AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Irmine Boisseuil ~ bibliothécaire et demi-naïade à ses heures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 522

avatar
MessageSujet: Irmine Boisseuil ~ bibliothécaire et demi-naïade à ses heures   Lun 19 Jan - 3:07



I. LE PERSONNAGE.


• NOM : Boisseuil
• PRÉNOM : Irmine
• ÂGE : 27 ans
• HYBRIDATION ET/OU VALEUR DU SANG : Naïade, demi-sang
• METIER/FONCTION : Bibliothécaire et chef d’orchestre de Beauxbâtons
• BAGUETTE : Bois de noyer, 25 centimètres, plume de phénix, moyennement souple
• ANIMAL DE COMPAGNIE (optionnel) : Un vison d’Europe mâle, nommé Ardalion, d’un âge mûr
• AVATAR : Kate Beckinsale


II. LES DESCRIPTIONS.


PSYCHOLOGIQUE
Irmine est une jeune femme réservée et posée. Sa jeunesse lui a forgé un caractère calme, relativement distant, teinté d’une grande méfiance. Elle aime la tranquillité et évite de trop attirer l’attention sur elle. Cela a d’ailleurs tendance à la rendre un peu solitaire. Elle sait que son hybridation peut lui attirer beaucoup de problèmes, pour en avoir le moins possible elle préfère donc rester discrète. Malgré son apparente réserve, c’est une jeune femme forte, dont l’un des atouts est une grande capacité de résilience. Elle cherche simplement à éviter les désagréments que se lier aux autres et laisser transparaître ses émotions entraînent.

Ce n’est pas une personne foncièrement froide pour autant. Ses quelques rares vrais amis le savent bien : elle est rêveuse, d’une grande douceur et attentive aux autres. Quand on sait la mettre à l’aise, elle aime partager de bons moments de distraction et des discussions aux propos éclairés. Sa solitude la pèse parfois et elle aimerait pouvoir s’ouvrir plus aux autres, mais elle se l’interdit à cause de son hybridation et du danger que cela représente face aux partisans de la politique du Grand Conseil.
A côté de cela, c’est une jeune femme à la soif de connaissances intarissable et à l’intelligence vive. Elle a toujours été très studieuse, et lire est comme respirer pour elle : cela lui est nécessaire. Elle trouve toujours de nouveaux sujets à étudier avec passion et il n’est pas rare qu’elle oublie de manger ou dormir quand un nouveau thème retient toute son attention. De plus, grâce au sang de naïade qui coule dans ses veines, Irmine possède un véritable don pour la Magie Intuitive, talent qui s’exprime tout particulièrement lorsque de l’eau est impliquée.
C’est également une excellente violoniste. Pratiquer son instrument constitue un des exceptionnels moments où elle laisse parler ses émotions à travers sa musique, et cela lui procure un intense sentiment de libération.

Irmine veille farouchement sur la bibliothèque, et les élèves savent qu’ils subiront une colère implacable et de sévères sanctions s’ils en détériorent le moindre livre. Elle sait également se faire respecter aux répétitions de l’orchestre, que les jeunes musiciens ont tout intérêt à ne pas rater sans une excuse valable. Elle attend d’eux une réelle implication afin d’obtenir des résultats excellents.
Elle n’est pas très sportive, elle n’a jamais été à l’aise sur un balai et le Quidditch ne l’intéresse pas particulièrement. Pourtant, à la règle il y a forcément une exception : la natation, évidemment. Elle aime se baigner dans le Lac Enchanté, la sensation de l’eau sur sa peau réveillant ses instincts de naïade. Toutefois, elle se garde bien de le faire quand il y a des gens aux alentours, préférant éviter que ses tatouages ne soient vus. Car Irmine se défend bien de crier sur tous les toits qu’elle est hybride : elle n’en est pas fière et voit plutôt cela comme un fardeau.


