AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Longtemps, je me suis levée de bonne heure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Margueritte de Bret Emploi : Grand Conseil. (Conseillère) Département de la Défense et surveillance magique

Date de création : 28/02/2016
Messages : 64

avatar
MessageSujet: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Sam 19 Mar - 17:06

Il était très tôt, ce matin-là. Les rues commençaient peu à peu à se remplir, mais tout le monde restait silencieux à Brocéliande. Ils marchaient, sans rien dire. Ils savaient où ils allaient. Tous.. sauf une. Une femme toute de rouge vêtu. Elle n'était pas habituée à se lever aussi tôt. Mais cela faisait du bien, aussi.
Margot marchait, tête haute, digne et gracieuse, comme à son habitude. Néanmoins elle ignorait où elle se rendait, mais elle s'y rendait. Ce qu'il y a de bien, avec les matins, c'est que personne ne fait attention à nous. Celui-ci n'échappait pas à la règle. Les autres marchaient vite, courraient même, pour certains. Ils se rendaient au travail, à des rendez-vous, ou que sais-je encore. Mais elle non. La jeune femme marchait simplement.

Un virage à droite, un peu sec. Elle manque de s'heurter à quelqu'un. Elle plisse le nez, son visage... Hm. Elle aurait envie d'user de sa magie, et le réduire à néant. Mais non.. C'est trop tôt, et il y a trop de monde, ici. Alors elle se contente de le fixer, jusqu'à ce qu'il se décale et la laisse passer. Elle trace puis tombe sur une impasse. Alors elle fait demi-tour, marche deux dizaines de mètres, et se retrouve face à une boutique.
Elle la reconnait. Plusieurs fois, la jeune sorcière s'y est rendue, la Librairie de Brocéliande. Alors ni une ni deux, elle y entre, poussant la porte du plat de sa main. Apparemment, il n'était pas aussi tôt qu'elle l'imaginait. La porte se laisse pousser; ce doit être ouvert. Une clochette résonne. Elle plisse les yeux. Margot a horreur de ce bruit. Mais elle referme doucement derrière elle, puis se rend dans les rayons, alors qu'elle entend des bruits de pas approcher.

- On n'ouvre que dans cinq mi... Oh, Mademoiselle de Bret... R.. ravi de vous voir. Vous cherchez quelque chose en particulier ?

J'espère avoir mal compris.. Bon. Il s'est reprit. Je vais lui pardonner cela, quand même. Pauvre vieillard. Un jour je t'apprendrai à te taire, et à n'être que chaleureux quand je suis là.
Mais bon, tu as plus ou moins su te rattraper, alors je te pardonne, plus ou moins.

- Merci, mais non, je feuillette... Les livres m'ont toujours parue une source extra-ordinaire source d'imagination...

Oh, tiens. Ma main s'arrête sur un d'eux, je regarde la rangée. "Littérature moldu." Hm. Ça vaut ce que ça vaut. Et le livre... ? "Le Livre noir" ? Original.. Je le prends en main, l'ouvre.

- Oui.. oui je sais bien... Dans ce cas.. Je vais vous laisser. Appelez, si vous avez besoin d'aide.

Le pauvre vieillard semble avoir peur, c'est tellement ridicule. Mais il part. Je ne réponds rien. Je reste là. La préface du livre coule sous mes yeux. Ca a l'air intéressant.. Très intéress.... Argh. Ce bruit horrible retentit à nouveau. Quelqu'un est entré. Le vieillard s'empresse d'aller le saluer.

- Tiens, bonjour ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Dim 20 Mar - 1:37

C'était justement parce qu'il était encore très tôt qu'on pouvait retrouver Goulven dans les rues de Brocéliande, qui évitait maintenant la ville aux heures où elle fréquentée. Il ne s'y rendait que par nécessité, il avait de toutes façons beaucoup trop de travail pour songer à se promener. Et cette nuit encore, il n'avait pas dormi.

