AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visite à l'improviste - Friedrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Visite à l'improviste - Friedrich   Lun 7 Sep - 16:24

En ce jour ensoleillé de Septembre Elyon s'était mélangée aux autres élèves de l'Académie afin de profiter de la bibliothèque magique la plus fournie de France pour plancher sur une traduction en vieux Norrois qui lui posait problème. Une fois de plus, c'est la gardienne des lieux, Irmine Boisseuil, qui avait trouvé le début de la solution et qui avait permis à l'experte en runes anciennes d'avancer dans son travail.
Elle devait l'admettre, elle se sentait beaucoup moins impliquée dans cette activité qui lui permettait seulement d'avoir un revenu fixe pour vivre correctement. Depuis que ses livres étaient censurés, elle ne pouvait plus subsister grâce à sa plume. L'Hybride trouvait la situation injuste, mais refusait de la subir.
Remerciant la bibliothécaire en lui promettant de s'amender en tasses de thé et dégustations de pâtisseries prochainement, elle quitta les lieux avec l'idée que ce serait peut-être là sa dernière version. Elle traînait tellement à les rendre que cela agaçait passablement son superviseur, à juste titre. Mais les pensées de la Dryades étaient tournées toutes entières vers un projet bien différent. La décision était prise au fond d'elle-même depuis longtemps.

Comme les lieux étaient déserts et qu'elle avait encore un peu de temps, elle décida de fondre dans les jardins du palais qui n'avaient rien à voir avec ceux de Poudlard où elle avait passé sa scolarité. Elle marcha le long d'une allée de buis et vit apparaître, au détour d'un virage, une structure de verre. Les serres, où devaient être dispensés les cours de botanique, une matière dans laquelle elle avait été particulièrement excellente étant élève. Elle s'en approcha et colla son front à la vitre pour mieux voir ce qui se trouvait à l'intérieur. Une jardinière pleine de petites pousses de Voltiflors se trouvait près de l'entrée, non loin d'un plan de Mimbulus Mimbletonia, qui ressemblait à un gros cactus gris avec des pustules. Elle se souvenait que son ami Neville en avait un specimen auquel il était particulièrement attaché.

Plus loin, il y en avait qu'elle ne pouvait pas distinguer. Se disant qu'elle ne risquait rien à rentrer, elle poussa la porte de verre et pénétra dans les lieux, emplis d'une chaleur moite, nécessaire à la bonne croissance des plantes.
Un géranium dentu attrapa le bas de sa robe avec ses mâchoires végétales.

- Hé, bas les pattes, espèce de goinfre ! Lui dit la Dryade.

Mais d'un coup d'oeil, elle s'aperçut que la terre de la plante était un peu sèche et que celle-ci devait avoir tout simplement faim. Elle gratta ses pétales comme si elle avait gratté le menton d'un chat, et d'un coup de baguette, inonda le pot avec de l'eau.

- Voilà, ça va mieux ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Friedrich Richter Emploi : Professeur d'herbologie

Date de création : 21/07/2015
Messages : 52

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Lun 7 Sep - 17:52

Les vacances avaient été bien remplies pour le professeur. Celui-ci avait profité de la pause estivale pour s'en aller vaquer à travers le monde et rencontrer les collègues moldus et sorciers qu'il n'avait pas le temps de rencontrer durant l'année. Il était revenu de ses voyages chargé de notes, de graines, et de souvenirs de plantes fantastiques ! Tout bonnement fantastiques ! Mais il fallait bien avouer que ces derniers jours, le mal du pays avait fini par le rattraper, et c'est donc avec l'âme en fête, et le derrière en compote, qu'il descendit de son balais. Poussant la porte de la serre il découvrit... L'horreur ! Les jardiniers temporaires qu'il avait mandaté pour s'occuper de sa serre en son absence avait été des ... zouaves ! Les plans de dictame étaient tournés vers le sud, les bubobulb avaient été fertilisé avec du crotin de... d'hypogriffe ?