PHYSIQUE
Irmine est une jeune femme de taille moyenne, de corpulence fine avec de jolies formes bien placées. Les traits de son visage sont délicats et harmonieux, ses lèvres sont légèrement pulpeuses. Ce que l’on remarque en premier chez elle, ce sont d’époustouflants yeux en amande au ton bleu-vert, pareil à la couleur d’une rivière serpentant au sein d’une forêt, encadrés par de longs cils. Ce regard a quelque chose de fascinant pour celui qui prend le temps de s’y plonger. L’expression de son visage est généralement posée, quoique distante. Elle possède une longue chevelure brune et ondulée, qu’elle attache en une épaisse tresse un peu lâchée ou laisse cascader librement dans son dos, selon son humeur. Sa voix est légèrement grave et feutrée, douce avec un timbre agréable à l'oreille. Quant à ses mouvements, ils sont souples et gracieux, et sa démarche légère.

En résumé, Irmine a hérité de son ascendance naïade un physique très agréable à regarder, c’est une belle femme. Il y a toutefois un « mais » : elle ne cherche pas trop à se mettre en valeur. De par son caractère introverti, elle préfère s’habiller de manière discrète, privilégiant les robes de sorcière longues (en tout cas en-dessous du genou) qui vont couvrir ses épaules et elle évite les décolletés plongeants ou les couleurs criardes. Elle ne s’habille pas mal, loin de là (ses robes sont tout de même bien coupées dans des tissus de qualité), elle préfère juste adopter un style passe-partout du point de vue sorcier. Dans le même ordre d’idée, elle ne se maquille que peu souvent, car elle se dit que la couleur de ses yeux attire bien assez l’attention comme ça.

Pour conclure, il est important de préciser la raison majeure de l’adoption de cette garde-robe sobre : à cause de son sang de nymphe de rivière, la peau de son dos est naturellement tatouée d’arabesques d’un bleu profond. Si sa peau est sèche, ces entrelacs descendent jusque dans le creux de ses reins et montent jusqu’à la naissance de sa nuque, finissant sur l’arrière de ses épaules. Lorsque sa peau entre en contact avec de l’eau, ces marques s’allongent sur ses bras et ses jambes, ainsi que sur sa poitrine et son ventre, et une fine arabesque remonte sur sa joue gauche pour finir sur sa tempe. Ces tatouages étranges ne sont pas du tout disgracieux, mais Irmine ne les aime pas pour autant, car ils rendent son hybridation plus facile à remarquer. C’est pourquoi elle évite de dégager ses épaules et ses vêtements ne sont jamais décolletés dans le dos.


III. L'HISTOIRE.


Irmine est née de l’union du sorcier Léonce Boisseuil et de la naïade Enora. Ses parents se sont rencontrés dans un petit boisé aux abords de la Loire, et Léonce a immédiatement été séduit par la magnifique nymphe à la chevelure argentée. Ils conçurent Irmine par un bel après-midi d’août, à l’ombre des feuillus, quelques jours après leur rencontre. Après cela, Léonce revint tous les jours près de la rivière, mais Enora ne se montra plus. Un profond désespoir s’empara sur lui, pourtant il continua d’attendre le retour de celle pour qui son âme se consumait.
Un beau jour, neuf mois plus tard précisément, Enora réapparut enfin. Toutefois, elle ne sortit pas seule de la rivière : elle tenait dans ses bras un nourrisson couvert d’algues. Elle le tendit à Léonce en lui apprenant que c’était sa fille, puis disparut comme elle était arrivée, sans un mot de plus ni un ultime regard en arrière. Le jeune homme eut beau l’appeler de toutes ses forces, ce fut la dernière fois qu’il la revit. Il n’avait pas compris que le cœur de la naïade n’appartenait qu’à la rivière.
Léonce se trouva totalement incapable de faire face à la situation : son abattement était tel qu’il ne voulait même pas réfléchir à comment s’occuper de sa fille. Aussi décida-t-il de la ramener chez ses parents et de la leur confier. Arcadius et Edmonde Boisseuil, tous deux sorciers, vivaient près d’un village magique en Loire-Atlantique un peu plus éloigné de la rivière. Ils ne furent clairement pas enchantés de la « surprise » que leur fils leur ramena. En effet, c’étaient des personnes conservatrices, fermées d’esprit et très à cheval sur les convenances. Malgré le fait qu’ils réprouvaient totalement le fruit de l’union de leur fils, et l’union en elle-même qui selon eux amenait le déshonneur sur la famille, ils recueillirent leur petite-fille par sens du devoir. Il ne devait pas être dit d’eux qu’ils abandonnaient une personne de leur famille, cela serait mal vu. En revanche, Irmine ne bénéficia pas de leur affection. Léonce repartit très vite et s’installa près de l’endroit où il avait rencontré Enora, dans l’espoir qu’un jour elle referait surface. La seule chose qu’il concéda à faire pour sa fille avant de partir fut de lui choisir un prénom.