Depuis combien de temps avait-il pris la peine de manger un vrai repas ? Il ne s'en souvenait pas. Les yeux creusés par la fatigue, l'avocat surmené progressait vers la plus grande librairie de la ville à laquelle il arriva pile à l'heure de l'ouverture. Il semblait néanmoins déjà y avoir une cliente à l'intérieur, mais Goulven n'avait aucune envie de discuter avec d'autres passionnés de lecture.

Il s'adressa au libraire.

- Bonjour, Le Guerrec. Je viens prendre une commande, merci.

L'homme sembla savoir de suite de quoi il parlait car il disparut dans l'arrière-boutique pendant un bon moment. Tout en l'attendant, le breton s'adossa à une étagère et soupira. Il savait qu'il devait faire vite, il devait passer voir un ami ensuite et lui déposer ces livres interdits afin qu'ils soient mis en sécurité. Le libraire de Brocéliande le contactait dès qu'il réussissait à sauver un ouvrage interdit et il se chargeait de les transmettre à un archiviste qu'il connaissait bien, sans même ouvrir les paquets qu'il transportait. Moins on en savait et mieux c'était.

Il sentait qu'il s'endormait. Alors il secoua la tête et se frotta les yeux, se décidant à bouger un peu pour ne pas s'assoupir. Pourquoi ne pas se choisir un nouveau roman à lire le soir pour se changer les idées, qui irait rejoindre la pile des autres qu'il n'avait absolument pas le temps de lire, pour après ? Son regard coulait le long des couvertures dont il voyait les titres sans toutefois les noter mentalement, et ses pérégrinations le menèrent vers la seule cliente du magasin, Margueritte de Bret, que l'on nommait Margot.

Goulven l'avait croisée quelques fois au Grand Conseil à l'époque où il y travaillait et n'avait pas franchement développé de la sympathie pour elle, comme il n'en n'avait développé pour personne. Il la salua de loin, ne tenant pas à avoir de contacts avec des sorciers du gouvernement, et se concentra à nouveau sur les titres des livres.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margueritte de Bret Emploi : Grand Conseil. (Conseillère) Département de la Défense et surveillance magique

Date de création : 28/02/2016
Messages : 64

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Dim 20 Mar - 9:13

Cette voix.. Je la reconnais. Elle est lointaine, très lointaine, mais je la reconnais. Je n'oublie jamais aucune voix. Alors je me retourne vers le client familier, tout doucement, un pas après l'autre, le visage blanc, la tête haute, mais avec une once de curiosité, mêlée à toute ma grâce. Cela fait toujours de l'effet. Enfin.. Souvent. Je presse mon livre contre ma poitrine, laissant paraître inconsciemment seulement le titre, l'auteur, et la couverture de la couleur de l'ébène.

Puis je le vois. Je le reconnais. C'est un ancien du Grand Conseil. Il n'y est plus, je crois. Un avocat, oui, et son nom..? Le Guerrec. C'est cela. J'ai horreur des avocats. La gloire d'un bon avocat consiste à gagner de mauvais procès. Tellement ridicule. Mais bon, il en faut bien aussi, de temps en temps. J'aurais pu en avoir besoin, à l'époque.

Je le salue alors, d'un simple signe de la tête, accompagné d'un sourire en coin, je cogite un instant, et j'approche, sourire en coin. D'un côté pour aller vers lui, d'un autre pour aller acheter mon livre, il avait l'air passionnant. Alors ni une ni deux, un pas en avant, le gauche, et hopla, me voilà élancée.

Je viens au comptoir, à côté de lui. Le libraire est toujours derrière, cherchant ces mystérieuses commandes. Je reste un instant silencieuse, puis j'ouvre la bouche. Signe fatidique, il va devoir parler.

- Bonjour De Guerrec, j'ignorais que vous étiez grand lecteur. Si je puis me permettre de demander, quelle est vostre prochaine lecture ?