"MAIS QUI GÂCHE DU FUMIER D'HYPPOGRIFFE DANS DES BUBOBULB !"

Et alors qu'il parcourait le reste de cette scène de désolation, enfin reconnaissons-le, un quidam n'aurait pas vu grand chose de choquant, Friedrich finit par entendre une voix inconnue rabrouer une de ses plantes. Agacé il grinça :

"EH ! Vous là ! Qu'est-ce que vous faites à miss Bellequenotes ! Vous... Oh..."

Apparemment celle qu'il avait pris pour une des coupables, qui ne repasseraient sûrement pas dans les environs de sitôt, semblait en fait plutôt animée d'intentions louables, changeant du tout au tout, le professeur attrapa les mains de la jeune femme dans les siennes :

"Toutes mes excuses mademoiselle ! C'est que, voyez ce chantier qu'ils m'on laissé !"

Pliant sa bouche en cul-de-poule il se tourna vers sa plante :

"Ça va ma belle ? Mwoooh oui, mwooh oui ces tortionnaires t'ont assoiffé ! Mwooh oui ! Heureusement que mademoiselle... euh..."

Tournant son visage vers la jeune femme il se rendit compte de l'impolitesse dont il avait fait preuve et lâcha soudainement les mains de celle-ci. Se penchant en avant il enchaîna :

"Toutes mes excuses mademoiselle... Merci encore d'avoir désaltéré mademoiselle Bellequenottes. Permettez que je me présente, Friedrich Richter, professeur d'herbologie de Beauxbâtons. Enchanté !"

Tendant sa main, il adressa un sourire ravi à son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Jeu 10 Sep - 22:12

Un accroc dans sa robe, mais la satisfaction d'avoir rendu service, un sourire s'étira sur les lèvres d'Elyon qui rangea sa baguette dans sa manche.  Un remue-ménage à l'entrée de la serre attira son attention, quelqu'un s'offusquait du désordre laissé pendant les vacances. Du pieds, elle poussa un plantoir qu'elle avait renversé en passant et se donna bonne contenance jusqu'à ce que le maître des lieux arrive jusqu'à elle.

- Ce n'est rien, .lui assura t-elle. Sans doute vos remplaçants manquaient-ils un peu de discernement, mais à leur décharge, le géranium dentu est une plante plutôt vorace.

Il semblait s'enquérir de son nom, elle le lui donna sans aucune hésitation.

- Sombrelune. Mais tout le monde m'appelle par mon prénom, Elyon. Dit-celle qui n'avait aucune gêne lorsqu'elle donnait son nom de plume qui la présentait maintenant comme "l'auteure hybride censurée par le gouvernement."

- Ne vous formalisez surtout pas Monsieur Richter. Je ne fais pas partie de l'académie mais je suis souvent amenée à travailler dans la Bibliothèque. Je suis spécialiste en Runes Anciennes.

La jeune femme envoya un timide sourire et fît quelques pas le long de l'allée.

- La Botanique, c'est une matière que j'aimais beaucoup lorsque j'étais étudiante.

Elle omis de préciser qu'elle n'avait pas tout à fait fini lesdites études en raison de la guerre qui avait ravagé la Grande Bretagne à cette époque. Lorsque la vie normale avait repris son cours, Elyon avait cédé en partie à la facilité en choisissant de continuer l'étude des Runes Anciennes, au détriment d'autres domaines qu'elle avait adoré.