Irmine resta donc chez ses grands-parents et grandit dans une ambiance de réprobation constante. Arcadius et Edmonde lui donnèrent une éducation très dure, montrant rarement autre chose que de l’austérité à son égard. Ils lui firent apprendre la musique, estimant que c’était indispensable à l’apprentissage d’une jeune fille bien élevée. Elle devait constamment fournir les meilleurs résultats pour ne pas s’attirer de représailles, heureusement la jeune Irmine fit très vite preuve d’une grande soif d’apprendre. Pourtant, ses grands-parents n’étaient jamais satisfaits et le lui faisaient perpétuellement sentir. Bien qu’elle n’y puisse rien, ils lui reprochaient sa nature d’hybride et regardaient avec dégout les marques bleues sur son dos, qu’elle possédait depuis sa naissance. Ils furent d’ailleurs horrifiés de voir qu’elles pouvaient s’étendre au reste de son corps. Des années durant, ils tentèrent tous les sorts, onguents et potions possibles pour les faire disparaître, mais rien n’y fit, et cela ne servit qu’à ce qu’Irmine se mette aussi à détester cette peau qui lui créait tant de problèmes. Ils l’amenèrent le moins possible au village, leur maison se trouvant un peu à l’extérieur de celui-ci, craignant les commérages que cela attirerait sur leur nom. Cette honte imprégna fortement la fillette : toute son enfance, elle maudit ce sang hybride qui coulait dans ses veines, elle finit même par penser qu’elle n’était pas une vraie sorcière.

Irmine revit rarement son père, pas plus d’une ou deux fois par année. Il habitait un petit cabanon près de la rivière, abandonnant par la même occasion son poste au sein des relations publiques de la Banque Mourgue d’Algue et Cie. Il vivait très simplement sur la petite fortune qu’il avait amassée durant ses quelques années de travail, mais semblait être devenu un peu fou. Il avait beaucoup maigri, s’occupait mal de lui, mangeait peu et marmonnait dans sa barbe des phrases incompréhensibles. Il accomplissait également le même rituel chaque jour, c’est-à-dire allait se poser près de l’eau et appeler inlassablement Enora, lui parlant comme si elle était près de lui. Les grands-parents d’Irmine ne la laissaient pas plus d’une nuit seule chez son père, estimant qu’il était préférable qu’elle ne subisse pas son influence. Cela ne dérangeait pas vraiment la petite fille, car son père lui faisait un peu peur : elle avait l’impression que la plupart du temps il ne la voyait pas, excepté parfois où il se mettait à la regarder fixement, comme s’il attendait une réponse de sa part à une question qu’il ne posait jamais.
Malgré tout, ces courts séjours plaisaient d’une autre manière à la fillette : ils lui permettaient de passer du temps près de la Loire, rivière dont elle était en partie issue. Après quelques baignades dans l’eau fraîche, elle comprit que sa nature de naïade ne lui donnait pas que des capacités de Magie intuitive ; en effet, elle se rendit compte qu’elle pouvait rester sous l’eau sans respirer anormalement longtemps, qu’elle y voyait parfaitement et que dans les eaux sombres, ses tatouages semblaient s’illuminer d’une lueur argentée. Se baigner dans la rivière lui apportait un sentiment de plénitude, comme si une partie d’elle-même ne se trouvait satisfaite que dans cet élément. Plus que cela encore, l’eau semblait l’appeler et exercer sur elle une attraction qu’il lui fallut apprendre à contrôler. Cela va sans dire qu’elle put faire ces découvertes assez jeune, car son père ne la surveillait absolument pas.

