AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 What if...we already met ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 680

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Sam 8 Aoû - 12:16

Il avait perçut comme un malaise mais ne le prêtait nullement au fait qu'il ait les pieds dans l'eau. Il s'en rendit compte quand il avança de quelques pas mais qu'elle restait songeuse légèrement en retrait.

- Quelque-chose ne va pas ? Demanda t-il inquiet, tandis que la jeune fille libérait ses cheveux puis avançait vers l'eau.

Goulven la regarda, sans comprendre. Elle s'arrêta lorsque l'eau mouilla ses pieds, sembla prendre une inspiration avant d'avancer d'un pas décidé puis de s'y jeter en disparaissant.

- Irmine ?!


Cette disparition soudaine l'affola, il ne comprenait pas le comportement de la jeune fille. N'aurait-il pas dû s'éloigner autant d'elle ? Il ne portait pas son regard au bon endroit et ne voyait pas la faible lueur argentée qu'on pouvait confondre avec le miroitement de la Lune sur la surface. Il tourna un moment avant qu'elle n'émerge dans son dos et aussitôt il se dirigea vers elle sans prendre garde à sa transformation.

Si elle n'avait pas parlé de ces choses immuables sans doute n'y aurait-il pas prêté attention, obnubilé par le simple fait qu'il avait cru qu'elle voulait disparaître. Ce n'est que lorsqu'il fût vraiment proche d'elle qu'il les vit. Elle brillait légèrement à la lueur de la Lune, fines et délicates, de douces arabesques recouvrait ce corps de nymphe des eaux que le contact de son élément naturel ne rendait que plus beau.
Goulven se sentit bien humble, en cet instant et en perdit les mots tant il était renversé par cette soudaine et franche révélation. Parce qu'il savait aussi que cela avait dû beaucoup lui coûter.
Il arracha ses yeux des siens pour mieux la contempler et passa le bout de ses doigts le longs de ses gracieuses marques d'hybridation pour lesquelles elle aurait été brimée plutôt deux fois qu'une dans leur propre pays - Et peut-être que ça avait été le cas.

- Il y a certaines choses que je ne pourrai jamais changer en revanche.

Cette déclaration lui arracha un rire et il caressa son visage en suivant toujours les arabesques du bout de ses doigts.

- Moi non plus. Je t'aime.

Et une nouvelle fois prit ses lèvres en l'enlaçant de tout son être, définitivement conquis, irrémédiablement attaché à elle et fatalement amoureux de celle qui l'avait convaincu de traverser la moitié du continent en abandonnant tout derrière elle.
S'il avait déjà eu pleinement conscience des sentiments qui avaient pris son coeur avant ils ne lui avaient jamais paru aussi ardents et il avait beaucoup de mal à cesser de l'embrasser.

- Ne ... fait plus jamais ça. Ne disparaît pas comme ça ...

Ils restèrent un moment dans l'eau avant de se décider à sortir, le temps qui s'écoulait les amenait doucement vers l'aube. Allongé près d'elle sur le sable, il resta un moment à la contempler sans rien dire.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 516

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Mer 12 Aoû - 17:29

Le mutisme qui s'empara de Goulven à la vue des arabesques de la nymphe aurait pu inquiéter cette dernière...s'il n'avait pas démontré son ravissement par la douceur avec laquelle il caressa ces marques. Irmine eut un frisson à ce contact, personne n'ayant jamais touché ses tatouages. Après la dureté avec laquelle ses grands-parents avaient tenté de les faire disparaître, la demi-naïade les avait définitivement cachés au monde, et les montrer au jeune homme lui avait demandé de puiser dans tout le courage qu'elle possédait. Mais elle ne le regrettait pas, il lui avait même semblé évident que s'il avait accepté de la suivre, il méritait de savoir pour qui il avait tout abandonné derrière lui.

- Moi non plus. Je t'aime.

Cette déclaration, simple mais inattendue pour la jeune fille, fut suivie d'un baiser qui ne laissa pas le temps à Irmine de répondre aux sentiments qui venaient de lui être exprimés. L'aurait-elle fait ? Elle sentait jusqu'aux tréfonds de son âme qu'elle les partageait tout aussi vivement, mais le dire était encore une autre étape qu'elle n'était pas certaine de savoir franchir, pour la simple et bonne raison que personne auparavant ne le lui avait jamais dis.
L'entendre pour la première fois lui procura un sentiment indescriptible, et c'est avec tout son corps qu'elle l'embrassa, l'enserrant de ses bras comme s'il aurait pu regretter ses paroles la seconde suivante, reprendre ses promesses et l'abandonner. Plusieurs minutes passèrent avant qu'ils ne consentent à se détacher l'un de l'autre, et Irmine put lire dans son regard l'inquiétude que la manière dont elle lui avait révélé son hybridation avait créé. Elle se mordit la lèvre avec sourire coupable et secoua la tête.

- C'est promis, pardon.

Et pour sceller ce serment, ce fut elle cette fois qui vint quérir les lèvres du jeune homme.

Le soleil levant les trouva donc ainsi, enlacés et en partie immergés dans les eaux de la mer Égée, ne séparant leurs lèvres que pour aller déposer d'autres baisers au creux de leurs cous et sur les joues caressées par les embruns.
Ils finirent malgré tout par sortir de l'eau mais ne se lâchèrent pas pour autant en s'allongeant sur le sable. Là, ce fut leurs regards qui se mêlèrent pour ne plus se quitter, tandis que leurs prunelles partageaient un dialogue muet, nourri de l'émerveillement que leurs jeunes coeurs éprouvaient l'un pour l'autre.

