AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Premier bilan (THE VILAINS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Augustus Courtois [Suppr] Emploi : Maître du monde... Ou Consul de France

Date de création : 23/01/2015
Messages : 21

avatar
MessageSujet: Premier bilan (THE VILAINS)   Sam 9 Mai - 15:20

Les événements passés à l'académie Beauxbâtons étaient bien entendu remontés aux oreilles d'Augustus Courtois... Et cela ne lui avait pas plu du tout mais alors pas DU TOUT.

Que la directrice brûle des centaines d'ouvrages de la bibliothèque ? Là n'était pas le problème, au contraire, même, c'était tout à fait ce genre de coups d'éclat qu'il souhaitait à l'académie pour assoir son autorité l'autorité de la nouvelle directrice auprès de ses employés.

Par contre, que deux professeurs se rebiffent, qu'une éteigne le feu devant tout le monde, que la seconde remette en cause les directives devant tous les élèves et qu'en plus de ça, deux élèves se permettent d'intervenir !!! C'était absolument intolérable !!!

Mais Augustus voulait bien faire comprendre sa déception à la nouvelle directrice et appuyer de nouveau ses directives.

De Beauregard n'était justement pas encore dans son bureau, ce qui arrangeait grandement le consul. Il l'attendait alors impatiemment, debout devant la fenêtre, les mains croisées dans le dos. Comment était-il arrivé là ? Le plus facilement du monde. Il avait fait relier sa cheminée à celle de Bénédicte, bien entendu.

Lorsque la porte s'ouvrit, il ne se retourna pas, mais parla avec une voix lente et doucereuse.

Eh bien, ma chère... Quelle vue magnifique vous avez de ce bureau... Ces jardins, le terrain de quidditch un peu plus loin, la mer qu'on peut entre-apercevoir à travers les arbres...


Il se retourna alors lentement vers la jeune femme et, de son air toujours aussi doucereux, il précisa.

Que ça m'embêterais de déjà vous retirer tout ça...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~Le pouvoir... N'a pas de limite.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte de Beauregard Emploi : Directrice de l'Académie de Beauxbâtons

Date de création : 08/03/2015
Messages : 95

avatar
MessageSujet: Re: Premier bilan (THE VILAINS)   Mer 20 Mai - 16:23

Bénédicte fulminait autant qu'elle jubilait. Son bûcher avait fait son petit effet, son autorité était définitivement assise à l'Académie, en clair, le ton était donné. Et en prime, elle avait attaqué Boisseuil sur son terrain, une fois de plus. Cependant, elle n'avait pas prévu de se retrouver face à deux professeurs insurgés, ni que deux Lutra feraient leurs intéressant. Il n'y avait pas à tergiverser selon elle, pour tous, ce serait le conseil de discipline ! Non mais pour qui se prenaient-ils ? Elle voyait là un défi supplémentaire et une occasion de démontrer son autorité, une fois de plus. Clairement, elle ne pouvait pas perdre, surtout qu'elle avait le soutien de Courtois lui-même.

Elle ouvrit la porte de son bureau à la volée, prête à faire ses rapports et mobiliser le conseil de discipline pour les un, le conseil d'administration pour l'autre, parce qu'en plus ils lui rajoutaient du travail d'autant qu'il lui fallait maintenant réfléchir à quelles coupes elle pourrait opérer dans le budget pour rattraper le prix des livres qu'elle avait brûlé, comme le lui avait gentiment fait remarquer Irmine Boisseuil.

- Oh ! Augustus ! Dit-elle en tombant nez-à-nez avec le premier sorcier de France. Que me vaut e plaisirs ?

Il ne répondit pas à sa question, ne se retourna pas non plus.

Eh bien, ma chère... Quelle vue magnifique vous avez de ce bureau... Ces jardins, le terrain de quidditch un peu plus loin, la mer qu'on peut entre-apercevoir à travers les arbres...

- C'est vrai, c'est très plaisant, c'est l'avantage d'avoir son bureau en hauteur ... concéda t-elle en restant sur ses gardes tout de même, le Consul ne ferait pas le déplacement pour commenter la vue !

Que ça m'embêterais de déjà vous retirer tout ça...


Interdite, elle regarda le consul en perdant soudainement son sourire froid.

- Je vous demande ... Pardon ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Tout pouvoir sans contrôle rend fou."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Augustus Courtois [Suppr] Emploi : Maître du monde... Ou Consul de France

Date de création : 23/01/2015
Messages : 21

avatar
MessageSujet: Re: Premier bilan (THE VILAINS)   Jeu 21 Mai - 22:46

Le sourire doucereux d'Augustus ne laissait rien présager de bon en général. Il était même de très mauvaise augure. Un petit sourire au coin des lèvres, il s'avança doucement vers Bénédicte.

