AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quiproquo et valise (Nymphila)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Quiproquo et valise (Nymphila)   Ven 5 Juin - 21:32

Décidément, en ce moment, rien n'allait plus dans la famille Fillarius. Entre la perte de John pour Nymphadora et ce qui arrivait désormais à Aaron, c'était la totale.

C'était au tour de Nymphadora d'être présente pour son frère. Il lui avait demandé de récupérer quelques affaires pour lui dans sa maison de Bois-Doré. Il s'était donné une semaine pour réfléchir à la question, à savoir ce qu'il allait faire... De sa vie.

Nymphadora était arrivée dans la maison qu'il partageait avec Lucila. Tout était ordonné, parfait, comme elle l'imaginait. Elle n'avait pas encore eut l'occasion de leur rendre visite, mais elle avait un pincement au coeur. C'était une maison parfaite pour un jeune couple plein de projets.

Elle avait réuni quelques affaires dans une grande malle qu'elle faisait léviter derrière elle. Juste de quoi passer la semaine, elle n'était pas sa mère non plus. Nymphadora soupira en voyant la quantité astronomique de vêtements qu'avait son frère. Enfin bon, après s'être décidée, elle emballa tout et redescendit l'escalier.

Mais alors qu'elle arrivait en bas de l'escalier, elle tomba nez-à-nez avec Lucila. Elle se senti alors très très mal à l'aise. Elle avait espéré qu'elle ne serait pas là.

Oh... Lucila... Déjà revenue de l'hôpital...? Comment vas-tu ?


Elle savait qu'elle devait justifier sa présence ici, mais ce serait véritablement gênant. Elle préféra crever l'abcès tout de suite.

C'est Aaron qui... Euh... M'a demandée de venir... Récupérer quelques trucs...

Nymphadora ne pouvait s'empêcher d'avoir l'air peinée. Cette histoire sentait fort la rupture...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucila DaFirenze Emploi : Infirmière/Professeur de Médicomagie

Date de création : 22/01/2015
Messages : 234

avatar
MessageSujet: Re: Quiproquo et valise (Nymphila)   Ven 5 Juin - 22:22

Lucila était sortie de l'hôpital plusieurs jours après son entrée. Les soins avaient été plutôt rapides, elle s'était remise assez bien. Néanmoins son corps était encore lourdement meurtris, les marques autour de son cou étaient toujours présents, bien que moins visibles et elle avait encore du mal à marcher. Son bras, lui, était entièrement remis. Sa convalescence allait être très longue et douloureuse, mais il fallait qu'elle passe par là pour de nouveau avoir une vie normale. Le mental n'étant pas au rendez-vous, cette rééducation risquait de prendre encore plus de temps que prévu. En effet, Lucila avait le moral dans les chaussettes. Et encore cette expression n'était pas assez forte. Elle faisait une dépression nerveuse depuis qu'elle avait comprit qu'elle avait brisé son couple, ses amis et sa vie. Tout cela était bien entendu involontaire de sa part mais elle l'avait quand même fait.

Lucila n'avait pas eût de nouvelles d'Aaron depuis le jour où il avait transplané de l'hôpital. Elle lui avait écrit, elle avait essayé de le contacter par tous les moyens possibles, mais rien à faire... Ses lettres restaient sans réponses. Elle ne savait pas où il se trouvait, elle ne savait pas dans quel état il était ni même si elle devait encore espérer le revoir un jour. Tout cela lui fendait le cœur et elle n'arrivait pas à faire une croix sur lui. C'était égoïste de sa part, elle l'avait déjà assez fait souffrir, elle aurait dût le laisser en paix comme il le voulait. Mais c'était au dessus de ses forces. Elle avait besoin de le voir, besoin de lui expliquer, besoin de se faire pardonner.

