolat presque autant que je t'aime., chuchota-t-elle dans son oreille.

Puis, elle déposa un baiser tendre sur sa joue et se détacha malgré tout de lui quand il eut terminé son dressage, reprenant la place à ses côtés qu'elle avait occupée pendant la préparation du poisson.

- Toutefois, si tu me dis que tu sais aussi faire les crèmes brûlées, j'hésite presque à feindre le dégoût pour les tester.

Elle le gratifia d'un nouveau sourire mutin.

- Fais attention, je pourrais y prendre goût.

A quoi ? Sa cuisine ? Ses attentions ? Sa présence ? Ses sentiments exaltés par un simple regard de sa part ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Sam 9 Mai - 15:13

Elle ne semblait pas encline à lui exposer les évènements qui avaient affecté sa vie au point de faire échouer ou du moins de reporter ses projets. Goulven n’insista pas et se félicita intérieurement d’avoir réussi à lui arracher un rire par sa remarque digne d’un roman à l’eau de rose, puis il regagna sa cuisine, Irmine sur les talons, et s’occupa de dresser des assiettes pendant qu’elle l’enlaçait. Ce fût à son tour de rire quand elle affirma l’aimer presque autant que le chocolat et il tourna la tête pour l’embrasser après qu’elle eut embrassé sa joue.

- Toutefois, si tu me dis que tu sais aussi faire les crèmes brûlées, j'hésite presque à feindre le dégoût pour les tester.

Il leva les yeux au ciel en feignant l’agacement.

- Pas besoin de feindre, demander suffira. Tu sais que je ne peux rien te refuser et qui suis-je pour t’empêcher de prendre deux desserts ? dit-il en riant.

- Fais attention, je pourrais y prendre goût.

Il répondit à son sourire par un coup d’œil entendu.

- A vraiment ?

Il reposa ses assiettes sur le plan de travail et s’y appuya en prenant bien garde à ce qu’elle se trouve entre lui et les éléments de la cuisine. Une fois Irmine coincée contre lui, il balada ses lèvres le long de son cou jusqu’au lobe de son oreille qu’il mordilla légèrement, puis passa une main dans sa nuque avant d’embrasser ses lèvres avec beaucoup de sensualité. Dire qu’il n’avait pas guetté cette occasion serait mentir, il ne rêvait que de la douceur de ses lèvres et de la chaleur de son corps depuis qu’il y avait goûté.
Il caressa ses hanches en même temps qu’il l’enlaçait pour sentir ses formes épouser les siennes, laissant libre cours à son besoin de connaissance d’elle … qui avait été complètement occulté par son désir il y a trois jours.
Il n’y avait pas qu’en lui parlant qu’il apprenait à la connaître, mais aussi en la touchant et en l’embrassant.

- Cela dit, je ne peux pas te forcer à réprimer ton besoin de chocolat.
Il s’éloigna d’elle et entreprit de faire léviter les assiettes jusqu’à la table où ils avaient commencé à manger.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Sam 9 Mai - 16:13

Le rire de la naïade répondit à celui de l'avocat alors qu'il lui disait ne rien pouvoir lui refuser. De toute manière, cela ne lui serait pas venu à l'esprit de lui demander de lui préparer un deuxième dessert, cela aurait été le comble de l'impolitesse et elle avait été élevée avec de bonnes manières !

Le dessert fut oublié un court afin de satisfaire un autre appétit tout aussi dévorant. Irmine le laissa très volontiers entraver sa liberté de mouvement et ferma les yeux alors qu'il laissait courir ses lèvres sur sa peau, avant de l'embrasser avec une envie évidente. Sentir à nouveau les mains de Goulven la caresser réveilla aussitôt le désir qui l'avait animée sur la falaise, et la nymphe vint à nouveau guetter le moment de prendre le pas sur la raison de la sorcière. Irmine passa ses bras autour du cou de son amant et se pressa contre lui, retrouvant le sentiment de plénitude qui l'habitait quand leurs lèvres se joignaient et leurs formes se confondaient. Cependant, leur baiser était plus doux, plus lent, et non enfiévré de la folie farouche qui s'était emparée d'eux trois jours auparavant. C'était comme s'ils se découvraient autant par cette étreinte qu'en mille mots, et Irmine goûtait avec joie à ce sentiment.

Ce fut lui qui y mit fin et se détourna d'elle pour retrouver sa place à table, laissant la jeune femme quelque peu frustrée le suivre. Malgré tout, elle ne se départit pas de son sourire en s'installant à nouveau sur son siège en croisant élégamment ses longues jambes, même si le fondant au chocolat était le cadet de ses soucis.

- J'aurais survécu, mais tu as raison : faisons honneur à ton dessert.

Et sur ces mots, elle glissa la fourchette dans sa bouche, redécouvrant une nouvelle fois le talent culinaire du Breton. Elle prit une courte pause, savourant, puis commenta :

- Je retire ce que j'ai dit avant : rien ne peut surpasser un gâteau pareil ! Je suis désolée, le chocolat a gagné.

