AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La jeunesse d'Irmine II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Irmine Boisseuil Emploi : Bibliothécaire de Beauxbâtons

Date de création : 07/01/2015
Messages : 518

avatar
MessageSujet: La jeunesse d'Irmine II   Lun 1 Mai - 17:33

- Irmine ! T’as bientôt fini ? T’es pas toute seule !

Les années passaient, mais certaines choses ne changeaient pas.

- IRMIIIIINE !!!

Les deux voix criant à l’unisson finirent par tirer la jeune naïade de sa rêverie aquatique. Elle sortit de la douche et jeta un coup d’œil à sa montre : 7h45 ! En effet, ses compagnes de chambre avaient de quoi s’énerver, car elle ne leur laissait qu’un quart d’heure pour faire usage de la salle de bain avant le début des cours, alors qu’elle l’occupait depuis plus d’une heure.
Il fallait la comprendre pourtant : elle ne pouvait tenter ses sorties après le couvre-feu pour piquer une tête dans le Lac Enchanté tous les soirs, et elle ne pouvait donc que rarement s’y baigner sans risquer de se faire voir. Une naïade restait une naïade.
La jeune fille s’habilla en toute hâte et sortit de la salle de bain en s’excusant, alors qu’une de ses camarades s’y engouffrait en claquant la porte. Fuyant le regard mi-accusateur mi-blasé de l'autre, elle prit son sac et sortit des quartiers des Noctua, profitant des quelques minutes de solitude que lui offrait son arrivée en avance à la salle de Métamorphose.

A 14 ans, Irmine n’était pas le genre d’élève à se déplacer accompagnée d’un troupeau d’autres adolescents. Non, elle était plutôt de ceux qui restaient seuls et se mêlait peu à ses congénères, le nombre de ses amis se comptant sur les doigts d’une main. Le premier, le seul qui avait acquis son entière confiance, était le bibliothécaire de l’Académie. Et c’était un peu grâce à lui qu’elle avait noué des liens avec deux autres jeunes filles, des sœurs du nom de Faustine et Mathilde. L’une à Lutra et l’autre à Cerva, Irmine avait fini par se rapprocher d’elles sur les encouragements d’Arsène. Ce cercle social très restreint lui suffisait, cela lui semblait déjà énorme par rapport à ce qu’elle avait connu jusque-là.
Les garçons ? Honnêtement, elle s’en fichait et supportait déjà les piaillements de Faustine, dès qu’un nouveau membre de la gente masculine intéressait la jolie blonde, pour n’avoir aucune envie de découvrir ce qu’il pouvait bien y avoir de si intéressant dans ces échanges salivaires. Son amie avait tenté de la convertir en lui faisant lire une fiction à l’eau-de-rose, mais elle n’était parvenue qu’à tirer de longs fou-rires incontrôlables et des regards désabusés de « l’insensible » Irmine.

Les minutes passèrent, et la Noctua finit par être rejointe par les autres élèves de sa promotion, puis par leur professeur qui les fit entrer en classe. Installée comme à son habitude au 1er rang, elle attendit Faustine qui ne tarda pas à prendre place à côté d’elle et le cours se déroula à peu de choses près comme d’habitude…jusqu’à ce que la Professeur Huguin leur annonce sa dernière idée en date :


- Pour dans deux semaines, vous allez devoir faire par deux quelques recherches sur les métamorphoses animalières et écrire trois rouleaux de parchemin sur différents thèmes que je vais vous communiquer. Mais avant cela, on va changer un peu d’organisation : c’est moi qui vais constituer les groupes cette fois.

Son annonce fut accueillie par une vague de protestations, les étudiants n’étant pas enthousiastes à devoir travailler dans d’autres binômes que ceux qu’ils avaient fait eux-mêmes jusque-là. Faustine était l'une des plus contestataires : forcément, être séparée de la première de classe était peu réjouissant pour sa moyenne.

- Silence ! Ça ne fera pas de mal au niveau général de cette classe de mélanger un peu ceux qui ont de la facilité avec ceux qui doivent progresser. Morier et Le Guerrec vous travaillerez sur les points communs des métamorphoses d'animaux et d’objets, Boisseuil et du Guy sur les modifications cellulaires, Rioncourt et DaFirenze...

