AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ludwig Lodski, ou l'homme qui va vous détruire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ludwig Lodski Emploi : Libraire

Date de création : 08/11/2015
Messages : 17

avatar
MessageSujet: Ludwig Lodski, ou l'homme qui va vous détruire   Dim 8 Nov - 21:55



I. LE PERSONNAGE.


• NOM : Lodski
• PRÉNOM : Ludwig
• ÂGE : 35 ans
• HYBRIDATION ET/OU VALEUR DU SANG : Sang-Pur
• METIER/FONCTION : Libraire, mais c’est une couverture. Espion pour le Grand Conseil, en réalité.
• BAGUETTE : Bois de chêne rouge, 30,7 centimètres, crin de Kelpy
• ANIMAL DE COMPAGNIE (optionnel) : Un hibou nommé Eschyle
• AVATAR : Tom Hiddleston


II. LES DESCRIPTIONS.


PSYCHOLOGIQUE
Cultivé et à l’esprit vif, Ludwig est un homme doté d’une grande force de séduction. Il fait preuve d’un humour agréable, mais cachant un côté grinçant discernable uniquement si l’on y prend vraiment garde. Lorsqu’il revêt ce qu’il surnomme son « masque », il a tout du gendre idéal, de l’homme charmant qui sait s’attirer la sympathie de tous.
C’est également un esthète dans l’âme, il a « le Goût des Belles Choses », pour citer ses propres termes ; vous le verrez souvent feuilleter une première édition dénichée chez un bouquiniste, traîner dans les galeries d’Art ou chiner les antiquaires. L’éducation pétrie de bonnes manières qu’il a reçue l’a amené à apprendre le piano et le clavecin, instruments dont il joue plutôt bien sans être un virtuose, mais son sens du rythme s’exprime librement dans la danse. Il adore cette activité et ne perd pas une occasion de s’y adonner, peu importe la cavalière.
Appréciant également le théâtre, avec une préférence pour les tragédies gréco-romaines, il collectionne depuis plusieurs années les masques d’acteurs. Bauta, masque de théâtre Nô, Volto, Pappus Primus, Jolly Jester,… les murs de son appartement en sont recouverts !

Cette belle présentation cache malheureusement de gros retors : Ludwig est un sorcier parfaitement opportuniste et cupide, qui va toujours chercher le moyen de s’en tirer avec le meilleur parti de chaque situation. Rusé et sans scrupules, il n’hésite pas à manipuler s’il peut en tirer quelque chose. Il s’amuse d’ailleurs beaucoup à cultiver une certaine ambiguïté avec les femmes qui l’intéressent, s’assurant ainsi leurs faveurs (ainsi que celles d’un bel éphèbe, temps à autres). Il a bien peu de considération pour les autres et ceux qui le connaissent vraiment peuvent même le qualifier d’égocentrique. Sensible à la flatterie, il aime se sentir supérieur à son interlocuteur, bien qu’il le cache très adroitement sous son masque d’amabilité.
Il a un peu trop confiance en lui et cela pourrait finir par le perdre, mais ceci vient du fait qu’il a toujours eu deux coups d’avance sur la plupart des autres dans la vie et que sa flemmardise naturelle lui a appris à prendre les voies les plus simples pour arriver au sommet.

Ludwig n’est pas particulièrement anti-hybride, anti-né-moldu, etc. Il est surtout animé du désir de faire partie du dessus du panier, des gagnants en somme ! Il estime qu’actuellement c’est le Grand Conseil qui mène la barque, et l’idéal de Courtois plaçant les Sang-Purs au sommet de la pyramide sociale l’arrange bien. Si le gouvernement perdait de son pouvoir, il seraitbien capable de retourner sa veste.
Son cynisme lui fait jeter un regard acéré sur le monde et peu de personnes trouvent grâce à ses yeux. Cependant, pour ces quelques exceptions, il sera un atout aux ressources inépuisables.

Vous vous demandez qui peut bien aimer un tel homme ? Eh bien, nombre de gens évidemment ! Car, voyez-vous, c’est là le propre du gendre idéal, de ne montrer que la face souriante de Janus.