L'infirmière arriva devant la porte de leur maison. Elle avait dût utiliser un balai car elle était encore trop faible pour transplaner. Elle sentait ses yeux s’humidifier et elle menaçait de flancher comme ça, en pleine rue. Mais elle se l'interdisait, hors de question d'étaler son chagrin sur la place publique. Elle se reprit et entra finalement dans cette grande maison qui semblait terriblement vide sans lui. Tout était impeccable, comme le jour où elle l'avait quitté pour sa journée de travail. Tout était à sa place et rien ne manquait. A croire qu'Aaron n'y avait pas vécu récemment. Au fond d'elle, une infime part d'elle avait espéré qu'il serait là à son retour. Non pas pour elle – elle ne se voilait pas la face – mais parce que c'était aussi chez lui. Et c'était même plus chez lui que chez elle, car il en était le propriétaire.
Lucila trouva la maison entièrement vide, sans aucune présence. Elle posa les quelques affaires qu'elle avait ramené de l'hôpital dans l'entrée et avança de quelques pas en observant cet endroit si familier mais pourtant si lointain. Elle se posta devant la grande baie vitrée qui ornait le salon et soupira un bon coup. Là, elle ne put retenir ses larmes plus longtemps. Elles se déversèrent sur ses joues, sans un bruit de sa part, et moururent au creux de son cou. Mais soudain, alors qu'elle songeait à ce qu'elle allait faire de cette maison mais surtout de sa vie, elle entendit un bruit à l'étage. Juste au dessus d'elle. Quelqu'un était visiblement dans leur chambre. La panique envahit la sirène. Le traumatisme de cette fameuse nuit au Grand Conseil avait laissé de lourdes marques dans son esprit et elle avait maintenant des accès de paranoïa. Elle resta tétanisée, écoutant les pas descendre le long des escaliers pour finalement arriver jusqu'à elle. Quel ne fut pas son soulagement lorsqu'elle se rendit compte que l'intrus n'était en réalité que Nymphadora. Elle parut aussi surprise que Lucila quand elle la vit. Puis la surprise laissa place à la tristesse.

« Nymph ? Qu'est-ce que... qu'est-ce que tu fais ici ? »

« Oui, oui, ça va »
menti-t-elle.

Nymphadora répondit à sa première question et sa réponse lui fendit le cœur. Aaron avait vraiment décidé de partir. Pour toujours. Il ne reviendrait pas. Lucila tenta de se contenir mais sa voix flancha lorsqu'elle prononça :

« Ah... Je comprends. Bien sur, bien sur, prends tout ce que tu veux »


La sirène fût obligée de tourner le dos à son amie pour ne pas qu'elle lise la détresse qui avait prit possession de ses yeux. Elle se dirigea vers la cuisine et ouvrit un placard. Elle n'avait absolument pas faim mais il fallait bien qu'elle trouve quelque chose à faire.

« Tu veux boire ou manger quelque chose peut-être ? J'ai du thé si tu veux. Ou du whisky, je crois que c'est plus ton genre »

Lucila essayait d'entretenir l'illusion et parlait donc d'une voix lasse. Mais bien entendu elle ne trompait personne. Nymphadora répondit par l'affirmative et elle la servit donc. Elle s'assit sur un tabouret qui faisait fasse au plan de travail central et fit tourner son verre entre ses mains, ne sachant quoi dire. Au bout de plusieurs secondes d'un silence gênant, elle ouvrit enfin la bouche et regarda son ex belle sœur dans les yeux.

« Comment il va ? Je sais, ce ne sont pas mes affaires... mais.. il faut que je saches »


Bien sur qu'il n'allait pas bien, mais elle avait besoin d'avoir de ses nouvelles.

« Et... il vit où ? Enfin, tu n'es pas obligé de me le dire. Mais tu sais, la maison il faut qu'il la garde. Elle est à lui après tout. Je retournerais vivre à l'Académie »


Il en était le propriétaire après tout. Mais Lucila ne pouvait surtout pas supporter le fait qu'il soit à la rue et qu'il en souffre.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 
Take me into your loving arms
   
So honey now, take me into your loving arms, kiss me under the light of a thousand stars. Place your head on my beating heart, I'm thinking out loud, maybe we found love right where we are | © Vent Parisien

 

 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: Quiproquo et valise (Nymphila)   Ven 5 Juin - 23:01

Nymphadora ne pouvait pas s'empêcher d'être triste pour la jeune femme. C'était particulièrement injuste, ce qui lui arrivait. Elle trouvait son frère égoïste, c'est vrai. Son comportement envers l'infirmière, d'autant qu'il savait qu'elle retrouverait la mémoire, lui paressait particulièrement mauvais. Mais elle le comprenait aussi. Elle savait ce que c'était que de se sentir totalement impuissant face à ce genre de situation. Voir la personne que l'on aime nous échapper totalement sans qu'on ne puisse rien y faire. Nymphadora préférait donc ne pas prendre parti dans leur histoire.