Irmine n'était pas plus ravie de ces changements de groupe : elle allait se coltiner le cancre du cours de Méta ! Dorian du Guy avait acquis une petite réputation parmi leurs congénères grâce à ses talents de poursuiveur dans l'équipe de la Guilde des Cerva, mais ses capacités en Métamorphose laissaient clairement à désirer.

- La chance !, lui chuchota Faustine, Tu vas passer du temps avec Dorian seul à seule.

L'hybride lança un regard à son amie, qui se trouvait associée à une Cycna au niveau raisonnable, et fit la moue.

- Tu parles ! Je te parie qu'il ne va rien faire et c'est moi qui vais me taper tout le boulot.

Ce pressentiment se renforça en voyant Dorian filer comme une flèche hors de la salle dès que leur professeur les libéra.

Le jour suivant, Irmine attaqua les recherches pour le devoir, espérant que son camarade se présenterait de lui-même à la bibliothèque…mais c’était rêver ! Le vendredi soir, en voyant qu’il n’avait apparemment pas décidé de mettre un pied dans l’antre des élèves assidus, elle se décida à aller le chercher : elle ne voulait pas voir sa moyenne baisser à cause de lui !
Elle se rendit au terrain de Quidditch, lieu qu’elle ne fréquentait quasiment jamais même les jours de match, déduisant assez facilement que c’était là où elle avait le plus de chances de le trouver. Le jeune homme était affairé à ranger un souaffle dans une caisse quand elle s’approcha de lui, et il marmonna un vague « salut » d’une voix distante en remarquant sa présence.


- J’ai commencé les recherches pour Huguin. Ça va être long, donc euh…ce serait bien…enfin ça m’arrangerait qu’on s’y mette au plus vite.

- Ah, c’est toi Boisseuil.

Ça commençait bien !

- Oui, voilà. Du coup…pour le devoir ?

Refermant la malle de balles, Dorian n’avait pas l’air spécialement pressé de fixer un rendez-vous de travail. La jeune fille ne désirait pas le traîner jusqu’à la bibliothèque, et encore moins devoir insister, mais cela se verrait si elle faisait tout le boulot toute seule.

- J’ai pas le temps là., marmonna Dorian en regardant ses pieds.

Irmine retint un soupir. Tu parles, il avait sûrement tout le temps de jouer à la balle en revanche !


- Demain matin ? Je serai à la bibliothèque à 10h.

- Ok., concéda-t-il du bout des lèvres.

La jeune fille ne s’attarda pas une fois le rendez-vous fixé, et elle fila prendre son repas au réfectoire, avec pour compagnie un épais manuel d’Histoire sur la participation des sorciers au sac de Rome par les barbares.
Le lendemain matin, elle attendit Dorian à l’heure convenue, mais celui-ci débarqua avec plus d’une heure de retard, encore en tenue de quidditch boueuse et les cheveux en bataille, et il marmonna à peine une vague excuse.


- Pardon, je m’entraînais.

Irmine ne répondit rien, bien que l’envie de lui rétorquer de s’acheter une montre ait été grande. A la place, elle poussa vers lui un parchemin sur lequel s’étalait son écriture régulière.

- J’ai déjà fait un plan de la façon d’aborder la question.

Dorian jeta un regard torve au brouillon et n’émit pas de commentaire, attendant qu’elle énonce la suite.

- Est-ce qu’il y a un point qui te parle plus que les autres ?

- Non.

- … Est-ce qu’il y a un point qui te parle tout court ?, tenta-t-elle après un petit silence.

- Non.

La jeune Noctua se retint de lui jeter un livre à la figure, parce que ce serait dommage de l'abimer pour un idiot. Elle maudissait intérieurement la Professeur Huguin pour son idée de « mélange des niveaux » et ne savait pas vraiment quoi faire ou dire pour motiver son camarade. Finalement, après un soupir, elle proposa :

- Bon…alors tu n’as qu’à t’occuper du 2ème point, c’est le plus facile.