PHYSIQUE
Le gendre idéal possède forcément des yeux d’un bleu limpide, des bouclettes au châtain tirant sur le blond, un sourire aussi charmant que les mots qui l’accompagnent. Sa carrure n’est pas celle d’un athlète, il est plutôt fin et élancé sans être un gringalet néanmoins. Quoi de mieux pour habiller cette silhouette avec classe et distinction que les chemises, les gilets, les cravattes et les pantalons droits d’un homme bien élevé, les vêtements que portent les sorciers adeptes de danses de salon.
Car la valse, le tango, le foxtrot…un gendre idéal en maîtrise les enchaînements à la perfection. Mieux : il adore ça ! Ses membres souples et adroits savent placer les gestes à l’instant précis où ils sont attendus ; chaque mouvement est savamment calculé, au millimètre près, tout en ayant l’air si naturel et spontané. Sa stature d’1m87 lui permet de regarder de haut le monde qui l’entoure, à quelques exceptions près. Regard méprisant qu’il déguise sous des manières distinguées, mais jamais guindées.
Le charme incarné, vous dit-on ! Il faut bien être propre sur soi et délicieusement galant pour se faire aimer du plus grand nombre. Une sale manie pour briser cet agréable tableau ? Peut-être celle d’être un homme très tactile. Cela peut en déranger certains, non ? Certaines ne s’en plaignent guère pourtant.


III. L'HISTOIRE.


On ne peut parler de l’histoire de Ludwig sans présenter sa famille au préalable. Né d’un père polonais et d’une mère allemande, le petit sorcier n’est pas arrivé tout seul dans ce monde : c’est accompagné de son frère jumeau Niklaus qu’il a poussé son premier cri à la Clinique Sorcière de Varsovie.
Jusqu’à leurs 5 ans, les deux enfants vécurent en Pologne, avant que la famille ne déménage en France. Monsieur Euzebius Lodski, diplomate de profession, avait été muté à l’Ambassade sorcière polonaise de Brocéliande, et c’est tout naturellement que Madame Helmina Lodski, traductrice-interprète, suivit son époux avec les bambins. Ainsi, Ludwig et Niklaus, qui avaient appris le polonais et l’allemand par leurs parents, acquirent la maîtrise du français en déménageant. Cet enseignement, ainsi que tout ce qui était indispensable à savoir en tant que petit sorcier bien né, fut prodigué par plusieurs professeurs particuliers. Car la famille Lodski est de cette classe que l’on définit comme aisée, petite bourgeoisie bien-pensante qui clame qu’ils « ne sont pas racistes mais… ».

Les deux frères ont toujours été très proches, fusionnels même lorsqu’ils étaient enfants, leur ressemblance les amenant d’ailleurs à être régulièrement confondus par leur entourage, ce qui arrive encore parfois mais bien moins souvent. De ce fait, eux-mêmes ne se voyaient pas l’un sans l’autre et n’imaginaient pas un instant être séparés…jusqu’à ce qu’ils soient répartis dans des guildes différentes à leur entrée à Beauxbâtons.
Ludwig, le plus ambitieux des deux, fut envoyé à Cycna, tandis que Niklaus rejoignit les rangs de Noctua. Cette première rupture les força à s’autonomiser et à découvrir leur identité propre, ce que leurs parents estimèrent bénéfique. Ludwig s’intégra relativement aisément à sa guilde, il fut un bon élève, attentif et curieux d’apprendre, et il participa à de nombreuses activités extra-scolaires telles que le Club de Duel, le Club de Peinture et Photographie magiques et le celui de Théâtre.
Malgré tout, il vécut très mal la séparation d’avec son jumeau, maudissant les voix qui avaient décidé de leur sort. Cependant, Ludwig n’en montra rien, conservant le masque d’affabilité qu’il commença à se forger à ce moment-là, seul son frère et ses parents l’entendirent se plaindre. Et les deux Lodski restèrent toujours unis et proches malgré les différences qui apparurent dans leurs caractères respectifs.