Elle posa alors sa main sur l'épaule de Lucila et tâcha de la réconforter comme elle le pouvait.

Il va bien, ne t'en fais pas. Il est chez nos parents, au sud de Liverpool.  Il est très mal, il a besoin de faire le point... Mais il faut que tu saches qu'il sait que la mémoire t'es revenue. Vas t'assoir, je te prépare une tasse de thé.

Alors que Lucila se rendait vers le salon, Nymphadora fit leviter deux tasses ainsi qu'une théière qui la suivaient de près. Elle s'assit à côté de la sirène et lui tendit sa tasse.

Ne sois pas ridicule... C'est vôtre maison. Il va revenir... Au moins parce qu'il te doit bien des explications ! Mais il faut lui laisser du temps...

Et c'était vrai, la manière dont Aaron avait fui la France l'énervait au plus haut point. Mais c'était son choix à lui, après tout. Elle n'y pouvait absolument rien. Mais elle était confiante, elle savait qu'il finirait par faire le bon choix, c'était certain.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucila DaFirenze Emploi : Infirmière/Professeur de Médicomagie

Date de création : 22/01/2015
Messages : 234

avatar
MessageSujet: Re: Quiproquo et valise (Nymphila)   Lun 8 Juin - 22:24

Assise sur un tabouret, Lucila écoutait son amie lui donner des nouvelles d'Aaron. Mais elle n'en fut que plus triste et blessée.

« Quoi ? Il sait que j'ai retrouvé la mémoire et il ne vient pas me voir ? Mais... il sait quand même que je n'ai rien voulu, non ? Je... Je ne sais plus quoi faire... »

Elle perdit ses moyens et se prit la tête entre les mains pour cacher ses yeux brillant. Puis elle se leva et alla rejoindre le salon. Nymphadora la rejoignit assez vite, suivie de près par deux tasses et la théière. Elle prit la tasse qu'elle lui tendait et souffla nerveusement dessus pour refroidi le liquide ambré qu'elle contenait. Il était difficile pour Lucila de garder son calme et sa sérénité en pareille situation. Aaron savait qu'elle se souvenait maintenant et il n'avait pas daigner donner signe de vie...  Même un simple bout de parchemin avec quelques mots lui aurait suffit. D'un autre côté elle le comprenait, elle reconnaissait volontiers ses tords par rapport à Goulven, mais sur ce coup là elle n'avait pas cherché à le heurter. Elle s'en voulait déjà assez comme ça...

« Non, c'est la sienne. Je ne pourrais pas rester vivre toute seule ici de toute façon, donc autant qu'il la reprenne » répondit-elle.

« Ah bon il va revenir ? Je ne crois pas qu'il me doive des explications... Je comprendrais qu'il ne veuille plus revenir »

Les yeux plongés dans sa tasse, Lucila releva finalement la tête vers Nymphadora.

« Tu sais... Bien sur que je veux lui laisser du temps. D'encaisser le coup... Mais s'il n'a pas l'intention de revenir il faut que je le sache maintenant »


Ces mots lui brisaient le cœur mais il le fallait. Il fallait qu'elle avance, même si c'était rapide. Après ce qu'elle venait de vivre il fallait absolument qu'elle réapprenne à vivre, qu'elle se reconstruise. Et elle ne pourrait pas le faire tant qu'elle resterait dans l'ignorance. Elle donnerait tout pour qu'Aaron revienne, mais si c'était pour qu'il lui en veuille et que leur réconciliation soit houleuse et tourmentée, autant ne pas s'acharner.

« J'aimerais que tu lui dise quelque chose pour moi. Non, que tu lui donne une lettre de ma part. »

Lucila fit léviter une plume et un parchemin jusqu'à elle et commença à écrire.

Aaron,

Je ne doute pas de la rancoeur que tu dois ressentir à mon égard. Nymphadora m'a dit que tu étais au courant que j'avais retrouvé mes esprits, alors je t'en conjures, laisses moi m'expliquer. Je suis revenue à la maison, tu sais où me trouver.
Chaque seconde passée sans toi est une torture. Tu me manques.