J'accompagnais cela d'un signe de tête vers là où le libraire était parti, histoire qu'il comprenne bien. Avec ces gens-là, on ne sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Dim 20 Mar - 11:55

Bien qu'il ne souhaitait pas engager la conversation avec elle, Margot de Bret ne semblait pas de cet avis. Comme il ne savait jamais sur quel pied danser avec les membres du gouvernement, il préférait éviter au maximum la conversation, car il ne savait jamais si ceux-ci s'adonnaient à des discussions de courtoisie ou cherchaient à pécher des informations. Méfiant, l'avocat n'accorda qu'un furtif regard à Margot, ce qui lui suffit pour déceler l'hostilité dans le sien. Au moins, le ton était donné et les masques tombés. Il se redressa et afficha le même sourire qu'il avait lorsqu'il commençait à plaider. Un sourire confiant et quelque peu narquois.

- Le Guerrec, Madame de Bret. C'est même 'Ar Guerrec' pour être plus exact, avant que le nom de mes ancêtres ne soit francisé, mais je vous pardonne cette erreur. Il m'arrive moi-même de souhaiter me tromper lorsque je me présente.

Sans pour autant attendre qu'il lui permette de lui demander, elle voulu savoir quelle serait sa prochaine lecture. Et ne pas s'attendre à ce que Goulven soit un grand lecteur, c'était bien mal le connaître. Car il était réputé pour lire tout et n'importe quoi. Surtout n'importe quoi.

- Quand j'arriverai à me sortir de la jurisprudence je me consacrerai certainement à la lecture de l'histoire de France vers le IV et V siècle. C'est une passion à laquelle je n'ai guère le temps de m'adonner ces derniers temps, avec regrets. Mais je sais qu'ici, je peux trouver les ressources satisfaisantes.
Je me permets de vous retourner la question en revanche. Qu'est-ce qui motive votre visite ici, si tôt ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margueritte de Bret Emploi : Grand Conseil. (Conseillère) Département de la Défense et surveillance magique

Date de création : 28/02/2016
Messages : 64

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Dim 20 Mar - 17:27

Le Guerrec, de Guerrec, tu ne vas pas en faire tout un plat, Goulven. Ce ne sont que des noms. Une ordure continue d'avoir le même "parfum", la même consistance, même si elle se met tout d'un coup à s'appeler "fleur". Les noms ne veulent plus rien dire, de nos jours. Mais étant donné que je suis une personne civilisée, je vais quand même essayer de me reprendre. Si on veut engager une discussion sympathique, autant ne pas être trop désagréable.

- Le Guerrec... milles excuses dans ce cas, j'essayerai de m'en souvenir, pour la prochaine fois.

Une prochaine fois ? Sérieusement ?

- L'histoire de la France à cette époque-là ? Intéressant. L'histoire a toujours été très intéressante, il est vrai. C'est un peu... cela permet une autre approche de nostre temps présent, disons-le. Toujours être dans le temps présent sans se demander d'où l'on vient, ça a toujours été une grosse habitude, et pas que chez les moldus; ici aussi.

Oh non, pas que chez les moldus, loin de là. Sur ce point, certains d'entre nous sont exactement pareils qu'eux, voire pire.

- Mais oui, je suis d'accord, c'est un endroit vraiment riche en.. en tout, en fait. Toutes les littératures, tous les Âges, moldus ou sorciers... Passionnant, vraiment. J'admire le travail qu'effectue nostre libraire.

Il fait son travail, c'est tout. On ne va pas lui donner une médaille pour cela, quand même. Ce serait le comble de l'absurdité.

- Moi ? Bonne question. Et j'en ignore la réponse. Je marchais sans savoir pourquoi, ni vers où, ni pourquoi si tôt. Et je suis tombée ici, alors je visite, et j'ai l'impression d'avoir trouvé mon bonheur.

Accompagné à cela était un petit sourire en coin, en le fixant dans les yeux, cela laissait le doute sur l'objet dit. Cela m'amuse. Allez, et je replace mes mèches rebelles derrière mon oreille. Les hommes parfois sont si... faibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Mer 23 Mar - 21:53

L’avocat n’écoutait que d’une oreille ce que lui disait la jeune femme, il mourait d’envie de lui répondre qu’elle n’était pas obligée de lui faire la conversation par politesse suivant une convention sociale mais sa propre éducation l’en empêcha.