- Alors je suis entrée ici par curiosité, mais aussi un peu par nostalgie. J'espère que vous ne m'en voulez pas ...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Friedrich Richter Emploi : Professeur d'herbologie

Date de création : 21/07/2015
Messages : 52

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Lun 14 Sep - 21:39

La jeune femme était des plus charmante. Elle avait répondu sans gêne ni moquerie à l'illuminé professeur de botanique. Posant, déplaçant divers pots mal orientés, Friedrich réfléchissait. Sombrelune... Sombrelune... Ce nom lui parlait mais il avait du mal à remettre pourquoi. Tandis qu'il ôtait délicatement les feuilles sèches d'une plante il s'exclama :

- En runes anciennes ?! A ça ! C'est la providence qui vous envoie ! Figurez-vous que j'ai dans mon étagère un vieil ouvrage que vous pourriez mettre à ma portée !

La jeune femme s'était remise à parler, la voix du professeur s'éteint par politesse, encore une fois il avait coupé la parole sans même s'en rendre compte. La jeune femme semblait mélancolique, et le réconfort n'était pas la compétence première du petit bonhomme. Mal à l'aise il changea le sujet rapidement :

- Par la sève du wiggentree bien sûr que non je ne vous en veux pas ! Ces serres sont un lieu de partage, la nature ne nous appartient pas vous savez, mettez un oiseau en cage il s'envolera quand vous ouvrirez. Plantez dans un pot, la plante resplendira une fois en terre. Vous avez bien fait de venir, la curiosité est un vilain défaut mais c'est mon préféré !!

Il ne précisa pas que c'était aussi celui qui lui avait causé maintes convocations dans les locaux de la direction ou diverses réprimandes quand son enthousiasme scientifique, et purement scientifique, l'éloignait des limites du règlement de l'école, voire de la loi. Curieux, le vieux professeur enchaîna :

- Mais quel argument à bien pu vous faire préférer les runes aux plantes ? La botanique ne manque pas de mordant... Au détriment de votre robe d'ailleurs... J'en suis confus...

Puis, sursautant comme si on l'avait piqué, Friedrich s'écria :

- Enfin ! Je manque encore à tous mes devoirs !!! Voulez-vous un rafraîchissement ?

Farfouillant dans un placards où s'entassaient plantes mortes, sac d'engrais, fioles aux étiquettes décollées et assiettes sales le petit homme sortit deux verres propres, si ce n'est pour la poussière, ainsi qu'une bouteille au liquide sombre :

- Hydromel au miel d'Alihosty, une recette personnelle, c'est un peu amer mais des plus vivifiant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Mer 16 Sep - 10:54

La Dryade observait le Professeur de Botanique tandis qu’il déplaçait des pots. Elle devinait que la manipulation n’était pas effectuée au hasard : chaque plante devait jouir d’un différent degré d’exposition à la lumière suivant ses besoins.
Il parut intéressé par sa profession et lui proposa de traduire pour lui un ouvrage qu’il n’avait pas les capacités de déchiffrer. Elle accepta aussitôt, en partie parce que le sujet l’intéressait, mais aussi parce qu’il était si aimable et passionné qu’elle avait envie de lui rendre ce service.

- Aucun problème … ce sera certainement l’une de mes dernières versions. L’informa-t-elle.

Il lui assura que la présence de la jeune femme ne le dérangeait pas, ce qui acheva de mettre l’auteure à l’aise. Elle lui envoya un beau sourire et s’intéressa aux jardinières qu’il y avait autour d’elle, tandis que Friedrich continuait à discuter. Il s’enquit de la raison pour laquelle elle avait préféré vouer sa vie à la traduction des runes plutôt qu’aux plantes.

- J’ai cédé à la facilité, l’Etude des Runes était la matière qui me posait le moins de soucis. J’avais besoin de quitter l’Ecosse, mon pays, et j’ai eu l’opportunité d’intégrer une équipe de recherche à l’étranger. Je n’ai pas cherché plus loin.

Elle eut un petit sourire contrit. Elle n’était pas spécialement fière de la manière dont elle avait mené sa vie à certains moments. Même si elle faisait quelque-chose qui lui plaisait, ce qui avait motivé ses choix était discutable.

- Avec un peu de réflexion, j’aurais certainement fait autre chose, mais je n’ai pas de regret. Cela m’a permis d’écrire aussi pour mon plaisir ! Se confia t-elle, toujours le sourire aux lèvres.