Allons allons allons, Bénédicte, ma chère... Avez-vous quelques problèmes d'audition ? Faut-il réellement que je répète ce que je viens de prononcer ?


Augustus alla alors s'assoir dans une chaise qui faisait face au bureau de Bénédicte. Pour une fois, on avait l'impression que la personne convoquée n'était pas celle qu'on imaginait. Attendant que la jeune femme prenne place face à lui, il croisa une jambe, posant son pied gauche sur son genou droit, et regarda la directrice en la scannant du regard. Il ne disait pas un mot, se contentant de l'observer. Après plusieurs minutes enfin, il daigna ouvrir la bouche.

Votre petite esclandre a fait couler beaucoup d'encre, ma chère... Et vous a permis de faire parler de vous dans tout le Grand Conseil.


Il se releva alors brûtalement et posa ses deux mains avec force sur le bureau, s'avançant devant la sorcière. Il ne souriait désormais plus du tout. Son visage était à quelques centimètres à peine de celui de la directrice.

Vous m'avez fait passer pour un imbécile !!! LA PROCHAINE FOIS, ALLUMEZ VOTRE FEU AVANT DE FAIRE VOTRE DISCOURS AFIN DE NE PAS ANNONCER A L'ENSEMBLE DU PERSONNEL CE QUE VOUS VOUS APPRÊTEZ A FAIRE !!!


Augustus se redressa alors, regardant la jeune femme de toute sa hauteur avec mépris.

Vous êtes obligée de vous justifier avant vos actes, maintenant ? Vous avez laissé l'occasion de réfléchir à votre personnel et aux élèves sur ce que vous alliez faire ! N'avez-vous rien retenu de mes méthodes ? N'avez vous rien COMPRIS !!!! CROYEZ VOUS QUE JE SOIS DEVENU CONSUL EN ME JUSTIFIANT ET EN M'EXCUSANT !!!!

Augustus commença alors à marcher en long et en large. Il regardait de temps en temps Bénédicte. On aurait dit un lion en cage. Il était prêt à mordre. Non, Augustus ne reprochait pas à Bénédicte son coup d'éclat. Il lui reprochait de ne pas en avoir fait assez.

Il se rassit alors face à elle. Il la scruta du regard et, d'un ton beaucoup plus calme, il lui dit.

Ce que vous allez faire des élèves et des professeurs qui se sont opposés à vous, je m'en fiche royalement. Ce que j'attends de vous en réponse, c'est que l'ensemble de l'école paye pour eux !!! Vous allez me réformer tout ça et rapidement ! Il vous faut des méthodes dures, impitoyables, fortes !!! Je veux vous voir prendre les commandes de cette école comme JE LE VEUX !


Les gestes d'Augustus qui ponctuaient sa parole étaient fermes et francs et ne laissaient aucune place à l'opposition. On ne devient pas Consul en cultivant des navets, après tout.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~Le pouvoir... N'a pas de limite.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte de Beauregard Emploi : Directrice de l'Académie de Beauxbâtons

Date de création : 08/03/2015
Messages : 95

avatar
MessageSujet: Re: Premier bilan (THE VILAINS)   Lun 1 Juin - 21:49

Bénédicte n'avait aucun problème d'audition, ni de compréhension d'ailleurs, mais ce que venait de dire le consul faisait douter la Sylphide, qui se grandit et leva légèrement le menton dans une attitude de défi. Jamais elle n'avait courbé l'échine, devant personne. Cependant elle se garda bien de répondre, son silence voulait en dire long. Elle était complètement satisfaite de ce qu'elle avait fait et finit par dire :


"Cela n'aurait pas marqué leurs esprits, tous se seraient indignés avant de comprendre pourquoi. Je ne peux pas faire les choses à l'envers, Monsieur." Elle insista bien sur ce dernier mot.


"Parce que finalement, en dehors de Tillier, qui n'est rien de plus qu'une, pardonnez-moi l'expression, une grande gueule, et Sainclair et Vannier qui sont juste bêtes ... Tous ces gens regardaient leurs pieds ! En revanche ... Ainsi, il n'y en a une qui a été percée à jour."

Elle appuya ses deux mains sur son bureau et déclara :


"Nymphadora Fillarius ... Et ce n'est pas la première fois qu'elle se fait remarquer. Je l'appréciais, avant ... Elle a une manière d'enseigner qui me plaît. Mais depuis quelques temps, je trouve qu'elle part sur la mauvaise pente. Si j'avais le pouvoir d'exclure du personnel, je la renverrait sur le champ, avec Jenna Tillier elles pourraient pointer au chômage, et les temps sont durs en ce moment, surtout pour nos amis hybrides."