Irmine lança un sourire taquin à Goulven.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Sam 9 Mai - 16:49

On compare souvent le sentiment d'amour avec une flamme. Une flamme peut s'éteindre si elle n'est pas entretenue, mais elle peut aussi vite donner naissance à un incendie dévastateur. Ce sentiment qui le consumait depuis le début aurait du lui faire peur et il avait d’ailleurs tenté de de le dompter, en vain. Il ne faisait que souffler sur des braises. Irrémédiablement épris d’elle, sans pour autant la connaître. Mais tout ce qu’il découvrait ne faisait que le ravir d’avantage et il s’attachait encore plus si c’était possible. Avec un peu de réflexion, il aurait pu en venir à se demander s’il avait aimé un jour une autre femme qu’elle, si c’était vraiment cela, aimer. En tous cas l'intensité de ses sentiments était sans précédent.

Ils reprirent leurs places autour de la table et le fondant au chocolat ravit la place de Goulven dans le cœur d’Irmine.

- Oh ! fît-il l’air faussement vexé.

Il laissa tomber sa propre cuiller et retira l’assiette d’Irmine sans même la prévenir.

- Tu vas me faire commettre un crime passionnel, je ne peux pas tolérer une chose pareille … Je serais obligé de trouver un confrère pour plaider pour moi en plus, imagine un peu l’embarras.

Saisi d’hilarité, il décida d’emmener la tentation hors de portée et les ramena vers la cuisine.

- Je suis désolé, vraiment. Mais je tiens énormément à toi alors je préfère éliminer tout de suite la concurrence …



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Dim 10 Mai - 13:02

Irmine eut une petite exclamation de surprise mi-amusée et mi-indignée lorsqu'il lui retira son assiette en prétextant sa jalousie de la place que le fondant venait de prendre dans son coeur. Jaloux d'un dessert, on aurait tout entendu !

- Mourir pour une liaison avec un fondant, ce serait tragique.

Elle voulut reprendre son assiette, mais Goulven ne lui en laissa pas le temps et l'emporta avec lui en cuisine.

- Hey, je n'ai pas fini !, protesta-t-elle.

- Je suis désolé, vraiment. Mais je tiens énormément à toi alors je préfère éliminer tout de suite la concurrence…

La jeune femme se leva en riant et le suivit, alors qu'il constituait un mur de son corps entre lui et son assiette.

- Tu sais que c'est dangereux de voler le dessert d'une sorcière ?

Elle lui faisait face et entra dans son jeu en essayant d'attraper l'assiette qui contenait le dernier morceau de gâteau, qu'il tenait éloignée d'elle. Secouée d'un rire, ses tentatives étaient vaines mais elle s'amusait beaucoup et retrouvait la légèreté dont le jeune homme faisait souvent preuve et qu'elle adorait.
Finalement, comme le rempart qu'il dressait avec son corps l'empêchait d'atteindre son but, elle changea de tactique et se lova contre lui en feignant la déception.

- Je ne pensais pas que tu me briserais le coeur si vite. Comment combler le manque maintenant que tu m'as privée de mon chocolat ?, dit-elle avec un soupir exagéré.

Puis elle embrassa son cou et remonta jusqu'à ses lèvres, qu'elle frôla doucement avant de les quérir avec passion, caressant doucement sa joue d'une main. L'attention de Goulven ainsi détournée, de l'autre elle usa de Magie Intuitive pour discrètement faire léviter un petit morceau de gâteau jusqu'à elle, dont elle s'empara et qu'elle croqua rapidement en se détachant soudainement des lèvres de l'avocat.

- J'ai gagné !, rit-elle en s'appuyant de dos contre le buffet, ses yeux verts pétillant de malice.

Avec une petite torsion de la main, elle amena à elle le dernier petit bout de fondant qui attendait dans l'assiette.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Dim 10 Mai - 13:47

- Mourir pour une liaison avec un fondant, ce serait tragique.

- Je ne te le fais pas dire …

Alors pour éviter un tel drame, il décida d’emporter avec lui l’objet de leur querelle, loin de sa vue et de ses papilles gustatives surtout !

- Tu sais que c'est dangereux de voler le dessert d'une sorcière ?

Goulven éclata de rire. Il avait conscience qu’il jouait à un jeu dangereux en faisant une chose pareille mais ne comptait pas capituler. Il prit soin de tenir l’assiette hors de portée de la jeune femme mais il n’était pas très adroit et le gâteau failli mal finir plusieurs fois. Elle sembla capituler alors et se blottit contre lui.

- Je ne pensais pas que tu me briserais le coeur si vite. Comment combler le manque maintenant que tu m'as privée de mon chocolat ?

Quoi ? Si vite ? C’était trop exagéré, trop surjoué pour être vrai ! Goulven restait sur ses gardes.

- Oh, j’ai bien une idée pour compenser. Moins gustative mais tout aussi agréable.