Dorian n’approuva ni ne contesta, il se contenta d’attraper un livre sur la pile qui trônait entre eux et l’ouvrit sans grande conviction, tournant les pages distraitement. Irmine, quant à elle, se remit au travail et commença la rédaction de l’introduction. Trois heures plus tard, après un énième bâillement du jeune homme, elle consentit enfin à lui accorder l’attention qu’il cherchait à obtenir et releva les yeux vers lui.[/]

- J’ai faim. On peut s’arrêter maintenant ? Je ne trouve pas grand chose dans ces bouquins.

[i]La petite naïade haussa un sourcil à sa remarque. Elle avait sélectionné des ouvrages de base pour commencer, il y avait donc peu de chance qu’ils ne traitent pas de leur sujet. Apparemment il ne voulait faire aucun effort…mais il aurait au moins pu faire semblant ! Elle haussa les épaules, n’ayant ni l’envie ni la possibilité de le forcer, mais lui proposa quand même de continuer à travailler le lendemain chacun de leur côté.


- Mais c’est dimanche !, s’exclama Dorian d’un air scandalisé.

Cette fois-ci, Irmine laissa échapper le soupir qu’elle retenait à chaque fois que le Cerva ouvrait la bouche.


- On n’a pas vraiment le choix., fut tout ce qu’elle trouva à répondre.

Finalement, il consentit à sacrifier son congé pour bûcher et ils prévirent un nouveau rendez-vous le lundi suivant. Irmine passa le reste de l’après-midi à la bibliothèque à travailler, s’accordant une pause de temps à autres pour poser des questions d’ordre littéraire à Arsène. Ce n’est qu’à la fermeture de la bibliothèque qu’elle en sortit enfin et rejoignit les quartiers des Noctua, chipant au passage un sandwich aux cuisines pour combler ses besoins vitaux qu’elle avait tendance à négliger lorsqu’elle se plongeait dans ses études.

La même scène se reproduisit deux fois la semaine suivante : Dorian arrivait plus ou moins en retard et n'avait qu'un maigre travail à présenter à Irmine, dont la patience commençait à s'user. La goutte d’eau qui fit déborder le chaudron arriva lorsque son partenaire s'endormit carrément sur sa feuille de parchemin en plein après-midi. La jeune fille referma l'épais grimoire qu'elle consultait dans un claquement sec, qui suffit à réveiller le Cerva.


- Y en a marre !, souffla Irmine sur un ton de colère le plus bas possible, Depuis le début je fais tout le travail toute seule, tu pourrais au moins essayer de m'aider.

- Mais je travaille aussi., mentit le jeune homme sur le même ton outré en décollant la feuille accrochée à sa jiuenpar un filet de bave.

- C'est ça, les livres te chuchotent les réponses dans tes rêves ?

- Ben j'y peux rien si je suis crevé, je passe pas tout mon temps assis à la bibliothèque, moi.

Irmine rougit, elle en oublia momentanément le lieu où elle se trouvait et ne prit même plus la peine de baisser la voix.

- Si t'as envie de rester nul en magie je m'en fiche, sauf que là t'es pas tout seul, moi aussi je vais être notée sur ce travail.

- Je suis pas nul, d'abord !, répondit-il en affichant une mine vexée.

- Si !

La dispute fut interrompue par le bibliothécaire qui avait entendu les éclats de voix depuis l'autre bout de la salle et qui arriva d'un pas furibond jusqu'à leur table.

- Où vous croyez-vous, jeunes gens ?! C'est un lieu de travail ici, allez vous chamailler dehors !

Arsène pointa la sortie du doigt, lançant un regard déçu à Irmine qui ne lui avait encore jamais été destiné. Forcés d'obtempérer, les deux adolescents se retrouvèrent mis à la porte de la bibliothèque avec leurs affaires, la jeune naïade encore choquée de s'être oubliée au point de s'en faire exclure.

- Bravo, comment on va faire pour les recherches maintenant ?, pesta Irmine, très remontée contre son camarade.

- Je sais pas, t'as qu'à trouver une idée vu que t'es tellement intelligente.

- Tu me laisses en plan ?

- Ouais tu m'as saoulé là, je comprends pourquoi t'as pas d'amis !

La pique blessa Irmine, et Dorian regretta aussitôt ses paroles en voyant le regard de la jeune fille se voiler.

- Non, c'est pas ce que je voul...

Mais c'était trop tard, il ne put terminer sa phrase car elle l'avait bousculé et était partie d'un pas vif.