Elle se décolla du meuble et marcha dans la pièce de son pas aérien.


"Je pense cependant que vous avez raison. Voyons, il serait bon que les adultes qui encadrent ces chers enfants doive résider à l'Académie. H24, et 7 jours sur 7 ..."

Ses lèvres s'étirèrent en un sourire mauvais. Elle pensait à Boisseuil qui avait passé son dimanche dehors, et à Fillarius et DaFirenze qui avaient tout simplement déménagé ...

"Ainsi qu'un accès à tous les services de l'école, tous les jours. Pour nos chers élèves, je pense qu'il ne faudrait plus les laisser déambuler librement dans le palais ... c'est bien trop distrayant."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Tout pouvoir sans contrôle rend fou."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Augustus Courtois [Suppr] Emploi : Maître du monde... Ou Consul de France

Date de création : 23/01/2015
Messages : 21

avatar
MessageSujet: Re: Premier bilan (THE VILAINS)   Mar 2 Juin - 17:11

Augustus s'appuya dans le fond de son siège, en regardant Bénédicte pendant de très trèèèèèès longues secondes. Il finit par soupirer, se passer la main sur le visage, regarder de nouveau Bénédicte et lever les yeux au ciel.

Parfois, je me demande ce que j'ai pu faire sur cette terre pour être entouré de tels incapables. J'ai pourtant cru, lorsque je suis devenu Consul, que je serais entouré des meilleurs, des plus brillants cerveaux de notre époque... Et au lieu de ça, quoi ? Je me retrouve entouré de personnes parvenues, aussi nulles que si on décidait de mettre une bande de faunes à la tête de la Banque du pays !!!

Il croisa les bras, appuyé sur sa chaise et prit une voix mielleuse qui se voulait imiter un peu celle de Bénédicte.

C'est comme ça que vous voulez réformer l'école ? "Empêchonnnns les professeurs de faire leur vie comme ils l'entendent !" Vous vivez dans un mauvais roman à l'eau de rose ou vous le faites exprès ?


Il se redressa alors, regardant toujours la jeune femme dans les yeux.

Vu la position dans laquelle vous vous trouvez aujourd'hui, je vous conseille fortement de vous racheter une confiance auprès de votre personnel ! Croyez-vous que je sois arrivé à mon post en obligeant les gens à penser comme moi ? Croyez-vous réellement que, chaque jour, j'impose au Grand Conseil une règle de conduite à l'intérieur des murs qui les contraignent à m'être totalement soumis ? Pensez-vous réellement que de telles mesures puissent fonctionner ? Bien sûr que non ! Si j'avais imposé à mes partisants d'être là où je voulais qu'ils soient 24h/24 et 7j/7, soyez assurée que plus personne ne croirait en moi aujourd'hui !!!

Augustus esquissa alors un sourire. Il allait fortement sous-entendre ce qu'il faisait lui-même avec Bénédicte.

La meilleure manière de tenir les gens à votre merci, c'est de leur laisser croire qu'ils sont libres. Vous devez aller dans le sens des professeurs, pas aller contre eux. Car après tout, ce sont eux qui sont le moteur de votre académie. Sans eux, vous n'avez plus rien. Sans eux, ma chère... Vous serez renvoyée.


Augustus se releva alors doucement de son siège et, les mains derrière le dos, il marcha vers Bénédicte.

Plus vos employés se sentiront en confiance à votre côté, ma chère, plus vous aurez d'emprise sur eux... Et ainsi... Vous pourrez faire d'eux... Ce que vous voulez...

En disant cette dernière phrase, il s'était rapproché un peu plus de Bénédicte. Il avait prit entre ses doigts le menton de la directrice et avait relevé son visage. Ils n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre et, plus il parlait, plus il se rapprochait d'elle. Mais, alors que ses lèvres n'étaient plus qu'à quelques millimètres des siennes, il lâcha Bénédicte et se retourna.

Il marcha alors vers la fenêtre et continua son petit cours de manipulation.

Vous savez, si vous menacez de renvoyer les professeurs qui ne vivent pas à l'académie, vous aurez des problèmes avec le conseil de l'école. Je vous rappelle que certains membres influents font partis de mes opposants, certains sont même d'anciens directeurs et professeurs. Vous n'obtiendrez jamais ce genre d'autorisation de leur part et croyez bien que je les rejoindrais dans cette direction. Et puis, vous savez, beaucoup d'autres établissements scolaires envient jalousement notre système d'éducation. Nos professeurs sont chassés chaque jour. Ils reçoivent des propositions alléchantes qu'ils ne devraient en théorie pas refuser. Alors si vous commencez à leur mettre des bâtons dans les roues, nous les perdrons et surtout, nous perdrons notre excellente réputation.