Le sommeil les surprit ainsi, sans qu'ils ne s'en rendent vraiment compte, mais il fut de courte durée car des cris dans une langue qu'aucun d'eux ne parlait les réveilla brusquement. Irmine ouvrit les yeux dans un sursaut, et l'espace d'une seconde elle se demanda si elle n'avait pas rêvé, mais la vision de Goulven tout contre elle lui confirma que cette aventure était bien réelle.
Ils se redressèrent en même temps et aperçurent à quelques mètres un garde s'avancer vers eux en vociférant des menaces qu'ils ne comprirent pas. D'un même mouvement, les deux sorciers se prirent la main et coururent récupérer leurs chaussures, poursuivis par le préposé à la sécurité, et transplanèrent en riant sous ses yeux médusés vers d'autres contrées.


~~~~~~~~~ Un mois plus tard ~~~~~~~~~


La canicule était survenue depuis le début de la semaine précédente et semblait ne jamais vouloir finir, poussant tout être vivant à chercher à se rafraîchir par tous les moyens possibles. Irmine et Goulven avaient opté pour une balade à l'ombre des gorges de Covatannaz.
Les deux amoureux avaient continué leurs pérégrinations en Europe, et étaient arrivés en Suisse depuis deux semaines, en même temps que la vague de chaleur. Ils habitaient chez une famille de sorciers comptant pas moins de cinq enfants, à qui Irmine donnait des cours de violon et de soutien scolaire, en contre-partie du gîte et du couvert.

Goulven et elle avaient décidé de profiter du temps magnifique pour s'échapper et partir à la découverte du canton, avant de continuer pour la prochaine étape du voyage, qui n'était pas encore décidée. La marche dans les gorges les avaient épuisés mais ravis, et ils profitaient d'une pause dans l'herbe à côté de la cascade avant de reprendre leur randonnée.

- Atchoum !

Allongée sur le ventre, Irmine releva les yeux du livre, acheté la veille dans le quartier sorcier de Lausanne, en entendant son compagnon éternuer. Un hibou grand-duc se tenait sur la pierre à côté du jeune homme et tendait la patte à laquelle une lettre était attachée. La jeune fille s'assit en tailleur en soupirant.
Ce n'était pas la première missive qui leur parvenait, ils en avaient reçu dès les premiers jours de leur fugue. Goulven bien plus souvent qu'Irmine.

- C'est la troisième cette semaine., commenta-t-elle doucement, Ta famille doit s'inquiéter.

La naïade n'en avait reçu aucune de sa famille, probablement trop heureuse de se voir débarrassés d'elle quelle qu'en soit la raison, et elle avait vu arriver quelques oiseaux de ses amis mais ceux-ci avaient rapidement abandonné après deux lettres sans réponse. Arsène, lui, en inlassablement envoyé une par semaine, et Irmine les avait toutes conservées même si elle n'avait pas eu le courage de les ouvrir. C'était la seule personne qu'elle culpabilisait d'avoir laissé derrière sans un adieu.

- Tu crois qu'on devrait leur répondre ?, demanda-t-elle après une seconde d'hésitation.

Ils ne l'avaient pas fait parce que leur désir avait été de se faire oublier, de disparaître complètement et de ne plus penser à la vie qui avaient été la leur avant la soirée qui avait marqué le début de leur vie ensemble.
Chaque lettre ravivait une peur sourde chez la belle hybride : et si le jeune homme finissait par regretter ce qu'il avait laissé derrière lui ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 680

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Jeu 13 Aoû - 3:26

Leurs envies les avaient mené jusqu'en Suisse où ils avaient trouvé à s'engager auprès d'une famille contre le gîte et le couvert. Alors qu'Irmine donnait des cours de violon à trois de leurs cinq enfants, Goulven avait pris sur lui de transmettre ce qu'il avait retenu de ses leçons de piano aux deux dderniers. Pour le reste, elle donnait des cours de soutien scolaire et Goulven aidait à l'entretien de la maison notamment en s'occupant des extérieures.
Ils se donnaient beaucoup de mal et leurs hôtes leur étaient reconnaissants. Cela leur permettait de subsister sans débourser le moindre écu et conserver ainsi leurs économies.

Un jour particulièrement chaud, ils avaient décidé de se rendre à une cascade pour chercher la fraîcheur, tout en bavardant joyeusement sur leurs destinations prochaines. A aucun moment, Goulven n'avait eu l'envie ni le besoin de revenir près des siens.La présence d'Irmine suffisait à son seul bonheur, et la jeunesse lui donnait l'excuse de cette folie. Néanmoins, contrairement à elle, il avait ouvert chacune des lettres qu'il avait reçu. Leur disparition avait suscité l'inquiétude chez leurs proches, et cela avait donné lieu à une discussion à coeur ouvert sur leurs ffamille respectives. Ainsi Goulven n'était pas sans ignorer le passé difficile de  sa belle ainsi que la manière dont elle avait été traitée durant toute son enfance. Pour cette raison, il lui avait semblé hors de question d'informer qui que ce soit de l'endroit où ils se trouvaient.

Justement, lors d'une halte, un hibou leur parvint et délivra au Breton une missive allergène. Il reconnut sur l'enveloppe l'écriture rigide de son père et la fourra dans son sac à dos sans même l'ouvrir.

- Je la lirai ce soir dit il à Irmine lorsqu'elle lui fit remarquer que sa famille devait s'inquiéter. Il haussa les épaules et revint près d'elle d'un bond, puis elle lui demanda ce s'ils devaient envisager de répondre aux personnes qui leur écrivaient sans se lasser. La question, jusque-là ne s'était jamais posé et le sujet soigneusement évité.

- Je ne sais pas ... On peut leur écrire pour les rassurer, sans plus de détails ? J'avoue que j'aimerais te garder pour moi tout seul encore un peu.