Irmine ne supportait pas qu'on lui rappelle sa difficulté à tisser des liens. Une part d'elle souffrait de sa relative solitude, particulièrement lorsqu'elle regardait ses congénères pour qui cela semblait si facile de se faire des amis. Bien sûr, elle n'était plus complètement seule, mais cela restait un sujet sensible pour la jeune fille.
Elle sortit de l'Académie et fila directement au Lac Enchanté, la proximité de celui-ci étant synonyme d'apaisement. Elle s'assit sous un grand hêtre qui lui servait de refuge depuis la 1ère année et fixa son regard sur l'étendue scintillante, ressentant aussitôt le tiraillement caractéristique de la naïade en elle, qui manifestait son désir impérieux de retrouver son élément naturel. La Noctua s'accroupit au bord de l'eau et fit courir le bout de ses doigts à la surface. Elle caressait l'eau, comme un animal sauvage qu'il fallait dompter avec précautions. Après s'être assurée que personne ne la voyait, elle y plongea complètement la main avec un plaisir infini. Cette sensation était indescriptible, puissante et douce à la fois. Irmine ne put résister à pousser l'audace jusqu'à se déchausser et tremper ses jambes nues jusqu'au mollet, de fines arabesques bleues cachées sous sa peau se réveillant au contact du liquide.
Elle resta ainsi quelques minutes, assise au bord du lac à se délecter de cette pause dans sa retenue constante. Toutefois, elle gardait à l'esprit que n'importe qui pouvait débarque d'une minute à l'autre, aussi elle ne s'éternisa pas et finit par quitter cette eau qu'elle aimait tant pour retourner s'asseoir sous l'hêtre, essuyant ses jambes avec des pans de sa robe afin de faire disparaître les signes de son hybridation.

Irmine était calmée, mais la rancoeur envers le Cerva refit surface une fois le contact avec l'eau coupé. Elle était décidée à finir le devoir seule, de toute manière il ne faisait rien lors de leurs rendez-vous de travail ! Elle rouvrit un livre qu'elle avait emprunté la veille et se plongea dedans, oublieuse du monde qui l'entourait.

La jeune fille fut tirée de sa lecture par un raclement de gorge au-dessus d'elle. Clignant des yeux, elle leva la tête et fut surprise de voir Dorian, qui n'en menait pas large et lui lançait un regard embarrassé. Il s'assit en face d'elle sans lui demander son avis et sortit un papier plié en quatre de sa poche, qu'il lui tendit en regardant ses baskets.
La jeune hybride le prit et, en le parcourant rapidement des yeux, réalisa que c'était la partie du devoir qu'elle lui avait demandé de travailler depuis une semaine. Il y avait des fautes et des affirmations hasardeuses...mais dans l'ensemble, c'était un bon début. Elle lança un regard au jeune homme et comprit qu'il venait de passer l'heure à travailler d'arrache-pied, sa manière à lui de s'excuser pour les paroles malheureuses qui lui avaient échappé. Irmine ne dit rien, tous deux avaient été désagréables l'un avec l'autre, et tacitement ils passèrent l'éponge.
Ils restèrent travailler à l'ombre du feuillu, et le grand air sembla être plus propice à la concentration pour Dorian, qui s'impliqua réellement cette fois-ci. Parfois, il semblait dépassé par la matière et les signes de découragement pointèrent, mais Irmine se montra plus patiente et ne lâcha pas le morceau.


- L'idée c'est que si l'ADN de l'animal de base et de celui en lequel tu veux le transformer sont très proches, ce sera plus facile car il y a moins de changements à opérer au niveau des polymères.

Dorian la regarda comme si elle avait parlé en gobelbabil.

- ADN... ?

Irmine chercha la formulation la plus simple pour l'aider à comprendre.

- C'est la molécule qui détermine le fonctionnement des êtres vivants, elle est présente dans toutes nos cellules.

Il la regardait d'un air toujours perplexe, aussi elle décida de ne pas s'attarder plus longtemps.

- Bon c'est pas grave, dis-toi juste que c'est ça que les sorts de Métamorphose visent à modifier pour transformer l'animal.

- D'accord. Mais va falloir parler des prolomères dans le devoir ?