Elle accepta volontiers le rafraîchissement qu’il lui proposa mais s’inquiéta lorsqu’il ouvrit son placard : elle n’avait aucune envie de boire par erreur une bouteille d’engrais. Il lui tendit un verre qu’elle épousseta discrètement pour ne pas paraître désobligeante et le laissa le remplir du liquide brun aux nuances dorées, qui dégageait une odeur amère derrière laquelle on devinait néanmoins la pointe sucrée de l’hydromel.

Non sans méfiance, elle y trempa les lèvres. Nullement impressionnée par les alcools forts, elle sut en apprécier le goût et les nuances. Rien ne vous fait peur lorsque vous venez du pays du whisky.

- Surprenant !  Je n’avais jamais rien bu de tel avant … Mais … Je ne saurais dire si j’aime ça ou pas … dit-elle dans un rire.

Elle en prit tout de même une nouvelle gorgée qu’elle garda un peu en bouche pour essayer de savoir.

- C’est l’une de vos recettes personnelles ? lui demanda t-elle, désireuse d’en apprendre un peu plus sur ce collègue dont Irmine ne lui avait guère parlé.

- Vous avez fait vos études ici ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Friedrich Richter Emploi : Professeur d'herbologie

Date de création : 21/07/2015
Messages : 52

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Mer 23 Sep - 8:56

Le botaniste regarda son invitée impromptue faire la moue en buvant son breuvage. Pour une fois, son cobaye ne recrachait pas ! Sourire aux lèvres, il aspira une gorgée de liquide dans un petit chuintement tout en acquiesçant de la tête à sa question sur la paternité de la recette. Claquant sa langue sur son palais il pris un instant pour répondre, sentant le picotement de la feuille euphorisante parcourir son corps, puis il s'éclaircît la gorge :

- Quand le temps me le permet je fais quelques expériences sensées être comestibles. Celles-ci est une réussite je trouve. Au moins elle est inoffensive !

Le professeur fût secoué d'un petit rire avant de se souvenir subitement d'une birbe de conversation :

- Votre dernière version ? Comment ça ? Vous arrêtez la traduction ? Mais pourquoi ? Si cela vous permet d'écrire pour votre plaisir et que le sujet vous plaît, qu'est-ce qui peut bien vous pousser à cela ?

Le petit professeur se pinça le nez plusieurs fois dans un tic de réflexion, puis avec prudence il rajouta :

- Concernant la traduction, je vous paierai bien évidemment... Si c'est cela le problème...

Il faisait preuve d'une grande délicatesse en parlant, voire même de crainte. Il ne voulait pas vexer la jeune femme, soit il avait raison et elle ne voulait sûrement pas que soit évoquée sa situation, soit il avait tort et elle pourrait penser qu'il la prenait pour une pauvresse... Tu aurais mieux fait de te taire nigaud... Puis, vif et fuyant comme un écureuil il saisit sa chance de changer de discussion au vol :

- La plupart de mes études du moins oui. En fait, j'ai commencé à Durmstrang, mais... Disons que... Ma présence là-bas était moins pertinente qu'à Beauxbâtons. Et j'ai vite adopté la mentalité locale. L'écoute et la douceur sont un terreau plus riche que la rigueur à mes yeux.

Parcourant sa serre il continua ses arrosages divers et variés, puis, au milieu de plusieurs beaux plants il s'enquit :

- Mais, en dehors des effractions dans les serres, qu'est-ce qui vous amène à Beauxbâtons mademoiselle Sombrelune ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Dim 27 Sep - 22:32

Peu ravie d'apprendre qu'elle avait été un cobaye, Elyon ne s'en vexa pas pour autant, parce que le Professeur de Botanique avait une attitude telle qu'il lui était impossible de lui en vouloir : il n'était pas animé de mauvaises intentions. La Dryade lui fît un sourire et commenta :

- Si je suis encore en vie demain matin vous pourrez considérer que c'est une réussite.

