AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un combat perdu d'avance ? [PV Henri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 693

avatar
MessageSujet: Un combat perdu d'avance ? [PV Henri]   Mer 27 Avr - 14:34

- T ... T... Tu sais Goul ... Ven ... tu v...v...v...as fffffinir par m'atti ... titi ... tirer des ennuis !

Le sorcier des archives du Grand Conseil était tout le temps agacé, ces derniers temps. Jusque-là, il s'était estimé heureux parce que tout le remue-ménage qui se passait là-haut avec les nouvelles lois et le reste, ne l'atteignaient guère. Il venait ici le matin, il classait, rangeait, répertoriait, réparait, écrivait des comptes-rendus, et s'en allait à 17h vers son foyer douillet dans la campagne normande.
Mais les dernières mesures de censure prises avaient induit une surcharge de travail, il devait revoir la tenue des registres et cela qui lui prenait d'ordinaire si peu de temps avait pris des proportions telles que la moitié de sa semaine en était complètement chamboulée.
De plus, il était régulièrement dérangé par des sorciers comme Goulven, afin de s'adonner à des tâches avec lesquelles il n'était pas d'accord.

- Ne t'en fais pas, mon ami. J'ai prêté serment, je ne peux pas te trahir et je crois que ceux-ci sont les derniers, je ne t'importunerai plus, lui dit Goulven Le Guerrec.

Martin Brumaire les prit avec infinie précaution et lu les titres avec émotion.

- C ... C ... C ... C'est ...

- C'est "L'épopée des Harpies" et "La Forêt des Mille voix" oui ... Je croyais qu'ils avaient tous disparu, mais je les ai trouvé, par bonheur. Ils peuvent être sauvés.

Le quadragénaire hocha la tête. S'il faisait tout ça, c'était par amour pour la littérature. Goulven savait qu'il était prêt à prendre des gros risque pour protéger un tel patrimoine. Martin possédait un coffre dans une banque à l'étranger, dans lequel était entreposés un certain nombre d'ouvrages interdits. Quel pays ? Goulven ne le savait pas, et il ne voulait pas savoir. Moins il en savait et mieux il se portait. Tout ce qui comptait c'était que les livres soient en sécurité.

- Tu as toute ma confiance, lui dit Goulven en le suivant tandis qu'il s'enfonçait vers le fond de la vaste pièce.

Le sorcier qui était bègue maugréait. Son bégaiement s'accentuait quand il était énervé.

- Arrête de râler, je te dis que je ne viendrai plus t'ennuyer.

- T ... Tu d ... dis ... ç ...a tou-toujours hein !

- Félicitons-nous qu'il y ai encore quelque-chose à sauver.

Martin ne trouva rien à répondre et disparu dans son bureau, plantant là le jeune homme. Goulven appréciait beaucoup Martin Brumaire. C'était un homme ouvert et cultivé avec qui il avait adoré partager ses déjeuners à l'époque où il avait travaillé au Grand Conseil. Il avait été souvent de bons conseils le concernant, et était une mine d'information incroyable, à croire qu'il avait appris le contenu des archives par coeur. Aussi, quand Goulven devait consulter la jurisprudence, il lui était d'une grande aide, mais ces derniers temps, Martin se renfrognait et ne sortait plus des sous-sols du Grand-Conseil, il ne se mêlait plus aux autres. Goulven en connaissait la raison, la compagne de Martin était un faune et leur fille âgée d'un an n'avait pas été déclarée. L'archiviste avait très peur de s'attirer des problème en s'adonnant à une activité illégale.

En moins d'une minute, il sortit de son bureau avec quelques rouleaux de parchemins sous le bras.

- T ... tiens ... ça c ... c ... les comptes rendus ... d ... d ... de l'an 1990 ... pour ...

- Merci Martin. Je ne vais pas te prendre plus de temps.

Martin n'aimait pas qu'on lui coupe la parole mais ça arrivait tout de même une dizaine de fois par jour. Toutefois il ne s'en offusqua pas.

- No ... Nora ... te salue. Lui dis Martin, transmettant les amitiés de sa conjointe à son ami.

- Tu la salueras pour moi aussi.

Il ajouta à voix basse.

- Et embrasse la petite pour moi.

Puis il s'éloigna et dit tout haut.

- Je te rends ces documents la semaine prochaine. A bientôt !

Mais au sortir de la salle, il tomba sur la dernière personne qu'il voulait voir sur terre, Henri Morse. Aussitôt, une bouffée de colère monta à son cerveau, qu'il réprima aussitôt, si bien qu'il fût incapable de le saluer. Pourvu qu'il n'ai rien entendu de la conversation !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri Morse Emploi : Directeur de la police magique

Date de création : 22/04/2016
Messages : 11

avatar
MessageSujet: Re: Un combat perdu d'avance ? [PV Henri]   Mer 29 Juin - 20:30

[HJ : Excuse moi pour le retard...]