Il évita de penser au fait que leurs proches étaient probablement fous d'inquiétude et des recherches organisées pour les retrouver. Le jeune sorcier avait le sentiment, depuis qu'il s'était enfui abec elle, que rien ne pourrait jamais les atteindre. Il s'allongea près d'elle et joue avec une mèche de ses cheveux. Elle avait reçu beaucoup moins de lettres que lui, mais il y avait peut être des gens qui lui manquaient.

- Ine, si un jour tu veux rentrer je ... Je peux l'entendre. Je ne me fais pas d'illusions, les gens qui t'ont écrit te manquent sûrement autant que tu leur manques ... Ce que je veux dire aussi c'est que je préfèrerais que nous en parlions librement.

Sans pour autant se figurer qu'elle voudrait reprendre sa vie d'avant,, le Breton espérait qu'au fond, leurs pepérégrinations ne cesseraient pas tout de suite.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 516

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Ven 14 Aoû - 4:28

Cette énième lettre du père de Goulven contenait probablement la même menace que les précédentes : qu'il lui coupe les vivres. Le jeune homme avait parlé à Irmine du contenu des missives, et c'est avec un regard entendu qu'il avait émis un commentaire sarcastique sur le fait que ne plus recevoir d'argent ne changerait rien, étant donné qu'ils ne touchaient pas à leurs comptes respectifs.
A sa question, il proposa de n'envoyer qu'une simple lettre assurant qu'ils se portaient bien. Irmine eut une moue peu convaincue, car en vérité elle partageait la même envie que Goulven : elle n'avait aucune envie de briser cette bulle dans laquelle ils vivaient depuis un mois, n'ayant jamais été aussi heureuse de sa vie, et écrire à leurs proches serait le premier pas pour sortir de ce rêve éveillé.

- Hum...les hiboux reviennent les serres vides. C'est déjà une preuve de vie, non ?

Evidemment, ce n'était pas la manière la plus correcte de régler le problème, mais toute excuse pour ne pas avoir à se soucier de ceux qu'ils avaient laissé derrière était bonne à prendre.
Tandis qu'il s'allongeait à ses côtés, elle resta assise mais posa sa main sur le torse du jeune, laissant ses doigts se balader distraitement sur celui-ci. Ils ralentirent légèrement lorsque le Breton lui assura qu'il était parfaitement capable d'envisager qu'elle désire rentrer, mais Irmine répondit automatiquement en secouant la tête.

- Non ! Je n'en ai aucune envie. En fait, ils ne me manquent pas vraiment...

Une expression fugace de culpabilité passa sur le visage de la naïade, et elle ne mit pas longtemps à exprimer le fond de sa pensée, étant donné qu'il l'y invitait de manière rassurante.

- A voir le nombre de lettres qu'ils ont envoyées, Faustine, Mathilde et Dorian ne se sont pas inquiétés très longtemps. Et cela me convient parfaitement.

La jeune fille s'était imaginé, à juste titre, que ses amis s'étaient vite résignés à l'idée qu'elle disparaîtrait forcément un jour, et que seul le moment où cela arriverait était incertain. Néanmoins, il y en avait un qui refusait de laisser tomber, et c'était bien parce qu'elle ne voulait pas lire son espérance de la revoir un jour qu'elle n'avait pas ouvert ses lettres.

- Il n'y a qu'Arsène que...enfin qui...que je n'aimerais pas peiner. En même temps, je ne veux pas courir le risque qu'on nous retrouve. C'est probablement très ingrat de ma part, mais je suis bien là, avec toi, libre...je ne veux surtout pas risquer de me faire voler cela en lui...leur écrivant.

Elle ponctua d'un baiser sa résolution à ne pas mettre un terme à leur aventure aussi tôt. La jeune fille n'avait toujours pas avoué clairement son amour à Goulven avec les trois mots les plus communs du langage verbal, mais elle le lui prouvait de bien d'autres façons. A commencer par la tendresse avec laquelle elle lui souriait en cet instant.

- Tu crois que tu voudras rentrer un jour ? Tu avais plus à perdre que moi.

La question avait fini par sortir, poussée par cet instant de sincérité entamé par le jeune homme. Bien qu'en réalité, Irmine ne parvenait pas à s'imaginer revenir en France, même avec lui. En tant qu'hybride, rien de bon ne l'y attendait, et puis elle ne pouvait plus se projeter dans un avenir banal et conformiste même avec lui. Envisager continuer leur vie d'avant, après les projets qu'ils avait fait et ce voyage qu'ils avaient entamé, leur avait paru trop invraisemblable. Au point qu'ils étaient parti aussitôt et sans rien emporter d'autre que leur baguette, mus par la simple conviction que s'ils étaient ensemble, c'était amplement suffisant.
Néanmoins, elle ne se sentait pas à l'abri que Goulven change d'avis un jour.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 680

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Sam 15 Aoû - 4:00

Goulven roula sur le flanc et passa son bras par dessus Irmine. L'endroit où ils se trouvaient n'était pas vraiment accessible et ils y étaient arrivé en transplanant, ce qui renforçait leur impression de se trouver dans une bulle. La jeune fille affirmait que ses amis n'étaient pas très inquiets pour elle, et que cela lui convenait tout à fait.

- Tu es sûre ?
Demanda t-il avec une pointe d'inquiétude dans la voix. Inquiet, il l'était autant pour elle qu'en pensant au simple fait qu'elle pourrait avoir besoin de partir.

Comme elle, il était partagé lorsqu'il songeait qu'à cause d'eux, ses parents et Arsène Guériveaux,  devaient se faire un sang d'encre. Mais cela disparaissait dès que la jeune nymphe des eaux posait ses lèvres sur les siennes, l'envie et le besoin de la garder près de lui était plus forts que tout. Alors pour cette raison, Goulven ne savait pas vraiment quoi lui conseiller. Lui même avait fait le choix de ne donner aucune nouvelle.

Il répondit à son sourire et l'embrassa également, avant de la serrer à nouveau contre lui. Irmine semblait néanmoins préoccupée par autre chose, et elle ne tarda pas à l'exprimer.