Elle se félicita intérieurement aussi de posséder un bézoard, que son père, ancien chef des Aurors qu'il était, lui avait sommé de conserver en cas de nécessité.

Le Professeur Richter parla de la payer pour son travail, ce qu'Elyon refusa tout de suite sans hésitations.

- Non, je ne souhaite pas être payée, c'est un service que je vous rend et non un travail.

Elle poursuivit sur le sujet :

- Voilà tout le problème : je n'ai plus envie d'écrire.

Elle réalisait en disant cela que ce blocage avait commencé à se développer lorsque ses propres livres avaient été interdits. Le récent décès de son père avait achevé de la désintéresser de ce qu'elle avait l'habitude de faire, lorsque la vie était à peu près normal et ces temps, Elyon se cherchait encore. Ne faisant pas ces traductions dans un but précis, n'écrivant pas pour une raison particulière, aucun horizon à viser ... elle cherchait sa raison d'être.

- J'ai besoin d'explorer d'autres choses, je ne sais pas encore quoi.

Elle offrit à l'homme un sourire amical et pour ne pas se laisser perdre dans les réflexions que leur échange faisait naître, elle orienta la conversation sur son propre parcours. Elle fût surprise d'apprendre qu'elle avait été à Durmstrang. Elle avait eu l'occasion de cotoyer certains étudiants de cette école lorsqu’elle était élève et avait beaucoup de mal à se représenter Friedrich au milieu d'eux. Et elle sourit en entendant sa métaphore, c'était si joliment dit.
Il semblait s'intéresser à elle autant qu'elle s'intéressait à lui et ne tarda pas à lui retourner des questions.

- La Bibliothèque la plus riche du Pays, et une amie en la personne de celle qui s'occupe de ce lieu.
Je viens parfois y compléter mes recherches et solliciter l'aide d'Irmine, qui, je pense pouvoir l'affirmer sans trop m'avancer, est bien plus douée que moi.


Elle fît un nouveau sourire entendu, se doutant que l'homme ne soupçonnait pas ces capacités chez sa collègues.

- Je suis sûre qu'elle aurait des ouvrages intéressants à vous recommander. Êtes-vous déjà allé la voir ? C'est une personne adorable, et brillante.

Elle se fichait un peu de savoir s'il faisait partie du cercle d'amis d'Irmine. Elyon essayait surtout de savoir s'il avait de la sympathie pour leur directrice, rien ne la mettait plus mal à l'aise de ne pas savoir de quel bord était son interlocuteur. Parce qu'évidemment, dans son obsession, tout se rapportait à cela.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Friedrich Richter Emploi : Professeur d'herbologie

Date de création : 21/07/2015
Messages : 52

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Jeu 1 Oct - 11:53

Au long de ses réponses, la jeune femme s'assombrissait. Frierdrich voyait la flamme pétillante de ses yeux s'amenuire au fil de l'évocation de ce qui semblait être une lente perte de passion. Ce désenchantement attristait le petit homme et le mettait sérieusement mal à l'aise. Il n'avait jamais été quelqu'un de très à l'aise quand il s’agissait de sentiments, et encore plus de réconfort. Joignant ses mains, le regards sur le sol il sauta sur la perspective de changer de sujet :

- Vous savez, si vous avez besoin de changer d'idées, d'activité, j'aurais bien besoin d'un coup de main dans la serre de temps à autre. Pas que je sois débordé mais j'aimerais pouvoir expérimenter plus, faire plus de recherches mais le temps me manque malheureusement. Et vous l'avez dit vous-même, vous adoriez ça ! Peut-être que refaire ce qui vous passionnait dans le passé restaurerais votre passion éteinte ?