Henri Morse marchait d'un pas vif le long d'un petit couloir du grand conseil. Ce couloir, carrelé du sol au plafond comme la plupart des autres allées de cet édifice ancestral menait à la salle des archives, l'une des plus grandes pièces de la ville. Elle recouvrait presque la totalité du sous-sol du batiment.

Le directeur de la police magique avançait donc dans ce couloir, affublé de son élégant costume à foulard, les cheveux mis en arrière, et la moustache bien nette. Il sortait d'un rendez-vous avec la sénatrice Guichard, pour parler d'un sujet pour le moins innatendu : la chasse aux rebelle. Henri appréciait les hybrides comme il appréciait n'importe quelle autre être humain. Si il les chassait, ou tout du moins si il s'entêtait à chasser les rebelles, c'était pour leur non respect de la loi. Une loi forme un pays. Une loi forme une paix, et parfois même une liberté. La liberté est régis par des restrictions. Si n'importe quel habitant de ce monde décide de faire ce que bon lui semble, la Terre est bonne pour sombre dans le chaos le plus total.

Morse arrivait en fin à la hauteur de la porte de la salle. Quelqu'un était déjà présent. Il entendit la fin de leur conversation, entendit l'archiviste passer le bonjour de sa femme à ce qui semblait être Goulven Le Guerrec. Enfin, l'avocat sorti, et se retrouva nez à nez avec le policier. Leur regard se croisèrent, et Le guerrec contourna Henri pour continuer sa route. Henri se retourna, un petit sourire au lèvres, et l'interpella.

-Maître Le Guerrec, attendez voyons, ne partez pas si vite. Ca fait combien de temps déjà... 1 an je dirais... Je ne crois pas vous avoir recroisez depuis le procès, mais en ce moment ma mémoire me joue des tours ! Il se pourrait qu'on se soit croisez hier et que je ne m'en souvienne plus !! lui dit-il d'un ton très cordial.

Mais l'avocat n'avait pas l'air ouvert à la discution. Le regard qu'il lui avait jeté était un regard froid, presque provocateur. Oui. Le Guerrec le tenait pour responsable du meurtre de Jared Faure. Mais le véritable résponsable n'était autre que Faure lui même !! Si il s'était contenté d'appliquer la loi, il n'aurait rien eu, mais l'imbécile à décider de faire le malin, et Henri n'avait eu d'autre choix que de l'abbatre. Il lui avait déjà dit un nombre incalculable de fois, mais Goulven ne semblait pas comprendre...

Puis Morse vit les rouleaux de parchemins que son interlocuteur tenait entre ses bras. Il devait les avoir pris au mains de Brumaire, le jeune archiviste bègue. C'était sûrement des dossiers pour une nouvelle affaire, c'était courant de voir des avocats porter des documents, mais bon, par mesure de sécurités, il allait demander.

-Que sont ces parchemins que vous portez ? Questionna Henri Morse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 693

avatar
MessageSujet: Re: Un combat perdu d'avance ? [PV Henri]   Sam 13 Aoû - 15:04

Goulven n'avait pas recroisé Henri Morse depuis l'assassinat de Jared Faure. Il ne l'avait aperçu que de loin lors d'audience. Il n'avait pas été confronté à lui directement et il valait mieux. L'avocat avait peur de sa réaction si jamais cela arrivait et il faisait bien.
Sa réaction fût épidermique et la nausée le prit si soudainement qu'il dût se retenir de ne pas se plier en deux. L'idée même que le chef de la Milice ait entendu quelque-chose qui compromette son ami archiviste lui était insupportable.

Il serra les dents et traça. Il ne valait mieux pas qu'il reste seul trop longtemps en sa présence. Il avait peur de faire quelque-chose qu'il regretterait. Ses mains froissèrent les parchemins.
Mais l'autre ne l'entendait pas de cette oreille et voulu le retenir, par tous les moyens. Discuter de la pluie et du beau temps ? S'enquérir de ses activités ? Et puis quoi encore ? Cela ne le regardait pas, ce qu'il y avait dans ses parchemins.
L'avocat progressait dans le couloir et se répétait une phrase, inlassablement.

*Pourvu qu'il n'ai rien entendu ...

Il se sentait mort d'inquiétude pour Martin et sa famille. L'enjeu était trop grand pour laisser quoi que ce soit au hasard.
Il fit demi tour et revint sur ses pas avec empressement.

- Que me voulez-vous, exactement ? lui demanda t-il avec vigueur.

Il venait de laisser tomber ses parchemins et serrait sa baguette dans sa main. Il n'oubliait pas qu'il était face à celui qui avait tuer son ami. Mais quand à savoir s'il l'avait sortie pour se défendre ou pour attaquer ...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un combat perdu d'avance ? [PV Henri]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un combat perdu d'avance ? [PV Henri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] "Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu."
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)
» Chaton Perdu ? [ PV : Petit Hérisson ]
» Règle sur la bataille navale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Brocéliande :: Le Grand Conseil-