- Tu crois que tu voudras rentrer un jour ? Tu avais plus à perdre que moi.

- Plus à perdre ?

Goulven était surpris par ce que venait de dire Irmine, en premier lieu parce qu'il n'avait jamais eu l'impression de perdre quelque-chose en décidant d'aller au bout de leur idée de fuir le monde ensemble. Il savait qu'il aurait d'avantage cette impression si un jour elle disparaissait de sa vie.

- En fait je n'y ai pas pensé ! Avoua t'il avec un sourire.

Il se retourna sur le dos et reprit sa lettre dans son sac.

- Voyons ce que j'ai perdu ! Dit-il en enlevant le sceau aux initiales de son paternel. Forçant la voix volontairement pour imiter celle de Yannick Le Guerrrec, il lu à voix haute.

"Cher fils,

Tu viens de me démontrer à quel point, une fois de plus, la nature humaine peut-être surprenante. Ton ingratitude n'a d'égale que le culot que tu aurais si tu osais songer une seule seconde que tu pourrais revenir sans aucune conséquence.
Sache que ta place au Grand Conseil risque d'être attribuée à quelqu'un d'autre, je ne pourrai pas te couvrir encore longtemps. Aussi, souviens-toi que sans mon appui, tu seras bien vite à cours d'argent, aussi, je te somme de revenir sans délai. Tu as encore une chance pour que ton caprice passe sans trop de casse, il serait bon de ne pas la laisser passer."


- Oh, je risque de perdre mon étude de juriste au gouvernement ... zut de flûte ! Dit-il sarcastique. Ah, il y a autre chose ...

Sous les mots de son père s'étiraient quelques lignes aux courbes fines et régulières. Sa mère ne lui avait pas encore écrit et il n'avait pas encore été confronté au désarroi de celle-ci. Il les lu dans sa tête, par pudeur.

"Mon chéri,
Je me joins à ton père pour appuyer sa demande. Je suis folle d'inquiétude et je ne sais comment interpréter cette fugue. Cela me permettrait de retrouver un peu le sommeil si tu nous envoyais quelques nouvelles.
Ai-je fait quelque-chose de mal ?
Ecris-nous."


-C'est ma mère, dit-il simplement, sans parvenir à cacher qu'il était, sommes toutes, troublé en découvrant concrètement que sa fuite l'affectait beaucoup.Elle commence à s'inquiéter.

Il minimisait volontairement ses propos pour ne pas alarmer sa belle qu'il reprit dans ses bras après avoir chiffonné la missive. Il saisissait maintenant pleinement le sentiment qui envahissait la jeune fille lorsqu'elle pensait au désarroi que provoquait sa conduite chez Arsène.

- Je n'ai absolument aucun regret et je n'en aurai aucun tant que je pourrai me réveiller à tes côtés les matins ... Et regarder ce beau visage endormi ! Déclama t-il en exagérant son attitude volontairement.

Ils parlaient du passé lorsqu'ils évoquaient ce qu'ils avaient laissé de côté. Ils parlaient d'avenir lorsqu'ils se disaient par quels pays ils voulaient passer ... mais à aucun moment il ne fût question de ce à quoi ils avaient renoncé en fuyant ensemble et Goulven ne pouvait prendre la mesure du sacrifice de la Nymphe des Eaux, il ignorait encore quels étaient les projets d'Irmine avant cette soirée dans la Bibliothèque de l'Académie.
Il l'embrassa tendrement en riant.

- Mais il faudra bien qu'on sorte de ces gorges un jour ... Pas avant d'avoir décidé où nous iront et ce que nous feront. Que veux-tu ? Apprendre à faire de la cithare en Inde ?

Il reprit ses lèvres.

- Dormir dans une yourte en Mongolie ?

L'embrassa encore.

- Grimper en haut du Macchu Picchu ?

Sa main glissa sur sa taille et dans son dos tandis que ses lèvres caressaient son cou en déposant quelques baisers éparses.

- Voir les constellations depuis l'Australie ?

Sa main remonta lentement sur ses côtes alors que ses lèvres s'attardaient au coin des siennes.

- Et les fjords de Norvège ?

Lorsqu'ils s'étaient rencontré, elle avait parlé de la Scandinavie presque tout de suite. Il savait que la civilisation Viking l'intéressait et que ce n'était qu'une question de temps avant que leurs pas ne les mènent là-bas.

- Aura t-on assez d'une vie pour faire tout ça ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 516

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Mer 19 Aoû - 17:47

Ne pouvant guère résister au besoin d'être physiquement proche de Goulven, particulièrement lorsque celui-ci la couvrait de tendresse, Irmine se rallongea sur le ventre dans sa position initiale, appuyée sur ses avant-bras. Elle acquiesça vivement de la tête lorsqu'il lui demanda confirmation de ce qu'elle venait d'affirmer sur l'absence de manque de ses amis.
Quand ce fut le tour du jeune homme de la rassurer, il s'empara de la lettre de son père et la lut en usant d'un ton digne d'un vendeur au porte-à-porte, ce qui allégeait les mots durs qui lui étaient destinés et les rendaient même cocasses. La jeune fille éclata de rire quand son compagne pesta faussement contre la perte de sa place au Grand Conseil.

- Et il va te couper les vivres. Comment vas-tu y survivre ?, rit-elle avec lui, étant donné qu'ils s'en étaient déjà sortis un mois sans prendre un seul écu du compte du jeune homme.

Cependant, le visage plus sérieux qu'il arbora en lisant la suite poussa Irmine à détourner les yeux, ne souhaitant pas paraître indiscrète s'il ne souhaitait pas la mettre au courant du contenu des dernières lignes à l'écriture différente. Même s'ils partageaient beaucoup de choses, il en restait certaines sur lesquelles la pudeur avait encore ses droits.
Il lui résuma rapidement la conclusion, attirant à lui le regard de la jeune fille par le trouble que trahissait sa voix. Elle décida de lui tendre la même perche qu'il l'avait fait avec elle précédemment, bien qu'une réponse par l'affirmative l'aurait infiniment peinée.

- Venn...moi aussi je pourrais entendre tes regrets d'avoir laissé des gens que tu aimes derrière toi.