Elle embrassa alors fourbement son cou avant de prendre ses lèvres. Elle avait cette manière bien à elle de lui faire perdre la tête. Goulven sentit son sang s’échauffer et il en oublia le jeu dans lequel il avait provoqué la Nymphe des Eaux. Mais ce n’était pas son cas et par un sortilège habile, elle fît léviter jusqu’à elle le dessert convoité et s’arracha à Goulven pour y mordre.

- J'ai gagné !

- Cette manche-là … capitula-t-il. Par contre … t’es en train de prendre ma part là …

Il n’avait malheureusement pas les compétences en magie intuitive pour contrer son sort. Ce n’était pas une option qu’il avait choisie lors de ses dernières années à l’Académie. Pour récupérer son dessert, il ne lui restait que la pitié, mais ça c’était hors de question. Rien ne semblait pouvoir la détourner de son but.

Aux grands maux les grands remèdes. S’il ne pouvait pas avoir sa part, elle ne l’aurait pas non plus.

Il fût près d’elle juste avant son concurrent déloyal et prit sa bouche avec le même appétit qu’elle. Sans chercher à dissimuler son envie il enserra sa taille et passa sa main dans la cambrure de ses reins tout en dévorant sa gorge de baisers.

- Ou alors tu peux nous avoir tous les deux.
Dit-il avec le même sourire qu’elle tandis que la part de gâteau flottait toujours à côté d’eux.

Il en prit un morceau, le chocolat coula sur ses doigts. Il l’introduit doucement entre les lèvres entrouvertes de sa belle.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 523

avatar
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   Mar 12 Mai - 3:48

Son stratagème ayant fonctionné à la perfection, Irmine arborait un sourire triomphant tandis qu'il s'avouait vaincu pour le moment.

- Par contre… t’es en train de prendre ma part là...

- Je sais, j'estime la mériter après que tu aies tenté de me voler la mienne.

La naïade attirait le morceau jusqu'à elle lentement afin de le faire enrager, étant donné qu'il ne semblait pas maîtriser l'Art de la Magie Intuitive. Oh, il pouvait bien s'y accrocher d'un simple geste de la main, mais il sembla opter pour une autre solution. Le dessert n'était plus qu'un nouveau prétexte, car en réalité les deux amoureux saisissaient toutes les occasions pour s'enlacer et s'embrasser.
Le sourire d'Irmine s'étira d'autant plus alors qu'il excitait son cou de baisers enflammés, son désir faisant écho à celui de Goulven. Son regard ne lâcha pas celui de jeune homme, alors qu'il illustrait sa proposition des plus alléchantes en glissant délicatement un morceau de fondant dans sa bouche. Elle mordilla très légèrement le doigt qui s'était attardé contre ses lèvres et cela finit d'embraser l'envie qu'ils n'avaient cessé d'attiser. La belle sorcière noua ses doigts dans la nuque de son amant pour l'attirer à elle et joignit à nouveau leurs lèvres, sur lesquelles flottaient encore le goût sucré du chocolat. Une chaleur caractéristique envahit Irmine tandis que leurs caresses se faisaient plus pressantes et ils se laissèrent emporter par la sensualité de leurs baisers.

La rumeur du Passage Pommeraye s'était amoindrie et la nuit était déjà bien avancée, mais le sommeil n'était pas encore parvenu à s'emparer d'Irmine ou de Goulven. Elle était allongée contre lui et passait affectueusement sa paume contre son torse, leurs habits ayant été abandonnés sur le sol de la cuisine qui avait été le théâtre de leurs effusions.

- Heureusement que la bibliothèque est fermée les dimanches, je serais bien incapable de retourner à Beauxbâtons ce soir.

Irmine profitait de cette soirée loin de l'Île de Vermeil pour oublier pour un temps les problèmes qu'elle avait laissé derrière elle et qu'elle retrouverait automatiquement en retournant à l'Académie. De toute manière, seul l'homme dont elle caressait la peau avec tendresse comptait à cet instant, et elle avait l'impression que jamais son âme ne pourrait contenir tout l'amour qu'elle éprouvait pour lui. Elle n'aurait su expliquer comment il était parvenu à la toucher aussi profondément et à faire voler en éclat ses réticences à se lier à lui, mais c'était un fait dont son coeur était intimement persuadé : la force des sentiments qu'elle éprouvait pour lui était sans précédant. A tel point qu'elle avait parfois l'impression que cela brouillait son jugement, et pourtant la peur qui aurait normalement dû s'y associer n'était point présente, du moins pour le moment.
Alors elle se laissa aller à la délicieuse sensation de légèreté qu'elle ressentait à ses côtés.

- Ton appartement est vraiment agréable, j'aime ce qui s'en dégage. Oui bon, avec la décoration, ce n'est pas très étonnant... rit-elle.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Soirée nantaise   

Revenir en haut Aller en bas
 

Soirée nantaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]
» [SUJET TERMINE] 4 but 2 - La soirée de l'improbable |Chase/Apollo/May/Ange|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres endroits :: Habitations-