- L’Histoire est intéressante mais elle n’est utile que si l’on en tire des leçons. Autrement, ce n’est qu’une histoire, et non l’Histoire avec un H majuscule.

Goulven espérait que le libraire revienne rapidement avec ce qu’il était venu chercher pour qu’il puisse s’en aller, mais l’homme semblait tarder. Lui, il n’avait aucune envie de discuter avec elle, même de futilités. Il ne la connaissait que de réputation et ne nourrissait pas l’ambition d’aller au-delà, que ce soit elle où tous les autres membres du Grand Conseil.

Il se décolla de son étagère et commença à errer dans le magasin, pour feindre de s’occuper. Il percevait l’ironie dans ses propos et plus que jamais, ces temps, il fallait tirer des leçons de l’Histoire. Goulven avait beaucoup de mal, d’habitude, à ne pas s’engager dans des débats sans fin sur la considération des hybrides et les conditions de vie qu’on leur créait en France. Mais il était épuisé et ne voulait pas perdre d’énergie à tenter de convaincre quelqu’un qui avait déjà des idées bien arrêtées.

- Vous vous promeniez, vraiment ? On ne travaille donc pas au Grand Conseil ce mardi ? Etonnant.

Mais il avait beaucoup de mal à ne pas lui envoyer de piques et c’était de bonne guerre, le Grand Conseil lui mettait assez de bâtons dans les roues en ce moment. Cette tendance fâcheuse que Goulven avait de mettre tout le monde dans le même panier était manifeste d’une intense fatigue morale. Être constamment sur le qui-vive, c’était très éprouvant pour les nerfs.
C’était précisément ce genre de situation qui pouvait lui attirer des problèmes et le breton était beaucoup moins vigilant, ces derniers temps. Parfois, il repensait à ses sorties, le soir, dans son lit, quand il se refaisait le film de la journée. Ca lui arrivait de regretter, l’espace de quelques minutes, car il se disait soudain que de toute façon, sa réputation n’était plus à faire. Là, il plaisantait à peine. Il avait travaillé au Grand Conseil pendant des années, son propre père y travaillait. Il savait mieux que quiconque qu’entre les murs du siège du pouvoir magique française, il était aussi beaucoup question de fioriture et de paraître. Il avait encore en horreur le Nouvel An fastueux proposé par le Consul, probablement financé avec l’argent des taxes récoltés sur les baguettes. Sachant cela, lui-même avait été incapable de toucher à la nourriture qui avait été distribuée ce jour-là.

Il enfonça ses mains dans ses poches, souhaitant pouvoir partir rapidement. Le titre de certains livres, prônant la supériorité de la pureté du sang, lui donnait envie de vomir. Si c’était ça, maintenant, si c’était cela qu’on montrait à penser aux gens, Goulven envisageait sérieusement de ne plus mettre les pieds dans une librairie, voire de ne plus lire du tout …



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margueritte de Bret Emploi : Grand Conseil. (Conseillère) Département de la Défense et surveillance magique

Date de création : 28/02/2016
Messages : 64

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Mer 23 Mar - 22:21

Goulven. Mon cher Goulven, pourquoi es-tu donc comme cela. Sérieusement. Je fais de mon mieux, et toi, toi... ? Non. Je le vois dans tes yeux. Les yeux sont le miroir de l'âme. Je vois que tu en as assez, mais ce n'est pas cela qui me fera arrêter. Tu ne me connais pas, tu ne sais pas qui je suis, et encore moins d'où je viens. Si tu le savais réellement, tu ne serais pas ainsi avec moi, je peux bien te le promettre.

- Il est encore trop tôt. Vous savez, les fonctionnaires... Ça commence à dix heures, ça se prend une petite pause café d'une heure, ça travaille un peu et puis voilà que c'est déjà midi. Pouvez pas imaginer la difficulté de la chose, vraiment.