Mais il lui rétorqua qu'il n'en avait aucun et détourna la conversation en mentionnant l'air de rien le fait qu'elle n'était pas du matin. Irmine lui fit la moue, et posa son menton dans sa main.

- Être intelligente demande beaucoup de sommeil, na !

Elle eut un rire, ne se prenant pas au sérieux sur cette dernière intervention, mais continua sur un autre sujet plus badin que les proches qu'ils laissaient égoïstement sans nouvelles.

- De toute manière, je crois que c'est plus sûr que ce soit toi qui te charge de te réveiller pour retourner dans ta chambre le matin. Tu as vu, quand c'était mon tour, on a failli se faire attraper quasiment chaque fois !

Logeant chez une famille aux valeurs on-ne-pouvait plus conservatrices, le jeune couple avait été avisé dès le premier soir qu'ils devaient faire chambre à part...règle à laquelle ils ne s'étaient pas tenus une seule nuit ! Chaque soir donnait lieu à des retrouvailles secrètes dans la chambre de l'un ou de l'autre, ce qui les amusait grandement.

- Hummmmm...je suis bien ici ! La chaleur commence à devenir vraiment insupportable, et c'est une torture de devoir attendre la nuit pour me baigner dans le lac.

La naïade s'était étirée en manifestant son contentement de cette escapade, mais elle se redressa aussitôt alors que Goulven venait quérir ses lèvres, avant de relancer le sujet de leur prochaine destination.

- Que veux-tu ? Apprendre à faire de la cithare en Inde ?

- On va d'abord tenter de te faire dépasser le "niveau basique" au piano., le taquina-t-elle en accueillant son baiser.

- Dormir dans une yourte en Mongolie ?

- Volontiers, mais prévois les antihistaminiques car les chevaux ne sont jamais loin.

Nouveau baiser, nouvelle taquinerie.

- Grimper en haut du Macchu Picchu ?

Il devenait de plus en plus difficile pour la jeune nymphe de se concentrer sur les propositions de l'élu de son coeur, car celui-ci les ponctuait de caresses et baisers tendant à attiser des instincts encore enfouis.

- Voir les constellations depuis l'Australie ?

- Sauras-tu les reconnaître ? Nomme-moi en trois pour voir., le défia-t-elle tandis qu'il frôlait le coin de ses lèvres mais ne lui donnait pas la satisfaction d'un énième baiser.

- Et les fjords de Norvège ?

Irmine n'eut pas de plaisanterie à lancer cette fois, et préféra tourner légèrement son visage pour enfin prendre possession de cette bouche qui agaçait sa frustration.

Evidemment, les pays du Nord, berceaux des peuplades Viking qui passionnaient tant Irmine, avaient été mentionnés lors de leur projets fous de leur dernier soir à Beauxbâtons, projets qui avaient débouché sur cette vie nomade qui était la leur depuis un mois. Cependant, la jeune naïade avait un peu volontairement évité de mentionner cette partie du globe quand ils discutaient de destinations. Goulven ne savait pas ce qu'elle y avait abandonné pour partir avec lui, et même si elle avait été celle qui lui avait proposé de fuir, elle préférait ne pas penser aux études dont elle s'était détournée pour cela. Elle ne regrettait pas une seule seconde d'avoir tous plaqué pour lui - avec lui ! - et elle ne voulait justement pas risquer de voir une seule once de nostalgie entrer dans sa vie maintenant. Aussi, la Norvège serait forcément visitée...mais elle ne l'évoquerait pas avant quelques temps.

Irmine avait doucement renversé Goulven sur le dos et l'embrassait depuis quelques minutes, quand elle décida finalement qu'il avait le droit de respirer à nouveau. Avec un sourire, elle appuya son menton sur ses deux mains croisées sur le torse du jeune homme.

- Approcher les volcans islandais, explorer le Grand Canyon américain, admirer les feux d'artifices sorciers depuis les monts Tianzi... Difficile de choisir, on a tellement de possibilités !

- Aura-t-on assez d'une vie pour faire tout ça ?

Ne lâchant pas le regard de Goulven, le sourire d'Irmine s'accentua, puis elle se redressa et s'étira à nouveau comme un chat.

- Si celle-ci ne suffit pas, nous n'aurons qu'à nous retrouver et continuer dans la prochaine., répondit-elle en allant déposer un baiser furtif sur la joue du Breton.

Puis elle se leva d'un bond et se tourna en direction de la cascade. C'était vraiment trop tentant, et de toute manière aucun moldu ne pourrait les surprendre !

- Le dernier dans l'eau a perdu !

La naïade se débarrassa du gilet léger, qu'elle avait enfilé par-dessus sa robe aussi verte que la mousse sur laquelle ils s'étaient allongés [minute frivole : https://www.etsy.com/listing/228007746/kakhi-hooded-gypsy-backless-dress?ref=related-5 ], et courut en direction de la pièce d'eau dans laquelle se jetait la cascade. Elle y plongea sans hésiter et l'eau douce fit apparaître les arabesques de la naïade, qui avait attendu cela dès l'instant où elle avait entendu le chant d'une rivière au fond des gorges.

Alors qu'elle aurait pu rester sous l'eau de longues minutes, l'hybride remonta à la surface presque aussitôt, radieuse, et rassembla ses cheveux à l'arrière de sa tête en riant.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 680

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Mer 19 Aoû - 23:31

Les paroles de Yannick Le Guerrec n'atteignaient guère Goulven parce qu'il avait entendu toute sa vie qu'il lui faisait honte. Mais tout ce dont Goulven aurait dû avoir honte ne le rendait que plus fier. Appartenir à Cerva en était l'exemple le plus probant, quant à la fuite à l'anglaise avec une nymphe hybride, n'en parlons pas. Alors il n'avait pas l'impression de couper les ponts avec son père, mais plutôt de s'affranchir de son joug.

Irmine s'inquiétait pour lui au même titre et le jeune homme s'empressa de la rassurer, même si, il ne pouvait le nier, le fait de lire les mots inquiets de sa mère l'avait remué.