Mais à son soulagement, la jeune femme enchaîna sur la raison de sa venue ici, la véritable raison. Il semblait qu'elle soit une proche de la bibliothécaire. Il faut bien avouer que le professeur n'était pas aussi proche de la gardienne des écrits de Beauxbâtons. Il la savait discrète, polie et des plus efficace mais rien de plus. Leurs relations s'arrêtaient au travail et à la courtoisie. Se frottant la nuque Friedrich répondit :

- Je ne la connais guère je dois le confesser. Bien sûr j'ai souvent besoin de ses services, très performants cela dit au passage, mais je ne discute pas ou peu avec elle. Non pas qu'elle me soit antipathique loin de là ! Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit !

Puis se rendant compte qu'il n'avait, en fait, rien dit d'offensant il changea de sujet :

- Vous écrivez aussi ? J'ai cru que vous ne faisiez que traduire et étudier les runes anciennes. Et qu'écriviez vous ?

Pendant qu'il parlait le petit bonhomme reboucha son hydromel, il n'avait pas beaucoup changé depuis sa dernière dégustation. Peut-être que du sucre... Ou de la sève d'argoprom...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Lun 5 Oct - 10:11

La proposition du Botaniste était tentante. D'ailleurs, plus elle passait du temps avec lui, plus elle le trouvait intéressant. Elle rangea cette éventualité dans un coin de sa tête et dit avec un sourire ravivé :

- Je vous promets d'y réfléchir.

Elle avait besoin de clôturer ses précédents travaux avant de s'engager dans autre chose. Avec la perspective que lui offrait Friedrich, arrêter la traduction était moins angoissant car, quoi qu'il arrive, elle ne serait pas désœuvrée. Juste désargentée. C'était encore un autre problème et ce n'était pas le maigre héritage qu'elle avait récupéré qui allait changer les choses.
La conversation continua de bon train et lorsqu'Elyon voulu savoir si son interlocuteur connaissait Irmine Boisseuil, il lui confia que non. Elyon pensait que la Bibliothécaire gagnait pourtant à être connue mais elle savait aussi qu'Irmine appréciait sa solitude parfois entre les murs de la bibliothèque.

- Non, bien sûr que non ! Ca ne m'étonne pas au contraire, car Irmine est une personne plutôt discrète.

Elle lui fît un sourire rassurant, ne voulant surtout pas qu'il croit qu'elle était désormais animée de sentiments négatifs à son égard. Elle voulait néanmoins persévérer, savoir de quel "bord" il se trouvait, si elle pouvait lui faire confiance, mais il changea de sujet.

- Ce que j'écris ?

Elle avait pourtant fait la une des journaux il y a un an, créant la polémique lorsque ses romans bon enfant avaient été censurés.

- Des romans qui ne manquent à personne je pense.

Car l'affaire avait été vite oubliée et enterrée, les actualités avaient trouvé autre chose à se mettre sous la dent.

- Il est donc temps que je me reconvertisse ! Dit-elle pleine d'entrain. Vous aurez certainement bientôt de mes nouvelles, juste le temps de finir quelque-chose ...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Friedrich Richter Emploi : Professeur d'herbologie

Date de création : 21/07/2015
Messages : 52

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Jeu 8 Oct - 15:08

Visiblement, le pire était passé. Rejoignant le sourire de la jeune femme, le petit professeur se frappa le front du plat de la main dans une exclamation :

- Mais oui ! Quel idiot ! Je me disais bien que j'avais déjà entendu votre nom !

Se tournant vers la jeune femme, il entrouvrit la bouche pour répondre quand il fût soudainement interrompu par une voix crillarde et railleuse :

- Queeeeeel iiiidiot ! Quel idiot ! Quueeeeeeel idiot !
- Ferme donc ton bec espèce de ... de... MÉGÈRE !