Et bien sûr, avec ma classitude auto-dérisoire ironique, j'accompagnais cela d'un grand et dérangeant rire. Puis je m'arrête tout d'un coup, mon regard se refroidit, mes yeux se plissent, ma gorge se resserre.
Ça y est. J'en ai assez.

- Goulven Le Guerrec... Puis-je vous appeler Goulven ? Je suis fatiguée de tout cela. J'essaye, oui, j'essaye d'être amicale, me comporter de façon polie, non par nécessité, mais par envie, et vous me lancez des piques, à longueur de temps. Pourquoi cela ? Pourquoi ? Mon affiliation au Conseil ? Mon poste du Département ? Ma position bien connu anti-hybride ? Sérieusement. Je ne veux pas d'ennemis en plus, je peux déjà en trouver assez d'ennemis, ce n'est pas forcément mon but d'en avoir à nouveau un... Je suis lasse.. non contre vous spécialement, je suis juste lasse.

Et c'est vrai, c'est vrai. Je suis fatiguée, que tout le temps, parce que je suis ainsi, parce que quelque chose me correspond, qu'on connait mes idées, que tout le temps ça se passe mal, de l'autre côté. D'accord, c'est un crétin d'avocat, mais je ne lui ai pas dis ouvertement non plus. C'est quand même pas la même chose.
Alors je finis de parler, et je ferme les yeux, je souffle. Je suis lasse, vraiment lasse... Mais on n'y peut rien, les gens sont ainsi, qu'on le veuille ou non... J'espère juste qu'on pourra.. modifier certaines petites choses chez certaines petites personnes, qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Ven 1 Avr - 22:12

Il tiqua lorsque Lady De Bret lui répondit en utilisant l'auto-dérision, il ne s'y était pas vraiment attendu. Lui, lorsqu'il travaillait pour le gouvernement en tant que juriste, il ne se souvenait pas avoir été un jour débordé de travail, du moins, pas à ce point-là. Il avait même eu le temps d'étudier des vieilles lois oubliées et ridicules.. Saviez-vous qu'il était interdit de s'adonner au lancer de gnomes de jardin après 22h ? Pas moins que le port du chapeau melon le samedi. Elle se mit à rire, et il rit aussi mais jaune. Puis elle s'arrêta tout à coup.

- Goulven Le Guerrec... Puis-je vous appeler Goulven ?

- Ah ben ça, vous n'allez pas m'appeler Loïc !

Je suis fatiguée de tout cela. J'essaye, oui, j'essaye d'être amicale, me comporter de façon polie, non par nécessité, mais par envie, et vous me lancez des piques, à longueur de temps.

Goulven ouvrit deux grands yeux ronds. Ils n'avaient clairement pas la même définition de l'adejctif "amical" car dans celle de Goulven, regarder les gens comme s'ils étaient des fientes de hibou n'en faisait pas vraiment partie.

Pourquoi cela ? Pourquoi ? Mon affiliation au Conseil ? Mon poste du Département ? Ma position bien connu anti-hybride ?

- C'est cela même ! Dit-il avec une insolence débordante.

Sérieusement. Je ne veux pas d'ennemis en plus, je peux déjà en trouver assez d'ennemis, ce n'est pas forcément mon but d'en avoir à nouveau un... Je suis lasse.. non contre vous spécialement, je suis juste lasse.

- Attendez, mais vous voulez quoi ... que je vous plaigne ? Vous avez idée de ce que c'est que d'être privé de ses droits les plus fondamentaux du jour au lendemain ? Devoir payer une taxe pour utiliser sa baguette ?

Bien qu'elle l'agaçait, Goulven avait été profondément choqué en apprenant que l'amie d'Irmine s'était fait retirer sa baguette.

- Ce qui se passe est injuste. Et vous ... Vous prétendez ne pas vouloir vous faire d'ennemis alors que depuis toujours en France des hybrides vivent avec des sorciers, sorciers qui s'octroient une supériorité en s'appuyant sur des valeurs morales discutables ! Non, je n'ai aucune compassion pour les gens comme vous.