Il se retourna de nouveau vers Bénédicte, un petit sourire aux lèvres.

Par contre, mettre un couvre-feu, voilà qui est intéressant. Les élèves d'aujourd'hui seront les électeurs de demain. Nous devons donner à l'académie un niveau d'excellence jamais atteint par quelque école que ce soit à travers le monde. Révisez le règlement. Revoyez les méthodes d'éducation et le programme. Imposez de nouveaux examens. Voilà où vous devez imposer votre autorité auprès des professeurs. Dans leurs manières d'enseigner. Il vous faut créer un barème qu'ils devront respecter à chaque trimestre. Une charte de qualité qui les engage à se surpasser d'un trimestre à l'autre. Pour les élèves, créez la compétition entre chaque guilde ! Créez des rivalités ! Pour les professeurs, mettez des primes en jeu ou que sais-je ! Voilà où vous devez aller ! Cela est-il si compliqué à comprendre ?! Vous avez intérêt à me trouver des idées bien meilleures que celles que vous venez de me citer, ma chère, car je risquerais de me vexer si jamais je ne vois pas d'amélioration de votre côté.

Il s'approcha alors de nouveau dangereusement de Bénédicte, un petit sourire au coin des lèvres. De sa main gauche, il effleura à peine les cheveux de Bénédicte.

Pour ce qui est de Fillarius, je veux des informations sur elle. Je suis persuadé qu'elle est la clé qui me permettra de mettre la main sur le nouveau chef des rebelles. Faites comme bon vous semble, espionnez-la en douce, couchez avec son frère si ça vous chante, mais je veux que vous trouviez une piste sur elle ! Me suis-je bien fait comprendre?


De nouveau, il prit entre ses mains le menton de Bénédicte et s'approcha de son visage comme il l'avait fait quelques secondes plus tôt.

Un si beau visage... Ne peut qu'arriver à ses fins...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~Le pouvoir... N'a pas de limite.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bénédicte de Beauregard Emploi : Directrice de l'Académie de Beauxbâtons

Date de création : 08/03/2015
Messages : 95

avatar
MessageSujet: Re: Premier bilan (THE VILAINS)   Mer 10 Juin - 13:13

A nouveau, Bénédicte se redressa et regarda le Consul de toute sa hauteur. Ne venait-il pas de la traiter d'incapable ? Elle refusait de voir qu'elle n'était qu'un pion entre ses mains. Elle n'entendit rien de sa leçon de manipulation, parce qu'elle était trop contrariée pour comprendre quoi que ce soit. Elle n'avait aucune intention de caresser ses collègues dans le sens du poil, devenir amie avec eux, non. Elle ne voyait que par l'autorité, ne connaissait aucune autre manière d'assoir son respect, et c'était bien ce manque de subtilité qui allait la perdre.

Il appuya cependant sa décision d'instaurer un couvre-feu pour les élèves. Les lèvres de la sylphide s'étirèrent en un sourire mince, sans joie. Avec son appui ou non, elle mettra en place les règles qui lui chantent ... C'était SON académie.

Elle ne dit rien, cependant. Borné mais pas idiote, elle savait reconnaître les moments où il fallait se taire. Il lui donnait un ordre, qu'elle prenait comme une demande de service. Espionner Nymphadora Fillarius.

- Mmmh ... Je peux faire ça ... dit-elle en pensant à l'un des moyens proposés : coucher avec Aaron Fillarius. Qui dans ses souvenirs d'ailleurs, était un coup d'enfer, le meilleur de sa vie !

Seulement, s'être fait suggérer cette solution par un homme, même de pouvoir, était une insulte grave. Pour qui la prenait-elle ? Sans le savoir, le Consul venait d'allumer un feu dévastateur dans le coeur de la Sylphide. Non seulement elle allait lui montrer qu'elle était capable ... Mais à tous !

- Je vous ferai un rapport complet. Monsieur le Consul ... lui dit-elle en lui faisant un sourire crispé assorti d'une révérence hypocrite.

- Je vais prendre congé, si vous permettez, je vais voir si je peux être gentille avec mes chers collègue. En leur apportant des muffins ou ... en couchant avec eux ? Laquelle de ces solutions préférez-vous ?
dit-elle, plus piquante que jamais.

Elle sortit de la pièce, faisant claquer ses talons sur le sol de marbre blanc.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Tout pouvoir sans contrôle rend fou."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Premier bilan (THE VILAINS)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Premier bilan (THE VILAINS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» Le Premier ministre en voyage de santé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie Beauxbâtons :: Deuxième étage :: Bureau du Directeur-