Quant à sa mère, Irmine ne la vit qu’une fois dans sa vie, à 11 ans, lors d’une de ses visites chez son père. C’était la nuit, Léonce dormait déjà et la fillette n’arrivait pas à trouver le sommeil. Elle finit par sortir du cabanon et alla s’asseoir au bord de la rivière. Après quelques minutes, elle crut discerner une lueur sous l’eau, qu’elle prit d’abord pour le reflet de la lune. Sortit alors des flots une créature à l’apparence d’une superbe jeune femme aux longs cheveux argentés et aux yeux bleus-verts comme ceux d’Irmine, des arabesques bleues courant sur la peau de tout son corps, celui-ci recouvert d’algues. Irmine fut stupéfaite, mais elle comprit immédiatement qui était cet être fantastique lorsqu’Enora passa un doigt mouillé sur sa joue. Tandis que sa fille restait muette de saisissement, la belle naïade lui sourit et lui demanda son nom d’une voix cristalline. Irmine finit par se ressaisir et répondit, mais ne dit rien de plus, ne sachant comment réagir face à cette personne qui semblait être trop jeune pour être sa mère (les naïades pouvant vivre des centaines d’années, Enora n’avait pas vieilli depuis la naissance de sa fille) mais qui la fascinait. Elle s’était longuement demandée à quoi elle ressemblait, comment était le son de sa voix, quel effet cela lui ferait de la toucher, de lui parler. Sauf que l’occasion de savoir arrivée, elle se sentait submergée et incapable d’agir ou de dire quoi que ce soit. Le sourire de sa mère se fit plus amusé.

- Bien, j’étais curieuse de te connaître. C’est fait désormais.

Et sur ces mots, elle replongea dans les eaux sombres. Irmine se précipita au bord de la rivière, mais Enora avait disparu. La fillette comprit à ce moment-là que sa mère était une créature égoïste, désintéressée des autres, et qu’elle ne la reverrait sûrement plus. Elle pleura des larmes d’amertume et de déception cette nuit-là, mais elle ne parla à personne de cette rencontre, qui avait eu lieu l’été avant sa première rentrée à Beauxbâtons.

A l’Académie, Irmine fut admise dans la guilde des Noctua, mais eut des difficultés à s’y faire des amis. Son enfance avait fait d’elle une fille méfiante vis-à-vis des gens, et elle s’approcha peu des autres élèves. Au final, elle eut surtout quelques « connaissances sympathiques » durant ses études. Le seul véritable ami qu’elle eut se trouva en la personne de l’ancien bibliothécaire de l’académie. Arsène Guérivaux de son nom complet, remarqua rapidement la jeune fille qui venait tous les jours à la bibliothèque, empruntait des piles de livres presque aussi hautes qu’elle, et qui s’asseyait seule dans un recoin éloigné. Admiratif devant son désir insatiable de connaissance, il se rapprocha petit à petit d’Irmine. Sur ses gardes au départ, cette dernière finit par être convaincue de la sincère attention du vieil homme. Elle trouvait chez lui l’affection que ses grands-parents n’avaient pas eu à son égard, tandis que lui voyait en elle la petite-fille qu’il n’aurait jamais. En effet, au bout d’un temps, il raconta à Irmine que son fils avait épousé une hybride demi-harpie, et qu'ils avaient été enlevés dans une rafle par des partisans d’une politique violente face aux hybrides. Arsène ne les avait jamais retrouvés et se doutait qu’ils avaient dû être tués. Irmine passa beaucoup de son temps libre avec lui, et il l’aida à accepter un peu mieux sa nature de demi-naïade. Arsène lui fit comprendre qu’elle était autant une vraie sorcière que les autres, et il lui répéta inlassablement que cette hybridation la pourvoyait de dons uniques. Même si Irmine n’adhéra jamais totalement à sa façon de voir, elle finit par accepter la fatalité et à moins maudire son sang mêlé (ou en tout cas, elle ne le fit plus devant lui). Elle garda toutefois son idée que l’hybridation restait une source de problèmes dont elle se serait bien passée. Le vieil homme parvint aussi à diminuer sa méfiance constante et l’aida à aller un peu plus vers les autres.
Ce fut aussi Arsène qui lui offrit Ardalion, son vison d’Europe, lors de sa 6ème année. Il se dit qu’un animal semi-aquatique serait un choix parfait pour Irmine, et prit le plus jeune de l’animalerie magique. La jeune fille fut très reconnaissante de ce cadeau, et le petit animal devint un compagnon très cher à son cœur.