Goulven semblait oublier qu'il n'y a pas si longtemps, il était celui qui ne disait rien et laissait faire et s'il ne supportait pas le contact avec Margot c'était certainement parce qu'elle lui rappelait, par certains côtés, ce qu'il était avant, bien qu'il n'ait jamais partagé ses idées.

- Alors tant que vous resterez à l'abri dans vos murs et sans avoir la décence de vous confronter à ce que vous provoquez, ne vous attendez pas à gagner la considération de vos pairs, et encore moins la mienne.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margueritte de Bret Emploi : Grand Conseil. (Conseillère) Département de la Défense et surveillance magique

Date de création : 28/02/2016
Messages : 64

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Ven 1 Avr - 22:48

Il ne semble pas me comprendre. Pauvre petit homme. Je suis réellement désolée pour toi. Tu ne comprends pas. Tu restes les yeux bandés. Pourtant tu es là, tu cries, tu lèves le poing, tu craches au sol, mais tu es aveugle. Cela me fait mal, autant qu'à toi. Pourquoi est-ce que je pense ? Non. Il en est assez. Je remarque que je baissais les yeux, j'avais honte. Non. Je ne peux avoir honte. Je relève la tête, le toise. Je ne le regarde avec un air insolent, non. Je ne m'abaisserai pas à son niveau. Je me contente de beaucoup de compassion, et de peine, mélangés dans la lueur de mes yeux.

- Mr Le Guerrec. Je suis sincèrement désolée que vous réagissiez ainsi. Je suis désolée même que des humains continuent de réagir comme cela.

Je détourne un instant la tête, pour remettre une mèche rebelle derrière mon oreille. Je dois choisir mes mots avec respects, et prudence. Cet homme peut toujours tenter de m'attirer des ennuis. Ce serait embêtant, mais il pourrait essayer. Alors je réfléchis, à peu près le temps d'un demi quart de seconde, et je retourne ma tête vers lui.

- Je travaille au Gouvernement. Je suis fière de ce que le Gouvernement fait en ce moment. Je suis fière du discours qu'a pu porter notre cher Consul. Je suis fière de travailler... pour le peuple.

Tu ne manques pas d'air, Margot. Tu ne fais cela que pour toi, que pour assouvir ton besoin de vengeance, pour libérer toute la haine que tu emmagasine. Cela serait toujours ainsi. Toujours.

- Car notre gouvernement ne travaille qu'au service de ses citoyens. Certaines choses vous paraissent horriblement injustes. Je comprends tout à fait cette réaction qu'est la vôtre, mais sachez que derrière tout cela, il y a des raisons. Vous qui aimez l'histoire, vous connaissez peut-être une phrase que prononça un moldu athénien nommé Thucydide, il y a des lustres. Il dit alors que l'histoire n'était qu'un perpétuel recommencement. Nous prenons en compte cela. Ce n'est pas la meilleure des politiques, mais après qu'un événement fâcheux se soit produit, nous faisons en sorte qu'il ne se reproduise plus. C'est ça, notre travail.

TON TRAVAIL ?! NON. CE N'EST QUE TA PHILOSOPHIE DE GRANDE MALADE. TU CHERCHES DES PRÉTEXTES POUR POUVOIR TE DÉBARRASSER D'EUX. RIEN D'AUTRE.

- Parfois, cela paraît injuste. Mais si l'on regarde bien, vraiment bien. L'on peut comprendre que c'est aussi... un bonne chose, pour moi, pour vous, Mr Le Guerrec, pour nous. Sorciers Et Hybrides. Hommes et femmes.

J'étais en colère. C'était indéniable. Mais j'étais aussi triste. Très triste. Pauvre homme. Il ne comprend donc pas tout ce que nous faisons pour lui. Je me sens alors stupide. Tellement stupide. Alors je baisse à nouveau les yeux sur mon livre. Je relis son titre. Le Livre Noir... Le Livre Noir.....