Une fois son Diplôme d’Etudes Magiques obtenu, le jeune homme se retrouva sans réellement savoir quoi faire de sa vie professionnelle. Il emménagea avec Niklaus à Brocéliande, ne se pressant pas particulièrement pour se trouver une formation secondaire et jouissant de l’argent donné par ses géniteurs pour ne pas avoir à se préoccuper de trouver un travail. Il occupa son temps par ses loisirs divers et variés, de nombreuses sorties nocturnes, ponctuant celles-ci de relations sans lendemain par un manque flagrant d’intérêt à s’attacher à une quelconque partenaire.
Le sorcier finit par sortir de son oisiveté lorsqu’il rencontra le directeur d’une grande maison d’édition sorcière ; ce dernier était à la recherche d’un nouveau souffle pour son équipe, et Ludwig se dit que tant qu’à travailler, autant le faire dans un domaine qui lui parlait un tant soit peu et qui serait bien rémunéré. Grand amateur de littérature, il se découvrit un talent certain dans le travail d’éditeur et se révéla un habile négociateur. N’ayant aucun goût pour le travail de sous-fifre, il s’arrangea pour gravir quelques échelons afin de se sentir un peu plus important que le dernier des larbins de son patron.

C’est à cette époque-là qu’il vécut ce qu’il considère aujourd’hui encore comme une trahison de la part de Niklaus : son frère se maria à Gabrielle, jeune femme que Niklaus fréquentait alors et qui déplaisait fortement à son jumeau. Là était la traîtrise selon lui : comment Niklaus, son frère, son double, cette autre moitié de lui, pouvait-il envisager de s’unir à une sorcière sans avoir sa bénédiction ? Comment pouvait-il se contenter de cette personne sans réel intérêt alors qu’il pouvait trouver tellement mieux ?
En réalité, Ludwig détestait Gabrielle parce qu’il la voyait inconsciemment comme celle qui lui volait son frère. Réaction puérile cachée derrière pléthore de justifications assez bien présentées pour paraître raisonnables. Il ne s’est jamais départi de cette haine envers la femme de Niklaus, et aujourd’hui encore leurs relations sont tendues…mais ce n’est jamais de sa faute, évidemment ! Cela ne l’empêche pas d’adorer sa nièce en revanche - qui lui est liée par les liens du sang, elle ! – et d’aller la visiter lorsqu’il en a l’occasion.
Cette seconde séparation renforça chez Ludwig son besoin de compenser l’éloignement de son frère en se faisant apprécier de tous, ou presque. Il a un besoin viscéral de se savoir dans les petits papiers des gens qu’il juge importants, et il apprécie spécialement de savoir qu’on dit de lui qu’il est un homme charmant, aux nombreuses qualités. Son ego en raffole !

Malgré le succès qu’il trouva dans sa carrière, Ludwig s’ennuyait de plus en plus dans ce travail, ayant le sentiment que sa vie manquait de piquant et que le monde du commerce de livres ne lui apporterait pas la reconnaissance qu’il espérait. La rencontre avec Augustus Courtois le sortit de cette lassitude et provoqua un tournant dans sa vie, à l’aube de la trentaine. Il vint à le connaître avec son frère, par l’entremise du beau-père de celui-ci, un important industriel aux relations très haut placées.
Le sorcier se fit avoir comme un débutant : par la flatterie ! Le Consul sut voir le potentiel des frères Lodski, et il comprit assez vite à qui il avait affaire ; il joua adroitement de compliments et de promesses pour les convaincre de se mettre à son service en tant que simples informateurs pour commencer, puis par devenir de véritables espions infiltrés.
Après quelques missions n’ayant comme réel but que celui de les tester, Courtois décida de les envoyer « au front » afin de s’assurer la mainmise sur deux bastions particulièrement dangereux pour sa politique : Niklaus à l’Académie de Beauxbâtons et Ludwig parmi les Rebelles. Ce dernier a donc reçu comme mandat de se rapprocher d’un ou une sympathisant-e du mouvement pour infiltrer par la suite le cœur du groupuscule, dans le but évident de les briser de l’intérieur et de tuer dans l’œuf cette révolte, qui commence à poser soucis au Grand Conseil.