Sweetheart


Elle tendit le morceaux de parchemin à Nymphadora.

« C'est court, mais j'espère qu'il le lira. Merci Nymphadora, merci pour tout »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 
Take me into your loving arms
   
So honey now, take me into your loving arms, kiss me under the light of a thousand stars. Place your head on my beating heart, I'm thinking out loud, maybe we found love right where we are | © Vent Parisien

 

 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: Quiproquo et valise (Nymphila)   Lun 8 Juin - 23:10

Nymphadora était touchée par la réaction de son amie. Elle posa sa main sur son épaule sans trop savoir ce qu'elle pouvait faire d'autre. La tristesse l'envahissait de plus en plus.

La sirène lui donna une lettre que la vélane ne lut pas, par respect pour leur intimité à tous les deux. Elle acquiesça d'un signe de tête et soupira. Regardant son amie dans les yeux, elle lui dit.

Ecoutes, je connais mon frère. C'est un crétin. Excuses moi, Lu... Mais j'ai du mal à comprendre ce que tu lui trouves. C'est qu'un gamin pourrit gâté. Il va bouder une ou deux semaines, faire son ptit caprice, et il va finir par revenir. Je sais qu'il t'aime, parce que ça se voit. Il n'aurait jamais réagit comme ça s'il ne tenait pas à toi. Il aurait pas cassé la gueule à ce type s'il ne tenait pas à toi. C'est Aaron, il est... Impulsif ! Mais je pense qu'il a réellement été touché par le fait que tu reconnaisses ton ex et pas lui. Parce qu'il a passé des heures et des heures avant d'avoir le droit de venir te voir... Et tu sais pourquoi il était avec Goulven ? Parce qu'il cherchait ton ex dans toute la France magique pour lui dire sa façon de penser ! Il tient à toi mais si tu continues à mettre la barrière "mon ex fiancé" entre vous, alors là c'est sûr, tu le perdras. Ca le bouffe cette histoire parce que lui n'a aucun comparatif !

Nymphadora soupira. Elle avait parfois l'impression d'avoir affaire à deux gamins.

Tu sais, je lui ai dis qu'il fallait qu'il prenne soin de toi, qu'il te retrouve, qu'il te dise qu'il t'aime, qu'il t'épouse et que vous ayez des enfants aussi beaux que vous. Et tu sais quand je lui ai dis ça ? Le jour de l'enterrement de l'homme que j'aime.

Nymphadora baissa la tête, ne préférant pas regarder Lucila. Son deuil n'était pas fait et elle mettrait un temps fou à le faire.

Pendant des années, j'ai passé mon temps à faire ce petit jeu entre nous, du je t'aime, moi non plus... On n'a pas arrêté de se quitter, de se remettre ensemble, pourtant je n'ai jamais aimé un homme autant que lui. Et aujourd'hui, parce que je n'ai pas été suffisamment intelligente pour lui dire ce que je ressentais pour lui, parce qu'au moment où j'aurais du lui dire "je t'aime, reste avec moi", j'ai préféré lui dire "on se voit dans quinze jours, je ne reviendrais pas à Londres avant". J'aurais pu lui dire ce que je ressentais ce jour là... Et il s'est fait attaqué ! Et il en est mort...

Une larme roula sur la joue de la vélane. Ses grands yeux gris étaient brillants. Elle fronçait les sourcils.

Vous vous aimez tous les deux ! Ne faites pas les enfants capricieux ! Aimez vous ! La vie est si courte ! Vous méritez d'être ensemble ! Alors ne jouez pas à ce petit jeu ! Pas devant moi !!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucila DaFirenze Emploi : Infirmière/Professeur de Médicomagie