- Ca va, ne t'en fais pas. Comme toi pour Arsène, je suppose, je suis ennuyée de la peiner. Mais lui écrire reviendrait à donner de mes nouvelles à mon père et ... il n'en est pas question. Je ne me suis jamais senti aussi libre que depuis que nous sommes partis.

Il lui assura qu'il n'avait aucun regret.

Et comme souvent, ils se mirent à faire des projets fous, des plans sur la comète. Ils avaient tant à faire et à voir qu'il ne faisait aucun doute qu'ils ne se lasseraient jamais d'être ensemble. 
Pourtant, la jeune fille était bien terre-à-terre, et c'était à se demander comment elle avait pu un soir de juin proposer à un jeune homme qu'elle connaissait à peine de prendre la poudre d'escampette.

- Trois ? Eh bien ... Pégase, Andromède et le Cygne ... Moi aussi, j'écoutais les cours d'Astronomie.

Ils se retrouvaient souvent sur le plan intellectuel, la demoiselle le surpassait dans bien des domaines, ce qui plaisait beaucoup à Goulven. Il avait tant à apprendre d'elle ! Mais il était loin d'avoir une culture générale défaillante et relevait ses défis avec plaisirs.

Elle avait autant de projets que lui, des envies folles, mais ils le feraient parce que c'était eux et que le monde leur appartenait.

- Alors on devrait tâcher d'améliorer notre karma, je ne voudrais pas naître à 1000 kilomètres de toi dans ma prochaine vie. 

Lorsqu'elle l'embrassa furtivement sur la joue, le breton voulu l'enlacer mais elle lui échappa, lui lançant un nouveau défi qu'il releva après s'être débarrassé de ses chaussures. La naïade plongea et il la suivi avec bien moins de grâce. Il n'allait pas souvent se baigner avec elle. D'habitude, il restait sur le bord à lire, écrire, ou laisser ses pensées dériver, tout simplement. Les moments qu'elle passait dans le lac lui appartenaient. 

L'eau froide éveilla ses sens et pénétra au creux de ses os quand il s'immergea. Quand sa tête creva la surface, il était hilare !

- Relever un tel défi lancé par une naïade c'était perdu d'av ...

Il avait tourné les yeux vers elle et sa beauté le figea, lui fît perdre les mots. Les arabesques qui couraient sur son corps en soulignaient les formes de manière tellement subtile et délicate qu'il était difficile de l'imaginer sans. Irmine avait déjà le port et la grâce des nymphes lorsqu'elle était sur la terre ferme, mais quand elle était dans l'eau, son élément naturel, elle était d'une beauté qui fît perdre le souffle au jeune homme. Cette vision d'elle aurait pu le faire retomber amoureux s'il n'était pas déjà épris d'elle. En attendant elle le mettait au supplice. La regarder depuis la rive, ce n'était pas comme être avec elle dans l'eau.

L'endroit et surtout les circonstances dans lesquelles ils vivaient, leur travail, leur laissaient assez peu l'occasion de se connaître dans l'intimité. Goulven eut bien du mal à retenir ses mains et son regard de s'aventurer sur des parties du corps d'Irmine qui lui étaient encore inconnues. Il sentit une émotion nouvelle poindre au fond de lui : le désir, bien que dire qu'il n'en n'avait jamais éprouvé serait mentir. Mais jamais celui-ci ne fût si fort. Naturellement, ses mains se posèrent sur les hanches de sa belle alors que ses yeux, toujours rivés dans les siens, exprimaient tout ce désir qu'il peinait à dissimuler.

Il prit ses lèvres avec envie, et ce n'était pas ce baiser, ni de sentir son corps contre le sien qui allait aider à éteindre le feu ardent qui commençait à le dévorer. Et tout dépendrait de ce qu'elle répondrait aux caresses dont il flattait son ventre avant de remonter vers sa gorge sur laquelle il déposait désormais quelques baisers.
Prenant conscience qu'il en demandait peut-être un peu trop à la jeune fille, il s'obligea à s'arrêter et posa son front contre le sien, accrochant son regard, alors que son cœur menaçait d'exploser dans sa cage thoracique.

- Tu sais que moi, je ne suis qu'un simple mortel ... murmura t'il avec une pointe d'humour douloureux.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 516

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Ven 6 Mai - 23:59

[HJ : Ce RP m'aura pris autant de temps qu'une grossesse. Voyons voir le bébé qui va en sortir.]

Selon toute vraisemblance, Irmine et Goulven étaient sur la même longueur d'onde ; ni l'un ni l'autre ne voulait sacrifier la paix qu'ils avaient trouvée en s'enfuyant ensemble, quitte à perdre ceux qui les avaient accompagnés jusqu'à ce fameux soir de juin.

Ce qui n'avait pas changé depuis ce soir-là en revanche, c'était les petits défis savants qu'ils se posaient quand la discussion ou l'humeur s'y prêtait. Chacun avec ses domaines de prédilection, mais tous deux animés de la même curiosité intellectuelle.

- Ah oui, tu es sûr ? Parce que tu ne m'as cité que des constellations qui ne s'observent pas du tout à la même période de l'année.

Détail me direz-vous ? Pas pour notre jeune sorcière !

Par la suite, une fois le temps des projets de voyage écoulé, vint celui de se rafraîchir, et ce fut sans surprise que Goulven perdit la course face à la naïade.
Jusque-là, Irmine ne s'était guère étonnée que le jeune homme ne l'accompagne pas dans ses baignades nocturnes ; elle se doutait que la température de l'eau et le temps d'immersion étaient difficilement supportables pour une personne n'ayant aucune créature aquatique dans son ascendance. Parfois, cela l'embêtait qu'il ne puisse la suivre. Parfois... Jusqu'à ce qu'une vague détourne son attention et l'emmène jouer dans son roulement.
Cependant, ce jour-là, elle sentait en elle le désir impérieux qu'il la rejoigne dans son élément. Et à l'étincelle qu'elle surprit dans ses yeux tandis qu'il s'approchait d'elle, elle comprit qu'il en allait de même pour lui.