Mes yeux se ferment, peu à peu. Je manque de perdre l'équilibre, mais me rattrape au dernier moment au comptoir, les mains à plats dessus. J'ai laché le livre. Oui. Je le vois, il est au sol, ouvert, au niveau de la moitié du texte.

Citation :
" Il y avait ici des camps de la mort : on torturait, on mettait en pièces, on fracassait des têtes d'enfants, on brûlait vifs des gens à qui la souffrance, l'épouvante et les insupportables tortures faisaient perdre la raison."

C'est ce que nous pouvions lire, écrit en gros sur la page de gauche. Aussitôt je sentis quelque chose couler, le long de ma joue. Une larme. Non. Elle ne peut exister. Je ne peux la montrer... pas là, pas maintenant....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Ven 1 Avr - 23:32

Goulven avait de plus en plus de mal à rester calme. Le travail était de plus en plus difficile, la situation de plus en plus compliqué et les choses lui paraissaient de plus en plus vaine. Parfois il frôlait même le découragement, alors il ne pouvait plus entendre des discours comme celui que tenait la sorcière en face de lui. Elle avait vraiment de drôles de prétentions, mais il l'écouta jusqu'au bout tout de même.

- Vous savez, d'autres avant vous disaient agir "pour le plus grand bien." Cela n'en faisait pas de bonnes personnes pour autant. Vous invoquez l'histoire et pourtant il n'y a pas besoin de regarder des siècles en arrière.

L'avocat évoquait délibérément Grindelwald. Lorsque le livre tomba, son contenu, à l'envers pour lui, arriva brièvement à ses yeux, il voulu rétorquer, mais il fût interpellé par une larme qui roulait sur les joues de la jeune femme. Il aurait pu compatir. Il aurait du compatir. Il aurait pu comprendre que son histoire personnelle avait allumé un feu tellement ardent en elle qu'elle l'exprimait maintenant mais il ne pourrait pas tolérer qu'elle reporte sa haine.

Et puis, eux, les membre du Grand Conseil, ils ne se gênaient pas pour bousculer les hybrides, par Merlin !
Le jeune homme fît un pas vers elle, ramassa le livre et le ferma.

- Ca vous fait pleurer de lire ça ? Ce bouquin raconte du point de vue des sorciers l'une des périodes les plus noires de notre civilisation. Mais mettez-vous dans l'autre camp. Juste un instant. Ne jugez pas la masse et considérez-les comme des individus. Et, de grâce, ne me mettez pas dans le même sac que vous.

Il fît un nouveau pas.

- Je vous mets au défi, Madame, de rencontrer un hybride et de lui dire en le regardant dans les yeux que ce que vous faîtes, c'est pour le bien commun.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margueritte de Bret Emploi : Grand Conseil. (Conseillère) Département de la Défense et surveillance magique

Date de création : 28/02/2016
Messages : 64

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Sam 2 Avr - 7:12

- Je fais.. ce qu'il y a... à faire.

Je ne pouvais pas rester faible devant cet être sans sentiments. C'était tout simplement inenvisageable. Mais quoi faire, quoi dire ?
Il ne comprend pas. Toute tentative serait insuffisante. Pourquoi ne comprend-il pas ? J'ai essayé, pourtant. J'ai réellement essayé de l'aider, lui ouvrir les yeux. Je ne veux pas d'un Gouvernement haït par les gens qu'il représente. Non. Pourquoi serait-il Gouvernement, alors ?

Je leva alors la tête vers lui, sourcils froncés. Je fixai le bleu de ses yeux. Un bleu si beau, pourtant, mais qui semblait aveugler le jeune homme.
Je le sentais alors dans son regard. Il ne comprendrait jamais.

- Je lui dirais.. que nous avons fais ce que nous devions faire, Mr Le Guerrec. Que dans chaque conflit légitime, tout paraît illégitime. Que dans chaque conflit légitime, du sang doit couler. Vous le savez mieux que moi, rien n'est tout rose. Rien n'est tout noir. Notre Gouvernement n'échappe pas à la règle, vous pouvez bien le comprendre vous-même.