Ludwig n’a pas perdu de temps pour accepter, voyant là l’opportunité de s’intégrer à l’élite dirigeante. Il a quitté son poste dans l’édition et son appartement à Brocéliande pour ouvrir une librairie à Bois-Doré où, dit-on, traînent de plus en plus de dissidents du gouvernement magique. Avec un joli pécule que lui verse secrètement le Consul chaque mois, Ludwig n’ayant pas totalement perdu le nord et ayant négocié un salaire très avantageux à ses services.
Proche géographiquement de son frère, il est évidemment en contact permanent avec lui, et tous deux forment un duo redoutable, dont personne ne se méfie pourtant.

Installé depuis quelques mois, Ludwig a mis à profit ce temps pour tâter le terrain et faire du repérage ; il va désormais enclencher la deuxième phase du plan. Le sorcier se voit déjà auréolé de gloire lorsqu’il livrera le chef rebelle encore anonyme à Courtois, mais la tâche pourrait se révéler plus ardue qu’il ne l’imagine.


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

TON PSEUDO ? Ine
QUEL ÂGE ? 26 ans
COMMENT TU ES VENU ICI ? En tapis volant.
TES IMPRESSIONS ? Noir/blanc ou couleur ?
EST-CE UN DOUBLE-COMPTE ? Disons quatrième… 8D


FICHE PAR FALLEN SWALLOW


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Les frères Lodski

Des jumeaux vrais ne sont qu'un seul être dont la monstruosité est d'occuper deux places différentes dans l'espace. acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goulven Le Guerrec Emploi : Avocat

Date de création : 07/01/2015
Messages : 692

avatar
MessageSujet: Re: Ludwig Lodski, ou l'homme qui va vous détruire   Dim 8 Nov - 22:22

Je signe ma perte et te valide ... Et j'aime ça !!!!!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


“I could spend my life in this sweet surrender,
I could stay lost in this moment forever,
Every moment spent with you is a moment I treasure
I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep,
Cause I miss you baby and I don't want to miss a thing”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elyon Sombrelune Emploi : Ecrivain

Date de création : 24/01/2015
Messages : 260

avatar
MessageSujet: Re: Ludwig Lodski, ou l'homme qui va vous détruire   Dim 8 Nov - 22:49

Dois-je me réjouir ou pleurer ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Never, ever let anyone tell you what you can or can't do. Prove the cynics wrong. Pity them for they have no imagination. The sky's the limit. Your sky. Your limit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludwig Lodski Emploi : Libraire

Date de création : 08/11/2015
Messages : 17

avatar
MessageSujet: Re: Ludwig Lodski, ou l'homme qui va vous détruire   Dim 8 Nov - 23:14

Oh Darling, jamais je ne te ferai pleurer... 8D

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Les frères Lodski

Des jumeaux vrais ne sont qu'un seul être dont la monstruosité est d'occuper deux places différentes dans l'espace. acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyne Massardier Emploi : Soigneuse d'ours

Date de création : 21/06/2015
Messages : 141

avatar
MessageSujet: Re: Ludwig Lodski, ou l'homme qui va vous détruire   Lun 9 Nov - 14:49

Les libraires sont des personnes qui vous veulent forcément du mal je le savaient ^^

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Don't Touch my Brother
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ludwig Lodski, ou l'homme qui va vous détruire   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ludwig Lodski, ou l'homme qui va vous détruire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jacques Duroy, l'homme qu'il vous faut.
» Celebrian I'gniir, pour vous servir ou vous détruire [Validé]
» Carolyn - aimer c'est donner à l'autre le pouvoir de vous détruire en espérant qu'il ne le fera pas TERMINE
» Savez-vous ce qu'est un homme DVD ?
» la première chose que je regarde chez un homme, c'est sa femme. ∞ STILLS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bienvenue dans notre monde ... :: Présentations des personnages :: Validées-