Goulven lui donna un baiser d'une passion qu'elle ne lui avait pas encore connue. Il goûtait ses lèvres avec envie, s'appropriait sa peau d'une telle manière qu'elle eut l'impression que ses tatouages en vibraient d'émotion.
Alors, lorsqu'il cessa tous ces témoignages de désir pour se contenter de poser ses mains sur ses hanches, Irmine ressentit une intense frustration qui put se lire dans son regard.

- Tu sais que moi, je ne suis qu'un simple mortel…

Ce qui ne semblait être qu’une pointe d’humour de circonstance fut pris au sérieux par la jeune hybride. Elle était consciente de l’attraction que les nymphes exerçaient sur les sorciers, et en avait vu les dégâts sur son propre père. Elle restait donc sensible à ce qui aurait pu laisser présager l’ombre d’une même folie chez le jeune homme qu’elle aimait. Seulement, elle l’aimait. Et là se trouvait toute la différence.

- Je ne mourrai pas plus vieille que toi., souffla-t-elle en guise de réponse avant de l’embrasser avec fougue et de l’entraîner sous la surface.

Dans l’eau claire de la cascade, la belle naïade se détacha de lui, gardant néanmoins sa main dans la sienne. D’un regard, elle lui demanda silencieusement l’autorisation de le guider et celle-ci fut une fois de plus accordée.
Irmine nagea rapidement, ayant conscience que les capacités pulmonaires de Goulven n’égalaient pas les siennes, et ils débouchèrent presque aussitôt sur un lieu plus magique encore que la clairière dont ils venaient.
Une caverne, qui aurait dû selon toute logique être plongée dans la pénombre, mais qui était éclairée par une myriade de vers luisants, telles de minuscules lanternes turquoises.
[ http://soocurious.com/fr/wp-content/uploads/2013/05/la-magnifique-grotte-de-waitomo-en-nouvelle-zelande-sillumine-dune-constellation-de-vers-luisants-une.jpg
Ca n’existe pas en Suisse…mais on s'en fout, c’est un what if !]

Ils remontèrent à la surface et purent admirer ce spectacle à couper le souffle. La jeune fille avait discerné, au loin dans l’eau, l’aspect d’un lac souterrain, mais elle ne s’était pas attendue à cela.
Interrompant sa contemplation, elle rencontra à nouveau le regard de Goulven. Son cœur fit un bond dans sa poitrine : était-ce de voir sa peau parsemée de gouttelettes d’eau, ou ce sourire si particulier qui avait su conquérir son cœur ? Elle n’aurait pu le dire, toutefois elle réalisa qu’elle ne l’avait jamais trouvé plus charmant qu’en cet instant.

D’un geste langoureux et avide d’intimité, Irmine passa délicatement ses doigts sur le visage du sorcier, replaçant d’abord une mèche de cheveux mouillée, avant de descendre le long de sa joue et de terminer sa course dans sa nuque. Le regard mêlé aux iris azurées, elle n’avait plus besoin de mots pour exprimer le désir qui embrasait ses sens en cet instant.
Son cœur s’emballa alors que ses lèvres allaient quérir celles de Goulven, le goût de l’onde flottant encore sur leurs bouches unies. Mue par un geste qui lui semblait évident, elle débarrassa le jeune homme de son t-shirt et le laissa flotter plus loin. Il était encore certains mystères qu’il leur restait à découvrir ensemble, n’en ayant guère eu l’occasion jusque-là.

Que ses arabesques immergées diffusassent leur aura argentée, que l’eau qui les entourait et les portait fut froide, ou que son clapotis résonna contre les parois de la caverne…tout cela était bien loin du champ de conscience d’Irmine. Elle ne voyait plus que Goulven, n’entendait plus que son souffle, ne sentait plus que sa peau contre laquelle elle se pressait avec douceur.
Ses doigts effleuraient maintenant son torse nu, et elle ressentit l’envie irrépressible d’approfondir la connaissance charnelle qu’elle avait de lui. Découvrir jusqu’où les porterait cette frénésie.

- Venn…je t’aime.

Elle ne l’avait pas prémédité, ces mots qu’elle n’avait encore jamais prononcés venaient de lui échapper comme si son cœur débordant d’amour n’avait plus pu les contenir.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 680

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Lun 6 Juin - 23:26

C’était comme le jour où il s’était enfui avec elle, il l’aurait suivi n’importe-où. Et comme il l’aimait, il avait une confiance aveugle en elle. Selon Goulven, un cœur humain ne pouvait ressentir autant d’amour, c’était presque plus que ce qu’il ne pouvait supporter, c’était ce qui lui faisait commettre des folies. Alors, il la laissa l’entraîner sous l’eau, tenta de la suivre, même s’il était moins bon nageur qu’elle, il la laissa le guider, il savait qu’elle ne le mettrait pas en danger et même lorsque ses poumons furent sur le point d’imploser du trop vide d’air, il ne paniqua pas.

Lorsque sa tête creva la surface, il inspira l’air à grande goulée. Il était temps pour lui de respirer ! Mais le spectacle qui s’offrait à eux lui coupa le souffle presque aussitôt. Ils étaient arrivés dans une grotte éclairée par des milliers d’insectes luisants, vers ou lucioles, et qui donnaient au lieu une ambiance particulière. Cela ne lui arrivait pas souvent, mais il en avait perdu ses mots, et il n’en prononça d’ailleurs plus aucun avant un long moment.

Leurs regards se confondirent et ils s’embrassèrent sous la voute souterraine qui se reflétait dans l’eau noire, donnant l’impression qu’ils se baignaient dans les étoiles. C’était un lieu hors du temps et de l’espace. Les lèvres de Goulven se firent plus demandeuses, ses caresses avides et tout naturellement, ses doigts glissèrent entre la peau de la jeune femme et l’étoffe de tissus qui la couvrait pour l’en défaire. Il s’écarta d’elle pour la regarder, il n’avait jamais rien vu d’aussi beau qu’une naïade dans une rivière d’étoiles, la naïade de son cœur.

- Venn … Je t’aime.