S'il continuait, je ne le supporterais pas. Alors il valait mieux en rester là, sur ce sujet. Un petit blanc vit interrompre l'échange. Puis...

- Je n'ai plus rien à dire sur ce sujet, Mr Le Guerrec. Si vous avez des recommandations, il faudra à présent les faire au Gouvernent directement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Sam 2 Avr - 14:53

Margot de Bret avait réussi l'exploit de mettre notre avocat en colère, ce qui était arrivé moins d'une dizaine de fois au cours de sa vie. La mâchoire serrée, le jeune homme plantait ses yeux dans les siens, comme s'il avait pu la transpercer rien qu'en la regardant. Elle l'avait cherché ? Elle l'avait trouvé.
Il sentait qu'il pouvait la faire reculer pourtant, quoi qu'elle dise. Il était temps pour elle que leur entrevue finisse.

- Votre paquet M. Le Guerrec.

- Ah ! Merci bien ! Dit le jeune homme, dont la voix avait retrouvé l'onctuosité habituelle.

Il avait reprit son air aimable et lui serra la main.

- Votre tante a déjà réglé.

- C'est très prévenant de sa part. Au plaisir !

Il fît mine de sortir, mais se ravisa.

- Oh ! Madame de Bret ! Je repense à ce dont nous venons de discuter à l'instant. Pardonnez-moi de vous prendre encore un peu de temps, mais il me semble important que ... vous alliez au bout de ce que vous dîtes. Alors je me permets de vous convier, maintenant, à le mettre en oeuvre. Êtes-vous prête à me suivre ?

Il lui adressa un sourire faussement aimable. Serait-elle capable de répéter à un hybride opprimé ce qu'elle venait de lui dire ? Goulven parierait que non. Mais il était prêt à être surpris.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margueritte de Bret Emploi : Grand Conseil. (Conseillère) Département de la Défense et surveillance magique

Date de création : 28/02/2016
Messages : 64

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Sam 2 Avr - 19:20

Tiens, voilà que le libraire revient avec les bouquins de l'avocat. Je me demande toujours ce que c'est... étrange. Bon, peu importe. Il s'occupe de son client, puis je tiens mon livre, dignement, et sans remontrer aucun sentiment face à Le Guerrec. Je ne tiens pas à ce qu'il me voit ainsi, ou pire, qu'il me prenne en pitié.

- Le Livre Noir ? Lecture... Intéressante, Madame De Bret.

Je ne te paye pas pour commenter ce que je lis, pauvre idiot. Laisse moi payer, et repartir, c'est tout ce que je te demande. Et c'est ce qu'il fait, heureusement pour lui. Alors je me retourne vers mon "ami". Il s'est arrêté, il va me parler, je le sens.

- Oh ! Madame de Bret ! Je repense à ce dont nous venons de discuter à l'instant. Pardonnez-moi de vous prendre encore un peu de temps, mais il me semble important que ... vous alliez au bout de ce que vous dîtes. Alors je me permets de vous convier, maintenant, à le mettre en oeuvre. Êtes-vous prête à me suivre ?

Pauvre idiot, pour qui me prends-tu ? Crois-tu que j'ai honte de mes paroles ? Oh loin de là, si tu savais.

- Ce serait avec grand plaisir, Mr Le Guerrec. Vous pensez à quelqu'un en particulier ?

Et alors je repris mon livre, avec le sachet que me tendit le libraire. J'avais perdu toute once de colère dans ma voix. C'était presque... de la curiosité mêlée à un soupçon d'amusement. J'étais prête à faire cela. Oh que oui. Cela promettrait d'être.. intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 695

avatar
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    Mer 6 Avr - 7:27


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Longtemps, je me suis levée de bonne heure.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Longtemps, je me suis levée de bonne heure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» je suis seul,mais pas pour longtemps
» Noob, je suis un noooob!
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Bonne Année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Brocéliande :: Commerces :: Librairie-