Mariandel volait de branche en branche par petits trajets. Visiblement celle-ci n'avait pas bien supporté la solitude et profiter de la présence d'un peu de public pour faire sa forte tête. Gesticulant ridiculement, battant des bras au-dessus de sa tête pour tenter d'effrayer, sans succès aucun, l'oiseau, Friedrich laissa tomber ses bras mollement le long de son corps, vaincu...

- Je vous présente Mariandel qui, visiblement, est de mauvaise plume.

Haussant les épaules, l'herbologiste sauta sur la dernière bribe d'information qui piqua sa curiosité. Poussé par ce vilain défaut, son regard se mit à pétiller tandis qu'il masquait, mal, son vif intérêt pour les projets de l'écrivain :

- Bientôt de vos nouvelles ? Quelque chose à finir ? Vous auriez donc un grand projet caché ? C'est intéressant ! Mais je suppose que vous le gardez secret, je comprends, le suspens !

S'il avait existé une cérémonie des meilleurs mensonges, Friedrich y aurait fait le ménage. Le petit bonhomme voulait savoir, cette nouvelle venue pleine d'intérêt lui plaisait beaucoup et cette annonce à demi-mot avait réveillé la curiosité enfantine que le long voyage de retour à l'école avait un peu endormi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Jeu 15 Oct - 15:20

Elyon voulu dissiper les craintes de l'homme lorsque celui-ci se traita d'idiot, elle ne faisait pas grand cas de sa notoriété passée, cela l'avait même toujours mise mal à l'aise. Et elle trouvait cela triste d'être célèbre pour avoir été censurée.
Une voix criarde la fît sursauter. Elyon n'était pas très à l'aise avec les oiseaux et plus largement avec les animaux volants. En dehors de sa chouette, elle avait même quelques réticenses lorsqu'il s'agissait d'emprunter un hibou à quelqu'un. Néanmoins, elle parvint à rire et se détendit un peu.

Il s'enquit de ce qu'elle avait à finir, elle fît un simple geste de la main.

- Quelques travaux, je ne suis pas du genre à ne pas finir ce que j'ai commencé. Rien de ... particulier, ne vous en faîtes pas ...

Elle lui fît un sourire et s'apprêtait à prendre congé. La sorcière remercia son hôte pour son hospitalité et son verre de ... boisson.

- Je vous remercie pour ce moment très agréable ... A bientôt !

Puis, sans un mot de plus, elle se sauva, ravie de la perspective de pouvoir passer prochainement un peu de temps à l'Académie. Elle avait besoin de renouveau mais aussi de se sentir utile. Friedrich lui offrait cette éventualité et elle lui était précieuse.

Oui, pour elle, rien ne pourrait l'empêcher à aller de l'avant ...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Friedrich Richter Emploi : Professeur d'herbologie

Date de création : 21/07/2015
Messages : 52

avatar
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   Mer 21 Oct - 8:53

Sans grande cérémonie la jeune tourna les talons pour le laisser seul dans sa serre. il la salua de la main en souriant. Elle avait retrouvé un semblant de sourire et partait d'un pas ferme hors des murs de l'académie sûrement. La tête sur le côté, Friedrich laissa la vieille mainate se posée sur son épaule droite comme elle faisait à chaque fois qu'ils se disputaient. Gratouillant sa tignasse hirsute de son bec elle se laissa faire quand le petit homme caressa délicatement sa tête emplumée de noir.

- Une jeune femme des plus plaisante ma belle ! Je pense que tu l'aimerai bien aussi.

Puis, l'oiseau toujours sur l'épaule, le botaniste tourna les talons pour aller s'occuper de remettre sa serre en état.

- Du fumier d'hypogriffe... Et pourquoi pas du crotin de licorne aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Visite à l'improviste - Friedrich   

Revenir en haut Aller en bas
 

Visite à l'improviste - Friedrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Visite à l'improviste [Gwendall]
» Visite à l'improviste à son presque papa. (IAN)
» Un lieu surprenante pour une visite à l'improviste [Izia]
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie Beauxbâtons :: A l'extérieur :: Les Serres-