Irmine termina ses études avec d’excellentes notes, avec les options Études des moldus, Études des runes, Tellurisme, Étude des objets magiques et Magie intuitive bien sûr. Elle se distingua particulièrement dans cette dernière, sa nature de naïade aidant. Suite à cela, elle fut acceptée dans l’Université Magique de Norvège, dans le cursus de Magie Ancienne Nordique. Ses études lui prirent 5 ans, puis elle décida de rentrer en France et de trouver un travail dans lequel elle pourrait mettre à profit ses connaissances. Malheureusement, une année durant, toutes les portes lui claquèrent au nez. Elle était une hybride recensée par le Grand Conseil, et cela repoussait beaucoup de d’employeurs. Elle finit par être engagée dans un magasin de chaudron sur l'avenue sorcière à Paris, son travail consistant à récurer les chaudrons dans l'arrière-boutique avant qu'ils ne soient présentés dans la devanture. Ce n'était pas à proprement parler la carrière que l’on attendait d’une ancienne Noctua. Et ce n’était pas la carrière qu’elle avait espérée : en effet, elle avait rêvé de devenir Archimage.
Qu’est-ce qu’un Archimage ? Ce sont des sorciers et sorcières qui repoussent toujours plus les limites de la magie connue : ils consacrent leur vie professionnelle à étudier, dans les écrits et sur le terrain, différentes formes de sorcellerie méconnues ou oubliées de la société magique française moderne. Irmine aurait souhaité se spécialiser dans le domaine des pouvoirs des anciens sorciers et chamans nordiques. Seul problème : les Archimages sont mandatés par le Grand Conseil, et le nombre d’hybrides dans les équipes est devenu quasiment nul. Pour une demi-sang, il est tout bonnement impossible d’imaginer accéder à une telle place un jour. Irmine abandonna donc tout espoir à ce niveau, mais elle garde toujours au fond d’elle beaucoup d’amertume.
Quant au registre romantique de sa vie, elle n’eut que peu d'amants et seulement deux "vraies relations", et chacun la quitta avec la même raison : Irmine ne leur dévoilait jamais le fond de son âme ni son hybridation, n'ayant jamais réussi à être totalement à l'aise avec aucun d’eux, ce qui met plutôt un frein à l’intimité.

Un jour, Irmine reçut une lettre qui fut source d’une grande joie et d’une immense douleur en même temps : Madame Maxime lui annonçait le décès de son cher ami Arsène, avec qui Irmine avait toujours gardé contact et qu’elle continuait à voir régulièrement. Il avait laissé en mourant une lettre de recommandation pour Irmine, et la directrice lui proposa le poste. Cela fait donc bientôt une année que la jeune femme travaille au milieu de ces livres qu'elle aime tant. Seule Madame Maxime, désormais décédée, et quelques rares "élus" sont au courant de l'hybridation d'Irmine, l’ancienne directrice ayant accepté de garder le silence sur cet élément de sa vie privée. Elle ne voit ses grands-parents que très rarement, mais continue d'aller visiter son père deux fois par année, ayant pitié de sa détresse.


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

TON PSEUDO ? Ine
QUEL ÂGE ? 25 ans
COMMENT TU ES VENU ICI ? Tous les chemins mènent à la fondation d’un forum.
TES IMPRESSIONS ? Bah je l’ai co-fondé, donc dire que je l’aime est un euphémisme.
EST-CE UN DOUBLE-COMPTE ? Voui, pour compenser ma bibliothécaire coincée, je joue également Alix Vannier, élève turbulente au possible.


FICHE PAR FALLEN SWALLOW


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Irmine Boisseuil ~ bibliothécaire et demi-naïade à ses heures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. First love, it's a hurting truth
» Les Relations d'un Satané Bibliothécaire
» Une après-midi de libre n'est jamais de refus [PV : Mycroft]
» La bibliothécaire arrive! [PV Taylor Hoshiko]
» Aerin Cirth, parcours d'une bibliothécaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bienvenue dans notre monde ... :: Présentations des personnages :: Validées-