- Polymères. J'écrirai quelques mots dessus, même si je ne crois pas qu'Huguin s'attend à ce qu'on aille aussi loin.

Dorian hocha la tête, pas plus éclairé qu'avant, mais rassuré qu'Irmine se charge de ce genre de partie trop technique pour lui.

- Je déteste la Méta…, commenta-t-il dans un soupir, C'est plein de mots compliqués et puis ça mélange plein de choses.

- Il faut juste connaître les bases de la biologie et l'anatomie, ça rend la matière beaucoup plus facile. Là-dessus, les moldus ont écrit des livres bien plus clairs que les sorciers.

- Attends, mais ce sont des livres au programme ?

- Euh...non. Je les ai trouvés à la bibliothèque. Ça pourrait t'aider.

- Mais c'est du travail en plus !

Il la regardait comme si elle lui avait proposé de faire le tour du mur d’enceinte à cloche-pied en récitant toutes les étapes d’une concoction de polynectar à l’envers.

- Bah oui…mais ça permet de mieux comprendre la matière.

- On a déjà tellement de trucs à retenir ! Comment tu fais pour te rajouter de la matière en plus ?

- Je sais pas…j’ai juste retenu ce que j’ai lu, parce que c’était intéressant !

- C’est pour ça que t’es trop intelligente, t’as un super cerveau en fait !, s’exclama le jeune homme avec une pointe d’admiration.

Les joues d’Irmine rosirent et elle détourna le regard, mais ses lèvres laissèrent apparaître un sourire. Le compliment l’avait touchée. Un petit silence suivit celui-ci, uniquement brisé par le bruit des pages des livres qu’ils feuilletaient. Finalement, Dorian s’éclaircit la gorge, attirant par la même occasion l’attention de la jeune fille.


- Hum…tu sais pour…enfin euh…par rapport…à avant hum c’était pas vraiment…voilà quoi... Bref, c’était débile de ma part de te dire ça. Je suis désolé.

Dorian passa une main dans sa tignasse ébouriffée après avoir bafouillé ses excuses ; il aurait préféré être plus éloquent, mais cela n’avait jamais été son fort. Malgré tout, il lui semblait important que sa camarade sache qu’il regrettait vraiment de l’avoir blessée. Le jeune homme était quelqu’un de foncièrement gentil, bien que maladroit, et comme tout Cerva qui se respecte, il détestait les conflits…mais les mots étaient sortis tous seuls. Il avait eu l’impression d'être un moins que rien à côté de cette jeune sorcière aux capacités magiques qu’il n’espérait même pas égaler un jour, et lorsqu’elle l’avait traité de nul, il avait eu besoin de lui montrer qu’elle n’était pas si douée que ça dans tous les domaines.

- C’est bon, n’en parlons plus., répondit Irmine, qui ne voulait pas revenir sur ce sujet.

- Non mais en plus je suis sûr que c’est faux, t’en as sûrement des amis.

- Si on veut.

Dorian releva les yeux, qu’il avait baissés de gêne, et remarqua alors qu’il était en train d'enfoncer un clou dans un sujet apparemment sensible pour la Noctua. Il était surpris qu’elle confesse à demi-mots qu’elle était peut-être vraiment aussi seule que ce qu’il avait imaginé. Il s’en voulut d’autant plus.
Et pourtant, maintenant qu’il avait passé quelques heures un peu plus détendues avec elle, derrière la carapace de retenue il avait découvert une jeune fille douce et probablement encore moins sûre d’elle que lui. Elle n’avait d’ailleurs pas hésité à prendre le temps nécessaire pour l’aider à mieux comprendre les points de leur devoir qui lui étaient encore obscurs. Et puis il y avait ce sourire, rare, qui parfois lui échappait comme s’il lui avait été interdit… Lorsqu’il l’avait entraperçu quelques minutes plus tôt, Dorian en avait soudainement oublié les raisons pour lesquelles il avait bien pu se fâcher avec elle dans la bibliothèque. Comment était-il possible qu’il n’ait pas remarqué l’existence de sa camarade avant ce travail de groupe ?