S’il n’avait pas retrouvé son souffle, le jeune homme aurait été vidé d’oxygène et pourtant il ne s’était jamais senti aussi vivant qu’en cet instant. Entendre la résonnance de ses sentiments donna toute la légitimité à son cœur de contrôler ses actes, et il emmena avec lui la nymphe des eaux dans un tourbillon de tendresse, mû par le seul désir de ne faire qu’un avec elle et priant secrètement pour que ce moment de cesse jamais. Il aurait voulu ne jamais sortir de la grotte et ne jamais quitter ses bras. Pour l’instant, il se laissait paresser à la surface de l’eau, enlacé, attaché à celle qu’il aimait plus que sa vie par des liens invisibles et indestructibles. Il n’avait plus rien dit depuis longtemps, tous ses sentiments et toutes ses émotions passaient dans son regard bleu.
Ni l’un ni l’autre ne savaient où se trouvaient leurs vêtements, maintenant. Qu’importe ? Ce genre de préoccupation était bien futile et il était inconcevable que la réalité les rattrape. Et pourtant.
Leur dérive les amena à se cogner contre une paroi. L’étreinte de Goulven se resserra et ses jambes s’enroulèrent autour de celles de la jeune femme, alors qu’il souriait et ouvrit enfin les yeux pour replonger dans ceux de la Naïade.

- Ou est-ce que ce courant nous mènera ? Demanda t-il.
Ils étaient depuis quelques mois en Suisse, et le jeune homme commençait à avoir des envies d’ailleurs. Fuir encore plus loin alors que tout les rappelait chez eux.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 516

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Mar 7 Juin - 14:01

Leurs gestes furent sûrement un peu maladroits au début, mais jamais dénués d'amour. Tout cela était nouveau pour eux deux, et ils se laissèrent glisser dans cette extase bienheureuse de l'union de leurs corps, dérivant doucement au gré du courant.
Irmine savourait l'émoi qui avait pris possession d'elle et avait l'impression de pouvoir entendre les battements de son coeur résonner dans la grotte. Elle l'avait offert, tout entier, sans aucune duperie ni dissimulation au jeune homme. Aurait-il pu en être autrement de toute manière ? Non, elle était à lui comme il était à elle, depuis ce cet instant qui les avait liés dans la bibliothèque, depuis qu'ils avaient rêvé ensemble cette vie qu'ils s'efforçaient de vivre désormais, dusse-t-elle se révéler n'être qu'une chimère fugace.

Elle n'aurait su dire si la nuit avait fini par tomber, ou si le soleil éclairait encore la clairière à l'extérieur. L'environnement de la grotte les détachait du monde. Les regards qu'ils s'échangeaient par moment remplaçaient les mots, bien meilleurs traducteurs des sentiments qui les unissaient.
Le retour à la réalité se fit en douceur, lorsqu'une paroi leur rappela qu'ils ne flottaient pas dans la voûte céleste, et d'un même mouvement ils se resserrèrent l'un contre l'autre.

- Où est-ce que ce courant nous mènera ?

Cette question ponctuait régulièrement leur pérégrination et était sujette à de nouvelles aventures à chaque fois qu'elle était posée. Il la laissait souvent mener la danse, mais cette fois elle avait envie de changer d'accord.

- Je te laisse choisir. Surprends-moi !, chuchota-t-elle avec un sourire mutin.

Pour une fois, elle était prête à se laisser guider, plaçant toute sa confiance en Goulven. Il était la seule condition nécessaire à son bonheur, de toute manière.

Malgré des baisers à en étourdir le sorcier, la naïade dut batailler pour qu'il consente enfin à la lâcher. Leur petit jeu dura encore de longues de minutes, Irmine étant trop heureuse de se laisser emprisonner par les bras de l'élu de son coeur, avant qu'enfin elle ne plonge et remonte le courant à la recherche de leurs vêtements abandonnés plus tôt.
Rapidement, elle le rejoignit et l'emporta par surprise pour une nouvelle embrassade submergée.
Le temps et la réalité les rattraperaient bien assez vite, pour l'heure ils profitaient jusqu'à la dernière seconde de leur intimité toute nouvelle et de leur complicité.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 680

avatar
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   Dim 10 Juil - 22:58

Insistant pour la garder entre ses bras le jeune sorcier rejetait toute la rationalité du monde extérieur. S'habiller ? Et puis quoi encore ! Il se retrouva néanmoins hors de l'eau et dans ses vêtements séchés par magie mais laissa quelques boutons du haut de sa chemise entrouverte. Il savait qu'elle l'aimait comme ça.

Lorsque la belle naïade fût rhabillée, il s'approcha d'elle et l'embrassa chastement avant de la dévisager longuement en caressant ses joues et sa nuque. Il devait prendre garde, de ne pas se noyer dans ce regard vert, qui lui faisait perdre tout contrôle.

Soit, je vous mènerai ma mie. Fermez les yeux ...

Il serra ses mains dans les siennes. Repasser par leur maison en Suisse était hors de question, ils n'avaient rien à emmener, ils se suffisaient l'un à l'autre. Avant de transplaner, il posa à nouveau ses lèvres contre les siennes.

Ils avaient passé des nuits entières à faire la liste des endroits qu'ils rêvaient de voir et c'était presque trop pour une vie. Tant de places à visiter et tant de choses à faire ensemble. N'importe où, n'importe quoi, pourvu que ce soit ensemble.

Ils quittèrent la Suisse et laissèrent un nouveau pan de leur vie derrière eux, sans prévenir personne, sans explications, comme ils l'avaient toujours fait.

- N'ouvre pas les yeux ...

Il posa doucement la main sur ses paupières. Il n'allait pas se mentir, il était fier de son coup. Il la mena avec précautions, jusqu'au point où la vue serait parfaite sur ...

- Surprise ...

L'université magique de Norvège.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: What if...we already met ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

What if...we already met ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres endroits :: Sweet Dreams-