Date de création : 22/01/2015
Messages : 234

avatar
MessageSujet: Re: Quiproquo et valise (Nymphila)   Mar 9 Juin - 14:20

Lucila écoutait Nymphadora parler de son frère. Elle était touchée par ce qu'elle lui disait et l'aveu qu'elle venait de faire sur ce qu'elle avait dit a Aaron de faire. Mais elle avait envie de lui crier « non je ne met pas la barrière Goulven entre lui et moi !!!!!!! ». C'est arrivé, c'est vrai, mais c'était il y a des mois maintenant. Lucila n'avait pas choisi que ce soit lui son avocat et elle avait encore moins choisi de se rappeler de lui et non d'Aaron. C'était comme si la vie faisait tout pour l'enfoncer et lui rappeler ses erreurs passées... Mais la sirène était bien déterminée à récupérer Aaron et à vivre avec lui une vie longue et heureuse.
Ensuite Nymphadora fit le rapprochement avec son ex qui était décédé quelques semaines plus tôt. L'infirmière était touchée par la tristesse de son amie et lui prit la main en signe de soutien lorsque celle ci baissa la tête, rongée par l'émotion. Lucila était émue de la voir dans cet état. Elle connaissait la Nymphadora forte, exubérante et extravertie mais pas la Nymphadora triste et endeuillée. Depuis la mort de John les deux femmes n'avaient pas passé beaucoup de temps ensemble. Lucila avait été prise par son emménagement puis par son procès et enfin par ses travaux d'intérêts généraux. Depuis qu'elle ne vivait plus à l'Académie elle voyait de moins en moins ses collègues et autant dire que ne plus voir Siméon était un soulagement, mais pour Nymphadora, Irmine et Jenna c'était autre chose. Enfin, Irmine... Elle se porterait mieux en la voyant moins désormais.

« Je sais... Je suis désolé que tu sois prise dans cette histoire Nymph', et entre nous deux. Oui je l'aime, je l'aime à la folie, mais parfois l'amour ne fait pas tout... S'il n'arrive plus à m'aimer, s'il n'arrive pas à surmonter ça... Je le comprendrais. »

Lucila bût une gorgée de son thé.

« Tu devrais rentrer le voir... Il à besoin de toi, il n'a plus que toi. Et je ne veux surtout pas qu'il pense que j'accapare sa sœur. Si tu as un choix à faire entre nous... choisis le »


Elle lui fit un petit sourire. C'était important pour elle de dire a Nymphadora qu'elle comprenait sa position. Il n'y avait pas photo, il fallait qu'elle choisisse Aaron.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 
Take me into your loving arms
   
So honey now, take me into your loving arms, kiss me under the light of a thousand stars. Place your head on my beating heart, I'm thinking out loud, maybe we found love right where we are | © Vent Parisien

 

 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nymphadora Fillarius Emploi : Professeur de Magie Défensive - Doyenne de Lutra

Date de création : 22/01/2015
Messages : 118

avatar
MessageSujet: Re: Quiproquo et valise (Nymphila)   Mar 9 Juin - 22:26

Nymphadora plissa les yeux et esquissa un petit sourire. Elle leva les yeux au ciel et soupira. Décidément, elle avait l'impression que la jeune femme n'avait rien compris.

Tu sais quoi ? On va se faire une ptite soirée toi et moi. J'aime mon frère, mais il n'est pas seul, loin de là ! Toi, par contre, t'as besoin d'une amie ! Alors tu vas te faire beeeeeeelle, tu vas mettre une robe qui met bien en valeur ton p'tit cul et on va boire un verre, ok ? On va dire... Dimanche soir, d'accord ? Et d'ailleurs, t'as pas le choix. Je te retrouve ici !


Nymphadora retrouvait le sourire. ON retrouvait un tout petit peu la Nymphadora que tout le monde connaissait. Elle fit un clin d'oeil à Lucila, posa sa main sur le genou de son amie puis se leva.

Je... Je dois faire l'allez-retour à Hollyhead, mais je rentre dimanche matin. Je serais là vers dix-huit heures ! Allez, prends une potion, vas te coucher, et reposes toi. Tu as toute la journée de demain pour te remettre. Et après-demain, on va s'amuser ! Oh et, j'amène ça à l'autre tête de mule.

Elle souleva la lettre et fit un beau sourire à la jeune femme.

Allez, à dimanche, darling !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quiproquo et valise (Nymphila)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quiproquo et valise (Nymphila)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Valise de transport pour figurines
» Nouvelle valise de Monstre Gw
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]
» J'ai mis dans ma valise
» Quiproquo {PV Katie}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bois-Doré :: Habitations-