Embarrassée de la tournure que prenait la discussion, et surtout d’avoir dévoilé au jeune homme l’une de ses faiblesses, Irmine commença à ranger les rouleaux de parchemins et les livres dans son sac. Elle n’avait pas jugé utile de lui mentir sur le fait que son cercle social était des plus restreints, le fait qu’elle passait beaucoup de temps seule n’était pas un mystère, mais elle ne supportait pas le regard désolé que lui lançait automatiquement les gens pour qui la compagnie des autres était aussi simple que nécessaire.


-  On a bien avancé, quasiment fini même. Je rajouterai quelques trucs et remettrai au propre ce soir, et ce sera bon.

- Je peux t’aider ?, demanda Dorian, tout aussi gêné qu’elle.

- Non non, c’est bon, ça sera rapide.

- D’accord. M-merci, hein !

- Oui, pas de quoi. Je..hum, je dois y aller. Salut !

- Salut.

Et la jeune naïade fila comme une onde.

Une semaine plus tard, les devoirs des 4ème années avaient été rendus et corrigés, et ils allaient connaître leurs résultats au cours qui n’allait pas tarder à commencer. Au premier rang comme toujours, Irmine lisait un manuel de sortilèges, quand on tira la chaise à ses côtés. S’attendant à voir Faustine, elle eut la surprise de découvrir le sourire timide de Dorian à sa place, et il la salua d’un ton détaché, comme s’il avait été on ne peut plus normal qu’il vienne s’asseoir à son pupitre. La Lutra, qui débarqua quelques minutes plus tard, n’en crut d’ailleurs pas ses yeux en découvrant que sa place avait été chipée par le jeune Cerva et que son amie avait même rangé sa réserve au placard pour discuter avec lui.
Les yeux ronds comme des soucoupes, Faustine s’assit à côté de sa propre binôme de Cycna, en fixant intensément les deux autres qui devisaient à voix basse. La professeur Huguin les gratifia elle aussi d’un regard surpris, surtout dû au fait de voir le cancre de sa classe assis au premier rang, mais elle le cacha plus habilement que l’adolescente.


- Bien ! Je dois dire que je suis assez contente du travail que vous avez fourni pour ce devoir. Dans l’ensemble, ils étaient plutôt bons, même si certains devront réviser leurs connaissances avant le test dans 3 semaines.

L’enseignante leva sa baguette et la pile de parchemins se dispersa parmi les élèves, annotés à l’encre rouge.

- Wouah ! 18 sur 20 !, s’exclama Dorian dans le brouhaha des élèves qui commentaient leurs résultats, J’ai jamais eu une note pareille dans aucune branche ! Heureusement que t’étais là.

- Bah t’as contribué aussi…un peu.

- Hey !

- Hum ?… Tiens, t’as vu ! Ta partie est presque toute juste.

- Ouais mais bon… tu l’as pas mal augmentée quand même. Et heureusement que tu m’as expliqué, parce que je pigeais rien.

-  C’est vrai que j’aurais quand même fait le travail beaucoup plus vite toute seule.

- Roooh ça va. Le prochain tu seras tranquille.

La professeur Huguin leva alors les mains pour demander le silence dans la classe, et c’est avec une lueur malicieuse dans le regard qu’elle annonça :

- J’espère que vous êtes tous aussi satisfaits que moi de vos travaux et que les collaborations ont été aussi positives qu’il me parait…car vous allez garder ces binômes jusqu’à la fin du semestre.

Les mâchoires en tombèrent chez beaucoup d’élèves, qui n’avaient pas vu le coup venir, et le concert des contestations recommença face à l’inflexibilité et au sourire satisfait de l’enseignante de Métamorphose. Dans ce vacarme, seule Irmine entendit l’éclat de rire de Dorian tandis qu’elle-même laissait échapper un soupir résigné.

- Il semblerait que tu ne vas pas être débarrassée de moi finalement., commenta-t-il.

- Ouais…alors prépare-toi ! Parce que je n’ai pas l’intention de faire que 18 la prochaine fois.

Devant le regard déterminé de sa camarade, le Cerva déglutit en comprenant que son cerveau allait chauffer plus que jamais au cours des mois à venir.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Boisseuil

Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La jeunesse d'Irmine II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Le Ministère haïtien à la jeunesse et aux sports condamne l'affront des autorité
» A la jeunesse de mon pays
» Igor le chat, roman jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pour vous aider ... :: Evolution des personnages :: Journal Intime-